Course - Oliveira résiste à Zarco, Quartararo perturbé en fin de GP

Fabio Quartararo a connu une course décevante depuis sa pole position, ralliant l'arrivée au troisième rang en piste mais se trouvant pénalisé et relégué à la quatrième place du Grand Prix de Catalogne. Solide vainqueur en pneus durs, Miguel Oliveira devance Johann Zarco de quelques dixièmes.

Course - Oliveira résiste à Zarco, Quartararo perturbé en fin de GP
Charger le lecteur audio

C'est par des conditions relativement chaudes mais sans grand soleil dans le ciel que le plateau MotoGP se prépare sur la grille devant 19'300 spectateurs, avec 25°C dans l'air et 40°C en piste. Une météo faisant subsister le doute à de nombreux concurrents jusque dans les derniers instants sur la grille, alors que sont observés des changements de dernière minute, comme du côté de Marc Márquez, vu en train passer un tendre à l'arrière quelques secondes avant le début du tour de formation. La première ligne de la grille, composée de Quartararo, Miller et Zarco, a en tout cas adopté un consensus autour du choix medium-dur.

Lire aussi :

Les Français dépassés au départ

Comme il le souhaitait, Jack Miller tire excellent parti de sa pole position au départ, réalisant le holeshot et prenant les commandes de la course au premier virage en dépit du fait d'avoir initialement mal démarré. Deuxième, Oliveira (dur-dur) gagne deux positions et laisse Quartararo troisième, devant Zarco. Plus loin, Bagnaia, parti neuvième, concède quatre positions, tout comme Rossi. Le départ de Morbidelli est aussi désastreux, avec cinq rangs perdus depuis la cinquième place de la grille.

C'est le Champion du monde en titre, Joan Mir (medium-medium), qui réalise l'un des plus beaux premiers tours : parti dixième, le voici déjà quatrième alors qu'Oliveira s'empare des commandes et que Quartararo réalise une petite erreur immédiatement sanctionnée par le passage d'Aleix Espargaró. La bataille fait rage entre Quartararo (5e) et Zarco (6e) pendant plusieurs virages dans le troisième tour, tandis que Márquez (7e), se montre lui aussi déterminé à rester dans ce groupe de tête qui s'étire et finit par dépasser le pilote Pramac.

Oliveira fait le trou, Márquez hors-jeu !

Le cinquième tour est débuté par Oliveira avec près d'une seconde d'avance aux commandes, devant Miller, Mir, Aleix Espargaró, Quartararo, Márquez, Zarco, Viñales, Binder et Bagnaia, qui clôture le top 10. C'est dans ce tour que la course de Pol Espargaró, alors onzième, prend fin au sol. Un tour plus tard, c'est Petrucci qui part à la faute dans le virage 9, alors que Miller perd deux positions au profit de Mir, désormais deuxième, et Quartararo.

C'est le moment pour le Français, avec de l'air devant lui, pour tenter de réduire l'écart avec la tête, passée à 1"2. Une troisième chute en autant de courses vient écrire une page statistique peu reluisante de la carrière de Marc Márquez, victime d'une chute au virage 10 dans le huitième tour : c'est la fin de course pour le pilote Espagnol ! Suivant son plan, Quartararo a réduit son retard sur Oliveira à 0"7, tandis que Zarco, débarrassé d'Aleix Espargaró, menace désormais la quatrième place de Miller. Le pilote Aprilia sera définitivement hors-course quelques minutes plus tard, victime lui aussi d'une chute dans le virage 10.

 

Quartararo reprend les commandes

Miguel Oliveira fait toujours pointer sa KTM factory en tête de la course alors que débute le dixième tour. Chaussé d'un pneu avant plus dur que Quartararo, il voit le Français désormais en mesure de porter une attaque une boucle plus tard, alors que l'écart a été réduit à 0"2.

C'est finalement dans le virage 5 du douzième passage, annonçant la mi-course, que Quartararo reprend les commandes du Grand Prix, sans toutefois parvenir à se détacher. Troisième, une demi-seconde derrière le Portugais, Mir n'est pas loin et emmène Miller et Zarco, bien détachés de Viñales, sixième solitaire.

Oliveira est loin d'avoir renoncé : grâce à la stabilité de son pneu avant dur, le pilote KTM se porte de nouveau aux commandes après une manœuvre de dépassement bien exécutée sur Quartararo dans le 14e passage. Quatrième, Zarco s'est défait de Miller et chasse désormais Mir et la dernière marche du podium.

