Bagnaia privé de la pole : "Le drapeau jaune était impossible à voir"

Pecco Bagnaia assure respecter la règle qui le prive aujourd'hui d'une pole position record, néanmoins il en conteste le manque de nuance après une situation dans laquelle il juge qu'il lui aurait été impossible d'agir différemment.

Pendant deux minutes, Pecco Bagnaia s'est cru détenteur de la pole position du Grand Prix du Portugal et du nouveau record de Portimão, puisqu'il venait de pulvériser la référence jusqu'ici détenue par Fabio Quartararo. Seulement son chrono de 1'38"494 a finalement été annulé, le pilote italien ayant été pénalisé pour avoir attaqué sous régime de drapeau jaune.

L'incident concerné porte sur la chute de Miguel Oliveira dans le virage 9 de la piste portugaise, survenu dans la dernière minute de ces qualifications. Or Bagnaia, bien qu'il ne conteste pas la règle dont il fait les frais, juge qu'il était impossible pour lui de voir le signal indiquant l'accident en question et que les commissaires étaient positionnés au mauvais endroit compte tenu de la typologie des lieux.

Lire aussi :

"Habituellement, quand il y a une règle, il faut toujours la respecter. Mais à mon avis, il peut aussi y avoir des cas particuliers, parce que pendant une qualif, quand tout le monde pousse à 100%, on peut plus facilement assister à des chutes. En 15 minutes, on a pratiquement quatre bons tours, or sur ces quatre j'en ai eu deux d'annulés, les deux tours lors desquels j'ai attaqué, alors ça devient difficile", regrette-t-il. "Je ne suis pas d'accord avec cette règle, parce qu'à mon avis il faudrait penser les choses différemment en qualifs, mais si c'est la règle il faut la respecter."

 

Dans le cadre d'un Grand Prix qui expérimente le système de panneaux lumineux visant à rendre les signaux plus visibles, le pilote italien déplore le positionnement de ces alertes, plus que le système en lui-même. "S'ils sont mis dans la bonne position, on les voit. Quand Martín est tombé, je l'ai vu, quand Zarco est tombé dans son premier run [de qualifs] je l'ai vu, et quand je vois le drapeau jaune habituellement je ralentis. Mais malheureusement à l'endroit où ça s'est passé aujourd'hui, il était impossible à voir."

"À cet endroit, on arrive d'une descente, or le drapeau jaune se trouvait sur la droite et j'étais déjà incliné pour prendre le virage sur la gauche, donc c'était impossible de le voir. Marini, qui était derrière moi, m'a dit la même chose, lui non plus n'a pas vu le drapeau jaune, donc c'était impossible. Mais quoi qu'il en soit, c'est la règle, et il faut donc la suivre. Le problème c'est qu'en 15 minutes, deux tours m'ont été supprimés, les deux tentatives que j'ai faites, donc j'aurais mieux fait de rester au stand et de regarder les autres !" sourit-il, dépité.

Francesco Bagnaia, Ducati Team

Le pilote Ducati est d'autant plus contrit ce soir qu'il avait déjà vu un autre de ces tours annulés plus tôt dans la séance, cette fois à la suite de la chute de Johann Zarco. Sans compter que, lorsqu'il a posté son dernier chrono, il a coupé la ligne cinq secondes avant la fin de décompte, ce qui signifie qu'il aurait pu enchaîner avec un autre tour rapide s'il ne s'était pas cru à l'abri avec un temps qui représentait le nouveau record de la piste.

Il assure d'ailleurs qu'il aurait agi différemment s'il avait vu que Miguel Oliveira était tombé. "Je suis habituellement un pilote assez respectueux des règles, et quand je vois un drapeau jaune je ralentis. Aujourd'hui, je ne l'ai pas vu, et surtout je n'ai pas vu Miguel. Dans la vidéo que j'ai vue ensuite à la direction de course, on voit qu'Oliveira était déjà pratiquement sur la route d'accès et que sa moto était redressée contre les pneus, donc hors de tout danger. Mais malheureusement je ne l'ai pas vu, sinon j'aurais fait un autre tour. Je n'aurais peut-être pas refait ce temps-là, parce que j'avais déjà beaucoup appuyé sur les pneus pour le faire, mais j'aurais quand même peut-être pu obtenir la deuxième ligne."

Lire aussi :

L'annulation de ce tour a fait rétrograder Bagnaia à la 11e position, tandis que Quartararo a récupéré la première place. La stratégie pour dimanche s'impose donc, il s'agira d'attaquer. "Désormais, mon tour a été annulé, alors il n'y a rien à faire. Je vais devoir partir 11e et je vais essayer de prendre le meilleur départ possible pour récupérer au moins quatre ou cinq places dès le premier tour", annonce-t-il. "Ma stratégie sera sûrement différente, parce que je vais devoir pousser à 100% du début à la fin sans devoir penser à gérer les pneus. D'habitude, c'est fondamental de les gérer mais je ne vais pas pouvoir le faire, je vais devoir pousser à 100% et j'espère pourvoir arriver au bout avec un bon niveau d'usure pour ensuite réussir à bien gérer la phase finale."

"Il est possible que ma course soit déjà en partie compromise parce qu'aujourd'hui, en MotoGP, si on ne part pas des deux premières lignes, c'est très dur. Mais on verra. Mon rythme est très bon. Aujourd'hui, en EL4, j'ai utilisé mes pneus usés du matin et j'ai fait mon meilleur temps avec 25 tour dans les pneus, alors ça n'était pas mal. J'ai vu que Quartararo a été le plus rapide, mais pour les deux runs il avait des pneus neufs. Je suis assez convaincu de pouvoir faire une belle course et de pouvoir me battre pour le top 5. Gagner, à mon avis ce sera très compliqué, mais je vais essayer de faire tout mon possible pour remonter."

partages
commentaires
Johann Zarco agréablement surpris par ses progrès et sa première ligne

Article précédent

Johann Zarco agréablement surpris par ses progrès et sa première ligne

Article suivant

Viñales conteste une décision "injuste" le privant de la pole

Viñales conteste une décision "injuste" le privant de la pole
Charger les commentaires
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021