Bagnaia privé de la pole : "Le drapeau jaune était impossible à voir"

Pecco Bagnaia assure respecter la règle qui le prive aujourd'hui d'une pole position record, néanmoins il en conteste le manque de nuance après une situation dans laquelle il juge qu'il lui aurait été impossible d'agir différemment.

Pendant deux minutes, Pecco Bagnaia s'est cru détenteur de la pole position du Grand Prix du Portugal et du nouveau record de Portimão, puisqu'il venait de pulvériser la référence jusqu'ici détenue par Fabio Quartararo. Seulement son chrono de 1'38"494 a finalement été annulé, le pilote italien ayant été pénalisé pour avoir attaqué sous régime de drapeau jaune.

L'incident concerné porte sur la chute de Miguel Oliveira dans le virage 9 de la piste portugaise, survenu dans la dernière minute de ces qualifications. Or Bagnaia, bien qu'il ne conteste pas la règle dont il fait les frais, juge qu'il était impossible pour lui de voir le signal indiquant l'accident en question et que les commissaires étaient positionnés au mauvais endroit compte tenu de la typologie des lieux.

Lire aussi :

"Habituellement, quand il y a une règle, il faut toujours la respecter. Mais à mon avis, il peut aussi y avoir des cas particuliers, parce que pendant une qualif, quand tout le monde pousse à 100%, on peut plus facilement assister à des chutes. En 15 minutes, on a pratiquement quatre bons tours, or sur ces quatre j'en ai eu deux d'annulés, les deux tours lors desquels j'ai attaqué, alors ça devient difficile", regrette-t-il. "Je ne suis pas d'accord avec cette règle, parce qu'à mon avis il faudrait penser les choses différemment en qualifs, mais si c'est la règle il faut la respecter."

 

Dans le cadre d'un Grand Prix qui expérimente le système de panneaux lumineux visant à rendre les signaux plus visibles, le pilote italien déplore le positionnement de ces alertes, plus que le système en lui-même. "S'ils sont mis dans la bonne position, on les voit. Quand Martín est tombé, je l'ai vu, quand Zarco est tombé dans son premier run [de qualifs] je l'ai vu, et quand je vois le drapeau jaune habituellement je ralentis. Mais malheureusement à l'endroit où ça s'est passé aujourd'hui, il était impossible à voir."

"À cet endroit, on arrive d'une descente, or le drapeau jaune se trouvait sur la droite et j'étais déjà incliné pour prendre le virage sur la gauche, donc c'était impossible de le voir. Marini, qui était derrière moi, m'a dit la même chose, lui non plus n'a pas vu le drapeau jaune, donc c'était impossible. Mais quoi qu'il en soit, c'est la règle, et il faut donc la suivre. Le problème c'est qu'en 15 minutes, deux tours m'ont été supprimés, les deux tentatives que j'ai faites, donc j'aurais mieux fait de rester au stand et de regarder les autres !" sourit-il, dépité.

Francesco Bagnaia, Ducati Team

Le pilote Ducati est d'autant plus contrit ce soir qu'il avait déjà vu un autre de ces tours annulés plus tôt dans la séance, cette fois à la suite de la chute de Johann Zarco. Sans compter que, lorsqu'il a posté son dernier chrono, il a coupé la ligne cinq secondes avant la fin de décompte, ce qui signifie qu'il aurait pu enchaîner avec un autre tour rapide s'il ne s'était pas cru à l'abri avec un temps qui représentait le nouveau record de la piste.

Il assure d'ailleurs qu'il aurait agi différemment s'il avait vu que Miguel Oliveira était tombé. "Je suis habituellement un pilote assez respectueux des règles, et quand je vois un drapeau jaune je ralentis. Aujourd'hui, je ne l'ai pas vu, et surtout je n'ai pas vu Miguel. Dans la vidéo que j'ai vue ensuite à la direction de course, on voit qu'Oliveira était déjà pratiquement sur la route d'accès et que sa moto était redressée contre les pneus, donc hors de tout danger. Mais malheureusement je ne l'ai pas vu, sinon j'aurais fait un autre tour. Je n'aurais peut-être pas refait ce temps-là, parce que j'avais déjà beaucoup appuyé sur les pneus pour le faire, mais j'aurais quand même peut-être pu obtenir la deuxième ligne."

Lire aussi :

L'annulation de ce tour a fait rétrograder Bagnaia à la 11e position, tandis que Quartararo a récupéré la première place. La stratégie pour dimanche s'impose donc, il s'agira d'attaquer. "Désormais, mon tour a été annulé, alors il n'y a rien à faire. Je vais devoir partir 11e et je vais essayer de prendre le meilleur départ possible pour récupérer au moins quatre ou cinq places dès le premier tour", annonce-t-il. "Ma stratégie sera sûrement différente, parce que je vais devoir pousser à 100% du début à la fin sans devoir penser à gérer les pneus. D'habitude, c'est fondamental de les gérer mais je ne vais pas pouvoir le faire, je vais devoir pousser à 100% et j'espère pourvoir arriver au bout avec un bon niveau d'usure pour ensuite réussir à bien gérer la phase finale."

"Il est possible que ma course soit déjà en partie compromise parce qu'aujourd'hui, en MotoGP, si on ne part pas des deux premières lignes, c'est très dur. Mais on verra. Mon rythme est très bon. Aujourd'hui, en EL4, j'ai utilisé mes pneus usés du matin et j'ai fait mon meilleur temps avec 25 tour dans les pneus, alors ça n'était pas mal. J'ai vu que Quartararo a été le plus rapide, mais pour les deux runs il avait des pneus neufs. Je suis assez convaincu de pouvoir faire une belle course et de pouvoir me battre pour le top 5. Gagner, à mon avis ce sera très compliqué, mais je vais essayer de faire tout mon possible pour remonter."

partages
commentaires
Johann Zarco agréablement surpris par ses progrès et sa première ligne

Article précédent

Johann Zarco agréablement surpris par ses progrès et sa première ligne

Article suivant

Viñales conteste une décision "injuste" le privant de la pole

Viñales conteste une décision "injuste" le privant de la pole
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021