Bagnaia plus confiant que jamais avant le GP de France

Pecco Bagnaia est convaincu que la Ducati sera à nouveau très performante au Mans ce week-end, ainsi que sur la majorité des circuits prévus dans les prochains mois. L'Italien attribue sa première place au championnat à une meilleure confiance en lui.

Bagnaia plus confiant que jamais avant le GP de France

C'est pour la première fois en leader du championnat MotoGP que Pecco Bagnaia se rendra au Grand Prix de France en fin de semaine, grâce à son podium de Jerez, le troisième en quatre courses cette année. Le pilote Ducati pense être en mesure de briller sur le circuit du Mans, où il était performant avant l'arrivée de la pluie et un mauvais départ en 2020, dans une course où les pilotes de Borgo Panigale s'étaient montrés dominateurs.

"L'année dernière, j'ai été fort [au GP de France]", déclare Bagnaia. "J'étais parti septième et j'avais juste été en difficulté le premier jour parce qu'il faisait trop froid, mais ensuite j'avais été compétitif. On avait eu la malchance d'avoir des conditions humides pour la course. Attendons de voir si ce sera mouillé ou non cette année. J'espère que ce sera sec, mais quoi qu'il en soit on y arrivera préparés."

Lire aussi :

Alors que Ducati vient de décrocher son premier succès de la saison, grâce à Jack Miller, et de s'offrir un doublé inédit à Jerez, Pecco Bagnaia espère poursuivre la dynamique dans les prochaines courses, selon lui toutes favorables à sa Desmosedici, le Sachsenring étant l'unique exception.

"Le Mans est une bonne piste pour nous. Le Mugello est une très bonne piste pour nous, comme Barcelone et Assen. Ensuite, il y aura le Sachsenring, une piste sur laquelle à mon avis on aura beaucoup de mal, puis la Finlande que personne ne connaît pour le moment. Donc, on verra, mais les trois prochaines pistes devraient en tout cas être très bonnes pour nous."

Dans le contexte créé par la pandémie de COVID-19, le calendrier pour la fin de saison reste incertain mais quels que soient les circuits visités, Bagnaia affiche une nouvelle fois sa confiance : "Les pistes extra-européennes, je ne pense pas qu'on s'y rendra cette année non plus. Quoi qu'il en soit, si on devait y aller, elles sont toutes très bonnes pour nous, ce que ce soit le Japon, la Thaïlande, la Malaisie et l'Australie. Ce sont des pistes qui me plaisent beaucoup et qui conviennent très bien à notre moto. On espère tous pouvoir y aller, mais il faudra voir quelle sera la situation par rapport au COVID-19 en septembre et octobre." 

La capacité de la Ducati à briller sur toute une variété de terrains semble en effet évidente puisque entre son équipe officielle et le team Pramac, le constructeur a placé deux pilotes sur le podium de toutes les courses cette année, sauf à Portimão, où Bagnaia a été le seul représentant de la marque à repartir avec un trophée. Le leader du championnat ne voit pas beaucoup de faiblesses à la Desmosedici face à la concurrence.

"Je pense que la Ducati est la meilleure moto qu'il y ait, c'est clair. Je me sens bien à tous les niveaux, j'arrive à bien la piloter, à avoir de très bonnes sensations avec l'avant. Évidemment, toutes les motos ont des pour et des contre. Dans les pour de la nôtre, il y a le fait que c'est une moto très rapide et qu'elle a un très bon freinage, une très bonne stabilité. Dans les contre, si on regarde un peu les autres motos, elle souffre peut-être un peu en traction. Mais on y travaille et on a progressé [lors du test de Jerez], alors on verra. Pour le moment, on est contents de notre moto, et selon moi on a encore une marge de progression." 

Lire aussi :

Malgré une machine qu'il juge redoutable, le test post-course organisé au lendemain du GP d'Espagne a été "important" pour Pecco Bagnaia, qui a encore gagné en confiance sur sa machine : "Il y a des doutes qui nous suivaient depuis le Qatar et on a réussi à terminer ce travail-là. J'ai réussi à finir tout le programme de tests qu'on avait planifié, donc tout s'est déroulé de la meilleure façon possible. À mon avis, on a aussi progressé en rythme, on a été rapides, alors c'est très bien."

Bagnaia a gagné en confiance

Assurant préférer la première place du championnat à une première victoire en MotoGP, Pecco Bagnaia impressionne par sa constance au plus haut niveau cette année, ce qui n'était pas acquis après une fin de saison 2020 délicate au sein du team Pramac, à la suite de son premier podium à Misano. Le natif de Turin a revu son approche mais ne la jugera gagnante que si sa bonne forme se confirme.

"Ce qui me manquait l'année dernière, c'était de la confiance en moi et de la régularité. J'essaye de les avoir, on a fait un travail incroyable avec mon coach cet hiver et on va essayer de continuer comme ça. Mais on n'a fait que quatre courses, il en reste 16 alors la route est encore longue. On va essayer de continuer comme ça." 

Et pour que cette approche soit gagnante, Bagnaia fera tout son possible pour que la première place au championnat ne se transforme pas en pression négative, en prenant les courses les unes après les autres : "Je dois encore m'y habituer ! [rires] Blagues à part, franchement, je n'y pense pas. Certes, c'est quelque chose de très grand, mais il n'y a que quatre courses de passées, alors ce serait vraiment une erreur de raisonner sur le fait qu'on est premier au championnat et de se mettre à gérer je ne sais quoi. Alors je n'y pense pas, pour le moment je pense simplement à la prochaine course, qui sera celle du Mans, et on verra là-bas. À mon avis, la pression que me donne le fait d'être dans l'équipe officielle m'aide surtout à rester plus concentré dans certaines situations."

Avec Léna Buffa 

partages
commentaires

Voir aussi :

Mir ne se sent pas encore prêt à s'engager comme Hamilton
Article précédent

Mir ne se sent pas encore prêt à s'engager comme Hamilton

Article suivant

Quartararo : "J'espère vraiment être prêt à 100%"

Quartararo : "J'espère vraiment être prêt à 100%"
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021