Opération de l'arm-pump : le dilemme d'Aleix Espargaró

Au-delà de savoir s'il doit se faire opérer de son syndrome des loges, Aleix Espargaró a dû sous-peser les difficiles tenants et aboutissants relatifs au timing d'une telle intervention dans un contexte particulier pour Aprilia.

Opération de l'arm-pump : le dilemme d'Aleix Espargaró

Lors de la course de Jerez, il y a quinze jours, Aleix Espargaró est devenu l'un des pilotes les plus récemment touchés par le syndrome des loges, aussi connu sous le nom d'arm-pump. Une douloureuse compression musculaire contre la membrane qui l'entoure, et qui a pour conséquence de tétaniser l'avant-bras (du côté droit dans le cas du pilote espagnol). Ce mal, qui a durement touché Fabio Quartararo alors qu'il était aux commandes du dernier Grand Prix, a eu pour spectaculaire conséquence de voir le pilote Yamaha factory dégringoler inexorablement jusqu'à la treizième position à l'arrivée et de lui imposer une nouvelle intervention chirurgicale avant de se présenter ce week-end au Mans pour le Grand Prix de France.

Espargaró, lui, a participé aux tests privés du lundi dans la foulée du GP d'Espagne et a de nouveau souffert. Une chute à cette occasion, qu'il peut d'une certaine manière attribuer à ses difficultés physiques, a fini de convaincre le pilote Aprilia de prendre le sujet en main et d'effectuer une batterie de tests additionnels, pour finalement trancher : l'opération sera bien nécessaire, même si elle a déjà été réalisée il y a une dizaine d'années. Néanmoins, il n'a pas été possible de la faire juste avant de venir en France.

Lire aussi :

Questionné sur le sujet et sur la pertinence de le faire plutôt que de modifier sa manière de s'entraîner, celui qui arrive donc au Mans sans avoir encore subi l'opération assure que la décision de passer sur la table d'opération juste après ce week-end est prise "à 99%".

"La première chose est que je ne suis toujours pas à 100% : j'ai beaucoup souffert pour gérer les cinq ou six derniers tours [à Jerez] et je n'étais en mesure de piloter qu'avec un seul doigt", rappelle-t-il. "J'ai vraiment fini à la limite, puis lundi j'ai connu une très, très grosse chute lors des essais et je me suis retrouvé à l'hôpital à faire des tests et à parler avec les docteurs. Il semble que j'étais affecté au niveau des muscles du bras droit où j'avais déjà été opéré en 2010, il y a plus de 10 ans, et que j'aie besoin d'une opération : ils ont suggéré que la meilleure chose était de la faire."

Lire aussi :

"Je sais que beaucoup de gens pensent à bien et essaient de t'aider, mais chacun a son opinion. Certains disent que l'on peut le traiter avec des massages, d'autres disent qu'avec des massages, on aura plus d'inflammation et à la fin c'est difficile. Je crois sincèrement qu'en MotoGP, nous avons [avec le Dr Chartre] l'un des meilleurs docteurs au monde et il m'a fortement recommandé de réaliser l'opération car, comment dire… c'est un gros désastre au niveau du bras : ça ne va pas !"

Après avoir hésité, donc, Espargaró passera bien par la case opération. Mais les questions ne cessent d'affluer dans la tête de celui qui pense aussi au-delà du Mans et ne sait pas si revenir d'opération au Mugello serait bien mieux que d'attendre encore quelques journées supplémentaires.

"C'était limite de se faire opérer mercredi ou jeudi car il n'y aurait pas eu suffisamment de temps pour arriver pleinement remis au Mans donc j'ai décidé de faire Le Mans, qui n'est pas un circuit trop physique mais je suis très, très inquiet au sujet du Mugello parce que c'est le pire circuit pour un arm-pump et que c'est aussi le 100e Grand Prix pour Aprilia… alors je ne veux pas être opéré ! Je déteste cette situation ! Mais je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour être dans la meilleure condition possible pour Aprilia au Mugello, et donc si l'on me recommande ça, alors je suivrai ces recommandations. C'est décidé."

 

partages
commentaires
Pol Espargaró ne veut pas d'un GP de France pluvieux

Article précédent

Pol Espargaró ne veut pas d'un GP de France pluvieux

Article suivant

Morbidelli se projette vers 2022 avec une moto officielle

Morbidelli se projette vers 2022 avec une moto officielle
Charger les commentaires
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021
Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales Prime

Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales

Sa victoire autoritaire lors de la manche d'ouverture du championnat intervient alors que Maverick Viñales vit une période de changement personnel et professionnel. Est-ce le tremplin vers une lutte pour le titre plus concrète qu'elle ne l'a été par le passé ?

MotoGP
30 mars 2021