Le patinage, problème persistant sur la Suzuki selon Iannone

partages
commentaires
Le patinage, problème persistant sur la Suzuki selon Iannone
Par :
21 juin 2018 à 07:48

Si la GSX-RR affiche de nets progrès cette saison au niveau du moteur, le manque d'adhérence à l'arrière demeure une problématique difficile à résoudre selon le pilote italien.

Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP, au freinage
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP, après sa chute
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP

À la différence du Mugello, Andrea Iannone n'aura pas réussi à convertir sa belle qualification en résultat probant en course. La faute à un manque de grip à l'arrière de sa Suzuki, un problème déjà observé l'an dernier et qui n'a pas encore pu être résolu.

L'Italien s'est ainsi qualifié en cinquième position samedi dernier en Catalogne, ce qui lui a valu un troisième départ de suite depuis la deuxième ligne de la grille, et son cinquième top 10 d'affilée en qualifications.

Une fin de course pénible

Celui-ci a semblé pouvoir pousser son avantage en course en prenant un excellent départ qui l'a projeté en deuxième position dans les premiers virages. Le numéro 29 a même tenté l'intérieur sur Marc Márquez alors en tête au virage de la Caixa dans le premier tour, mais est parti très large.

Le début des ennuis pour le pilote Suzuki, qui allait dès lors rétrograder dans la hiérarchie au fil des tours, jusqu'à chuter en dixième position. "[Je ne suis] pas content bien sûr, j'ai dépensé toute mon énergie et je n'obtiens que la dixième position, avec de la chance, car d'autres pilotes ont chuté, et d'autres ont eu des problèmes avec la moto", a ainsi déclaré le Transalpin, incrédule.

Si la Suzuki affiche cette saison un niveau de performance bien meilleur, notamment grâce au retour des concessions qui sont de nouveau accordées au constructeur japonais en 2018, Iannone estime que tout n'a pas été fait pour remédier au problème de transmission de puissance.

"Étant donné que j'utilise cette moto depuis l'an dernier, nous avons effectivement progressé", reprend-il. "Mais nous n'avons pas progressé sur les points importants, en particulier au niveau de l'électronique, du grip arrière. Dans tous les cas nous n'accélérons pas bien. La moto glisse beaucoup, il y a beaucoup de patinage, et c'est quelque chose de très difficile à gérer selon les conditions, en particulier lorsque nous avons des températures élevées."

Si la GSX-RR se montre plus performante cette année, il en va de même pour Iannone, critiqué l'an dernier pour une attitude parfois dilettante et un degré d'engagement en course aléatoire, notamment en Catalogne.

"Dans tous les cas, je suis content de moi car je finis la course et j'ai fait plus ou moins de mon mieux", assure-t-il ainsi. "Lorsque les pneus sont neufs, je pilote très bien la moto et je reste proche des pilotes de tête et c'est très important de mon point de vue. J'espère qu'à partir de cette course jusqu'au trois ou quatre suivantes, nous allons progresser."

Du mieux lors de la journée d'essais post-course

Cela en prend pour le moment bien le chemin, puisque Iannone s'est montré sous son meilleur profil lors de la journée d'essais post-course qui s'est tenue lundi, et au cours de laquelle il a tenu la tête de la feuille des temps la majeure partie du temps, jusqu'à ce que Márquez le déloge lors de son tout dernier run.

L'Italien s'est ainsi montré satisfait par les apports du nouveau châssis au cours de ce test, alors qu'il l'avait jusqu'à présent écarté au contraire de son coéquipier. "Pour moi, il est meilleur en sortie de virage. Il réduit un peu les mouvements", a-t-il expliqué. "Avec ce châssis j'ai un peu moins de mouvement."

Des progrès qui ne suffisent pas encore cependant à résorber le patinage de sa Suzuki pour le moment. "Je parle toujours de la dégradation des pneus. Je discute aussi avec les ingénieurs de Suzuki à propos de l'électronique. Nous ne maintenons pas les pneus à un bon niveau", se lamente-t-il. "Après trois ou quatre tours nous avons une forte usure et la moto glisse complètement, patine beaucoup. Je parle tous les jours de cela, mais au final rien ne bouge pour le moment."

Article suivant
Pedrosa sur une Yamaha ? Ce serait "très positif" selon Jarvis

Article précédent

Pedrosa sur une Yamaha ? Ce serait "très positif" selon Jarvis

Article suivant

Dovizioso : Une chute dure à encaisser, mais tout peut encore arriver

Dovizioso : Une chute dure à encaisser, mais tout peut encore arriver
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de Catalogne
Catégorie Course
Lieu Circuit de Barcelona-Catalunya
Pilotes Andrea Iannone Boutique
Équipes Team Suzuki MotoGP
Auteur Willy Zinck
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu