Quand Bagnaia a piloté une MotoGP après avoir gagné un pari

Son visage juvénile était aux anges : deux ans avant d'intégrer la catégorie reine, Pecco Bagnaia a pu piloter une MotoGP pour la première fois, grâce à un pari gagné avec son équipe.

Quand Bagnaia a piloté une MotoGP après avoir gagné un pari

Le 15 novembre 2016, Pecco Bagnaia, alors âgé de 19 ans, a enfourché pour la première fois une Ducati Desmosedici, en profitant du test MotoGP qui se déroulait à Valence au surlendemain du dernier Grand Prix de l'année. Que faisait-il là, alors qu'il venait de boucler sa quatrième saison en Moto3 ? Il profitait tout simplement d'un pari gagné avec son équipe.

Le team Aspar était à l'époque engagé dans la catégorie reine ainsi que dans la plus petite classe du Championnat du monde. Son responsable, Gino Borsoi, avait consenti de passer un pacte avec le jeune pilote italien, alors en quête de premiers succès. "J'ai gagné un pari qui était que si je gagnais deux courses avec la Mahindra, ils me donneraient la possibilité de piloter une MotoGP. Ils ont dit oui !" se souvient Bagnaia en revoyant les images pour le site officiel du MotoGP.

Vainqueur à Assen puis à Sepang, le pilote turinois a donc gagné son pari et reçu cette récompense très spéciale à l'issue de la saison. Après Álvaro Bautista et Karel Abraham, les nouvelles recrues de l'équipe pour la saison 2017, il a pu enfourcher la Ducati pour se faire plaisir.

"J'avais très, très peur", admet-il. Pourtant, alors qu'il lui a été malicieusement annoncé que la machine embarquait assez de carburant pour boucler trois tours de piste, Bagnaia a profité de son jouet pendant neuf tours, refusant de descendre de manège. "Ils m'ont panneauté de rentrer au stand après trois tours et j'ai continué à tourner. Je me suis dit que si je me retrouvais à court d'essence, je le ferais pendant un tour, mais je ne voulais pas m'arrêter. Mais je me souviens aussi que j'ai fait neuf tours et quand j'ai terminé, j'étais détruit, très fatigué musculairement."

"Gino m'avait dit : 'On fait un autre pari, tu ne vas pas mettre plein gaz dans le premier tour !' Alors pour le gagner, je suis sorti de la pitlane et j'ai mis plein gaz. Ça m'a fait peur, parce que ça n'avait rien à voir avec le Moto3. La veille je pilotais la Moto3 et c'était incroyable d'accélérer et de freiner avec une MotoGP. Jusqu'alors, la moto la plus rapide que j'avais pilotée c'était une R6 standard à Misano, juste pour quelques tours, mais quand j'ai essayé celle-là, c'était incroyable", se souvient Bagnaia.

Francesco Bagnaia, Aspar MotoGP Team

Pecco Bagnaia au test de Valence, le 15 novembre 2016

"Ça a aussi facilité mon passage en Moto2, parce que deux ou trois jours après je pilotais une Moto2 pour la première fois et, dans les premiers tours, je me suis dit que ça n'allait pas très vite !" sourit le pilote italien, conscient à l'époque que la route était encore longue avant qu'il puisse intégrer véritablement la catégorie reine. "Je poussais pour en arriver là un jour, mais c'était difficile à imaginer, parce qu'il faut [d'abord] aller en Moto2. Et puis, ma première expérience en Moto2 n'a pas été très facile, car le niveau y est très élevé."

"C'était une journée incroyable !" retient Pecco Bagnaia, qui avait alors enchaîné avec son arrivée dans la catégorie intermédiaire. D'abord cinquième du championnat en 2017, il a filé vers le titre en 2018 avant d'intégrer la catégorie reine, à nouveau sur une Ducati. Et ce souvenir garde aujourd'hui encore une place à part dans son parcours : "Peut-être que cette saison [2016] m'a donné la motivation pour arriver jusqu'ici. Premières victoires… Le team Aspar, c'est une grande équipe."

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Pour Stoner, les dégagements bitumés contribuent au danger
Article précédent

Pour Stoner, les dégagements bitumés contribuent au danger

Article suivant

Plateau MotoGP : ce qui change en 2022

Plateau MotoGP : ce qui change en 2022
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021