Zarco de retour sur le podium

Les dix derniers tours s'annoncent un peu plus délicats que son excellent début de course pour Mir, qui dispose d'un pneu plus tendre que celui de Zarco. Le Français ne tarde pas à s'adjuger la troisième place, à neuf tours de l'arrivée, et sonne la charge pour tenter de recoller avec le duo Oliveira-Quartararo comptant 1"3 d'avance sur lui. Le seul pilote Suzuki en piste ne peut non plus défendre sa position face à Miller et se retrouve vite à devoir surveiller le retour de Viñales.

La saison décevante de Valentino Rossi se poursuit avec une chute dans le virage 10, qui fait décidemment de nombreuses victimes, à huit tours de l'arrivée.

Ultimes kilomètres terribles pour Quartararo !

Les cinq derniers tours de course sont amorcés avec quatre groupes de deux pilotes devant : Oliveira-Quartararo, qui se disputent la tête de la course, Zarco-Miller, en poursuivants restant à 1"3 du duo, Mir-Viñales, ne représentant aucun danger pour les susnommés, et Bagnaia-Binder, qui distancent massivement Morbidelli, neuvième en souffrance comme il s'y attendait.

Avec ses pneus durs, Oliveira dispose théoriquement d'une meilleure endurance que Quartararo, mais le Français ne lâche rien jusqu'au 20e tour et se maintient dans les échappements de la KTM. Un tour plus tard seulement, c'est une autre page de la course qui s'écrit soudainement ! En difficultés avec ses gommes et avec une combinaison soudainement ouverte de laquelle il extirpe sa protection de poitrine, le pilote Yamaha voit Zarco le reprendre à la vitesse grand V et le dépasser sans sourciller à trois tours de l'arrivée. Visiblement perturbé par son cuir ouvert sur son torse, le voici immédiatement sous la menace de Miller, tandis qu'Oliveira se trouve relâché de sa pression de manière inattendue.

C'est Zarco qui tentera de donner le change à Oliveira jusque dans les derniers mètres, poussant jusqu'au bout et ramenant sa Pramac à quatre dixièmes de la KTM dans l'ultime secteur. Solide, Oliveira tiendra jusqu'au bout et s'imposera pour le plus grand bonheur de son box. Le cauchemar se poursuivra jusqu'au dernier moment pour Quartararo, parvenu à sauver la troisième place en piste, mais pénalisé de trois secondes pour avoir roulé obtenu un avantage en passant hors de la piste au premier virage et classé quatrième à l'arrivée, derrière Miller.

Spain GP de Catalogne 2021 - Résultats 

P. Pilote Tours Temps Écart Points
1 Portugal Miguel Oliveira 24 -   25
2 France Johann Zarco 24 0.175 0.175 20
3 Australia Jack Miller 24 1.990 1.990 16
4 France Fabio Quartararo 24 4.815 4.815 13
5 Spain Joan Mir 24 5.325 5.325 11
6 Spain Maverick Viñales 24 6.281 6.281 10
7 Italy Pecco Bagnaia 24 8.175 8.175 9
8 South Africa Brad Binder 24 8.378 8.378 8
9 Italy Franco Morbidelli 24 15.652 15.652 7
10 Italy Enea Bastianini 24 19.297 19.297 6
11 Spain Álex Márquez 24 21.650 21.650 5
12 Italy Luca Marini 24 22.533 22.533 4
13 Japan Takaaki Nakagami 24 27.833 27.833 3
14 Spain Jorge Martín 24 29.075 29.075 2
15 Italy Lorenzo Savadori 24 40.291 40.291 1
  Spain Iker Lecuona 16      
  Italy Valentino Rossi 15      
  Spain Aleix Espargaró 10      
  Spain Marc Márquez 7      
  Italy Danilo Petrucci 5      
  Spain Pol Espargaró 4      

partages
commentaires
Mir s'inquiète de l'absence de progrès chez Suzuki
Article précédent

Mir s'inquiète de l'absence de progrès chez Suzuki

Article suivant

Zarco à un souffle de la gagne : "J'ai pu penser à la victoire !"

Zarco à un souffle de la gagne : "J'ai pu penser à la victoire !"
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021