Réactions
MotoGP GP du Japon

Oliveira stoppé par un problème de visière : "Je ne pouvais rien voir"

Miguel Oliveira a dû s'arrêter en raison d'un problème sur sa visière sous la pluie au GP du Japon. Le Portugais était autorisé à repartir après le drapeau rouge mais la course a été interrompue pour de bon.

Miguel Oliveira, RNF MotoGP Racing

Comme souvent lorsque la pluie s'invite, Miguel Oliveira a été très performant à Motegi, cependant des problèmes de visibilité l'ont finalement contraint à l'abandon. Lointain 16e sur la grille, le pilote RNF a multiplié les dépassements dans les premiers tours, tout en changeant de moto pour en prendre une équipée de pneus pour la pluie, et il était quatrième après les sept premières boucles.

Même s'il n'avait plus que trois motos devant la sienne, et donc moins de projections d'eau que les pilotes au cœur du classement, Oliveira a commencé à avoir des soucis avec sa visière. De l'eau s'est engouffrée dans son casque et la visibilité est devenue trop mauvaise pour qu'il puisse rester en piste.

"Ça se passait bien en fait", a commenté le Portugais. "Le flag-to-flag a été fluide, pas de gros souci. J'ai changé de moto, j'ai commencé ma course sous la pluie. Je me sentais assez performant et je me sentais encore mieux avec plus de pluie, la moto se comportait assez bien."

"Trois tours avant mon abandon, j'ai commencé à avoir des difficultés pour voir. Je ne pouvais rien voir, même pas où j'allais mettre mes roues. Il y avait tellement d'eau que je me disais déjà 'N'abandonne pas, n'abandonne pas, s'il te plaît n'abandonne pas, reste calme' mais je suis rentré un demi-tour trop tôt [avant l'interruption], et ma couse était finie."

"Ça ne m'était jamais arrivé mais je n'y voyais rien", a précisé Oliveira. "En ligne droite, dans les freinages, même en restant hors des projections, je ne pouvais rien voir. C'était vraiment frustrant."

Son équipe espère qu'une solution sera trouvée avant la prochaine course sous la pluie. "Il faudra faire quelque chose à l'avenir, ne pas rester les bras croisés. Nous devons comprendre le souci parce qu'il peut changer son équipement s'il a un problème", a précisé Razlan Razali, le patron de RNF, dont le second pilote a, lui, reçu une pénalité à cause d'un changement de moto mal réalisé.

Pourquoi Oliveira aurait pu repartir après le drapeau rouge

Alors que Miguel Oliveira était revenu à son garage un tour avant le drapeau rouge, la direction de course a annoncé qu'il pourrait revenir pour la seconde partie de la course, en s'élançant depuis la pitlane, contrairement à Johann Zarco qui n'avait pas respecté le chemin imposé pour regagner les stands.

Le règlement précise qu'au moment d'un drapeau rouge, "les pilotes qui ne participent pas activement à la course ne sont pas classés" mais Oliveira était encore considéré comme participant à l'épreuve, avec un tour de retard.

"Il est rentré [dans la voie des stands] avant le drapeau rouge mais la moto n'a pas été rentrée [dans le garage] avant le drapeau rouge, donc il a le droit de s'élancer de la voie des stands", a expliqué Wilco Zeelenberg, team manager de RNF, au site officiel du MotoGP avant la tentative de restart. Une tentative restée infructueuse puisque le drapeau rouge a été une nouvelle fois déployé pendant le tour de chauffe, mettant fin à la course pour de bon.

Le pilote portugais a donc été classé au 18e rang et à un tour du vainqueur, bien loin de la position qui aurait été la sienne si le premier drapeau rouge était arrivé un tour plus tôt. "C'est sûr, mais on ne peut pas refaire cette journée", a estimé un Oliveira pragmatique.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Un drapeau rouge justifié selon Bagnaia, mais qui lui coûte cher
Article suivant Contact au départ puis problème de bulle : Bezzecchi s'en sort bien

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France