Bagnaia craint Quartararo et veut "le marquer à la culotte"

Pecco Bagnaia estime qu'il sera indispensable de rester au contact de Fabio Quartararo dans les premiers tours du Grand Prix de Catalogne, pour ne pas laisser le Français s'échapper.

Bagnaia craint Quartararo et veut "le marquer à la culotte"

Fabio Quartararo est l'homme fort du moment en MotoGP. Vainqueur de la moitié des courses disputées cette année, le Français était également dominateur à Jerez avant d'être ralenti par un arm-pump et la pluie l'a peut-être privé d'un succès supplémentaire au Mans. Pecco Bagnaia, l'un de ses principaux rivaux depuis le début de la saison, était probablement le seul capable de le stopper au Mugello mais une chute en tout début d'épreuve a brisé ses espoirs, alors qu'il venait pourtant de prendre l'avantage.

Le circuit de Barcelone offre au pilote Ducati une nouvelle opportunité moins d'une semaine plus tard, bien que le tracé soit taillé pour la Yamaha, que Quartararo a fait triompher en 2020. Bagnaia a conscience qu'El Diablo sera redoutable ce dimanche et il veut l'empêcher de reproduire le schéma des courses de Jerez et du Mugello, où il a vite creusé l'écart sur le reste du plateau.

"Quartararo est le plus constant cette année", a estimé le pilote italien à l'issue de la première journée d'essais en Catalogne. "Il a toujours été rapide et souvent il n'a pas eu de concurrent, comme à Jerez ou au Mugello. Malheureusement, au Mugello on avait un très bon rythme et on aurait pu rester avec lui en course. Mais je ne peux pas chercher d'excuses, ma course s'est très vite arrêtée. C'est vraiment une piste typée Yamaha, mais on peut bien faire ici donc il sera très important de le marquer à la culotte dans les premiers tours : il est vraiment bon, mais notre moto est bonne donc on peut être rapide."

Lire aussi :

Vendredi, Pecco Bagnaia a réalisé le cinquième temps, deux positions et moins de quatre dixièmes derrière Fabio Quartararo. Ses premiers tours en pneus tendres ont cependant été difficiles, le circuit étant encore trop sale au début de la deuxième séance d'essais libres : "Je pense que ça allait ce matin, mais cet après-midi, quand je suis sorti en pneu tendre, j'ai un peu souffert, parce que sur le côté droit, ça ne fonctionnait pas et il a fallu plusieurs tours avant que ça fonctionne. Je souffrais en entrée et en sortie des courbes sur la droite. Mais après, on a repris un tendre et pour le time attack tout allait bien, tout était bon. J'ai fait un bon chrono."

"Je suis assez certain que le pneu de course ne sera pas le tendre, parce qu'il glisse un peu trop. Il y a beaucoup de mouvements sur le côté droit. [Samedi], il faudra tester le medium et le dur en EL4, pour choisir le bon. L'an dernier, après le premier jour, j'étais avant-dernier, je ne sais plus, donc j'ai progressé dans mon rythme ici et je suis satisfait, mais pour le moment on n'est pas si performants en rythme de course. Il faut progresser dans ce domaine mais je suis sûr qu'on le fera."

Ce sera certainement une course de gestion, pas très fun à regarder mais très intéressante à faire.

Pecco Bagnaia

Les pneus devraient être la clé de la course. Tous les pilotes ont évoqué leurs difficultés à trouver l'adhérence dans les deux premières séances d'essais, en particulier dans le virage 10, dont le profil a été modifié et l'asphalte refait. Dans ces conditions, la dégradation des gommes pourrait être forte et dicter la physionomie du Grand Prix : "Ce sera certainement une course de gestion, pas très fun à regarder mais très intéressante à faire, parce qu'on sait que c'est avec des pneus usés qu'on pourra faire la différence."

"C'est toujours bien de piloter la moto donc je suis content", a ajouté Bagnaia. "Les sensations sont bonnes sur la moto, même si on arrive sur une piste qui a un niveau de grip très différent du Mugello. Ici, j'ai presque l'impression d'être au Ranch [de Valentino Rossi] et ça s'est vraiment dégradé depuis l'an dernier."

Lire aussi :

"C'est étrange dans certaines situations, parce que tu va plus vite sans attaquer. Il faut vraiment gérer la situation ici et c'est différent de tous les autres circuits. Mais je suis à l'aise et on sait ce qu'il faut améliorer. Le rythme est bon et on sait qu'on peut être bons en pneus usés. On devra progresser [ce samedi], mais je suis assez certain qu'on pourra le faire."

Avec Matteo Nugnes

partages
commentaires

Voir aussi :

Binder rapide, mais "le pneu arrière était détruit après 20 tours"

Article précédent

Binder rapide, mais "le pneu arrière était détruit après 20 tours"

Article suivant

EL3 - Morbidelli devance Quartararo, Rossi sera en Q2

EL3 - Morbidelli devance Quartararo, Rossi sera en Q2
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021