Bagnaia ne pense pas qu'il aurait battu Binder en restant en slicks

Pecco Bagnaia était "en colère" d'avoir changé de moto au moment d'entamer le dernier tour au Red Bull Ring. Alors 10e, l'Italien a enchaîné les dépassements jusqu'à la deuxième place grâce à ses pneus pluie et il ne croit pas qu'il aurait pu faire aussi bien que Brad Binder en restant sur sa première machine.

Bagnaia ne pense pas qu'il aurait battu Binder en restant en slicks

Ce Grand Prix d'Autriche 2021 a vu Pecco Bagnaia passer par toutes les émotions. Longtemps leader, le pilote Ducati a cru tout perdre quand la pluie a redoublé et qu'il a changé de moto, pour finalement enchaîner les dépassements dans les derniers virages et remonter à la deuxième position derrière Brad Binder, unique pilote parmi ceux restés en pneus slicks à avoir pu conserver une confortable avance.

Bagnaia s'élançait de la deuxième place et il s'est emparé de la tête dans le premier tour mais il n'a pas pu creuser l'écart sur le groupe de tête, Fabio Quartararo prenant brièvement le leadership. Des gouttes de pluie sont tombées durant toute l'épreuve et Bagnaia a décidé de laisser la tête à Marc Márquez quand l'averse a redoublé, puis de l'imiter en changeant de moto pour repartir avec une machine équipée de pneus pluie.

"Il pleuvait un peu au départ, ce n'était pas très perturbant mais c'est toujours très dur de trouver son rythme dans cette situation", a expliqué Bagnaia en conférence de presse. "J'ai essayé d'attaquer un peu plus et ça s'améliorait. Mais quand la pluie est vraiment tombée, c'était dur de rester devant. J'ai laissé Marc passer parce qu'il est toujours très bon dans ces situations, pour voir ce qu'il faisait."

"Il est rentré aux stands et j'ai décidé de faire la même chose mais j'entendais beaucoup de pilotes passer et je me suis demandé si j'avais pris la bonne décision. Il restait cinq ou six tours [trois en réalité, ndlr]. Donc j'ai énormément attaqué et ce n'était pas facile avec la pluie. Je ne sais pas pourquoi, mais dans les deux derniers tours, c'était plus glissant que pour ceux en slicks au freinage. Mais j'ai vu que c'était la même chose pour tous les pilotes, parce que Marc est tombé et que Jorge [Martín] m'a dit que c'était pareil pour lui."

Lire aussi :

Bagnaia a fait une erreur avec ses pneus pluie, sortant large et permettant ainsi à Martín de le doubler, et il ne pointait qu'au 11e rang un tour après son changement de pneus. La chute de Márquez lui a fait gagner une place mais il ne croyait plus au podium avant d'entamer le dernier tour, avec plus de 15 secondes de retard sur Aleix Espargaró, deuxième avec ses slicks.

Les pneus de Bagnaia lui ont donné un très net avantage qui lui a permis d'enchaîner les dépassements, avec cinq pilotes doublés dans les cinq derniers virages. "J'étais en colère en débutant le dernier tour, parce que j'étais dixième", reconnaît le natif de Turin. "Je voyais qu'il y avait un groupe très loin mais je ne pensais pas qu'il y avait neuf pilotes."

"J'ai doublé Taka au freinage du virage 4 et les autres entre les virage 6 et 7. J'ai dépassé Lecuona au virage 8 et Brad était devant. Je ne pensais pas être sur le podium. Je n'avais compté que six pilotes donc je pensais être quatrième, mais quand j'ai vu les écrans géants, j'ai vu que j'étais deuxième. Donc j'étais un peu plus satisfait, mais au début du tour, la première sensation était la colère !"

"J'ai juste essayé de faire chauffer les pneus et je crois que j'ai doublé neuf pilotes dans le dernier tour", a ajouté Bagnaia. "J'ai pris beaucoup de plaisir mais Brad était déjà parti. Je suis content de ce résultat et je sais qu'on est très proches de notre première victoire."

En changeant de moto, j'espérais que ce soit la bonne décision mais c'est impossible à dire maintenant. Pour moi, si je n'avais pas changé de pneus je n'aurais pas fini devant Brad.

Pecco Bagnaia

Le succès de Brad Binder pourrait laisser penser que les pilotes qui ont changé de moto ont eu tort mais Pecco Bagnaia voit surtout un exploit du pilote KTM, qui a collé 14"831 à Luca Marini, deuxième pilote à l'arrivée à être resté sur une machine équipée de pneus slicks. Bagnaia reconnaît qu'il n'aurait probablement pas fait aussi bien s'il était resté en piste.

"J'ai fait le maximum possible et je ne pensais pas que quelqu'un continuerait en pneus slicks. La piste était complètement humide, donc je n'y pensais pas. J'ai commencé à me dire qu'il manquerait du temps pour remonter mais il ne restait que cinq ou six tours. En changeant de moto, j'espérais que ce soit la bonne décision mais c'est impossible à dire maintenant. Pour moi, si je n'avais pas changé de pneus je n'aurais pas fini devant Brad."

Bagnaia est impressionné par la prestation de Binder dans ces conditions dantesques : "C'est fou, c'est un choix que seul Jack, et maintenant Brad, peuvent faire. Ce n'était pas facile. En slicks, au virage 3 c'était déjà très glissant. Je pense qu'il a fait quelque chose d'incroyable aujourd'hui. Le meilleur travail possible".

Cette deuxième place permet à Bagnaia de reprendre 11 points à Fabio Quartararo et de passer devant Johann Zarco au championnat. Mais l'Italien veut surtout retenir le bon travail effectué par Ducati au cours de la dizaine de jours passés en Autriche et préfère rester prudent quant à ses chances de combler le conséquent écart qui le sépare encore du leader.

"Je pense que c'est la même situation qu'avant, 47 points ça reste beaucoup. Il faudra peut-être une autre course de Fabio comme ça, mais il est très fort, il fait une saison incroyable. Yamaha souffre un peu plus sur cette piste, ce n'était pas facile de rester devant, ce n'était pas facile et il mérite les points qu'il a."

Lire aussi :

partages
commentaires
Championnat - Coup dur pour Zarco, Ducati repasse Yamaha

Article précédent

Championnat - Coup dur pour Zarco, Ducati repasse Yamaha

Article suivant

Le pari fou de Brad Binder : "La vie favorise les courageux !"

Le pari fou de Brad Binder : "La vie favorise les courageux !"
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021