Bagnaia prévient : "Vous serez surpris par la vitesse en Q2"

Une pole position en 1'52 pour le Grand Prix du Qatar ? Pecco Bagnaia y croit, et s'affirme même désormais parmi les favoris, lui qui abordait le week-end pourtant prudemment.

Bagnaia prévient : "Vous serez surpris par la vitesse en Q2"

Alors que son médiatique coéquipier attire les feux des projecteurs, Pecco Bagnaia poursuit sa progression en MotoGP avec la discrétion qui le caractérise. C'est déjà avec son air de ne pas y toucher qu'il a créé la surprise la saison dernière en se portant à plusieurs reprises parmi les candidats à la victoire. Et c'est à nouveau avec une prudence quelque peu exagérée qu'il abordait le premier week-end de course, estimant que son objectif ne devait pas être plus ambitieux qu'un top 5 compte tenu d'une fin de championnat 2020 décevante.

Et pourtant, il était bel et bien au rendez-vous vendredi pour les premiers essais. Huitième des EL1, Bagnaia n'a manqué le meilleur temps des EL2 que pour 35 millièmes, battu par Jack Miller alors que son dernier tour, potentiellement meilleur, a été stoppé par un drapeau jaune. "En EL1, j'ai retrouvé les mêmes sensations qu'aux tests, et en EL2 quand j'ai commencé à enchaîner plus de tours avec les pneus tendres, j'ai affiché un très bon rythme avec la moto, mieux qu'aux tests. Mon premier time attack a été incroyable, je ne m'attendais pas à faire 1'53"4 et c'est arrivé très facilement, plus facilement qu'aux tests", constate-t-il.

Lire aussi :

"Franchement, ce que j'espérais c'était de revenir ici et d'avoir les mêmes sensations que celles que j'avais eues pendant les tests, et je dois dire que par rapport aux tests, je me sens même mieux. J'ai eu le temps de réfléchir à plusieurs choses et je me suis tout de suite senti bien", souligne le pilote italien, qui a mis un point d'honneur cet hiver à travailler sur sa capacité à délivrer une performance plus immédiate, afin de se montrer rapide dès son tour de sortie.

"C'est surtout mon deuxième time attack qui m'a étonné", note-t-il, bien qu'il ait été interrompu. "Dans mon premier tour lancé, j'ai tout de suite réussi à tourner en 1'53"4, et d'habitude il y avait toujours six dixièmes de différence entre mon premier et mon deuxième tour quand je faisais un time attack. C'est donc très positif, ça veut dire que j'ai progressé dans la direction que je voulais, là où je perdais toujours un peu l'année dernière, alors je suis très content."

"J'ai manqué de chance parce qu'il y a eu le drapeau jaune dans mon deuxième time attack, dans le dernier secteur, alors que j'étais un dixième plus rapide que mon chrono. J'étais donc très rapide. Mais peu importe."

Francesco Bagnaia, Ducati Team

Peu importe, en effet, car l'essentiel était assuré vendredi soir. "Ce qui était très important c’était d'accéder à la Q2 et d'être dans le top 10", soulignait-il, pressentant comme ses adversaires sur les chronos n'allaient pas être améliorés en EL3 cet après-midi, à juste titre"Les EL4 seront très importants aussi, pour le rythme de course, et surtout la Q2 pour réussir à se placer sur l'une des deux premières lignes."

"On est repartis avec les mêmes sensations que pendant les tests, voire mieux, et il faut qu'on continue sur cette voie, parce que je pense qu'on est très forts", estime Pecco Bagnaia, qui ne se cache pas derrière son petit doigt désormais pour évaluer ses chances en vue de la course. "J'ai demandé expressément de mettre ma moto sous scellés, de ne plus rien toucher pour les deux courses ! [rires] Je me sens très bien avec tout et je sais qu'à ce stade la différence peut venir de moi plus que d'une modification. Je suis donc détendu, je suis prêt."

Une pole position en 1'52 ?

L'objectif de vendredi ayant été atteint, le pilote turinois entend travailler sa régularité et sa capacité à gérer ses pneus pendant les EL4 qui précèderont en fin d'après-midi les qualifications, avant de repartir en quête d'un time attack réussi. Et il l'assure : il reste encore de la marge, bien que les records aient déjà tremblé. Le chrono établi par Miller vendredi est en effet seulement sept millièmes plus lent que le record absolu de la piste, et la V-max officielle (établie en Grand Prix) a déjà été battue par trois pilotes (tous sur Ducati), plaçant la nouvelle référence à 354,0 km/h.

"À mon avis, vous serez surpris par la vitesse qu'on affichera en Q2", a-t-il prévenu face aux journalistes, "parce que si les conditions sont bonnes je pense qu'on pourra toucher les 1'52 pour la première fois ici, au Qatar. On va donc faire le maximum pour arriver à la limite. [Vendredi], j'ai fait 1'53"4 et j'étais en train d'améliorer dans mon deuxième time attack quand le drapeau jaune a été agité, or ce n'était que le premier jour alors, à mon avis, on pourra aller à la limite [samedi] et améliorer là où on a peut-être laissé un petit quelque chose [vendredi]. Et je ne parle pas que des Ducati, mais de toutes les motos en général."

Lire aussi :

"Notre moto est la favorite sur cette piste, c'est certain", concède Bagnaia, qui craint malgré tout Franco Morbidelli, auteur du meilleur temps des EL1 et des EL3. "Mais Franky a démontré qu'il a un rythme vraiment très fort, et s'il part premier et pousse dans les premiers tours, il faudra qu'on en demande plus aux pneus et peut-être qu'on commencera à être plus en difficulté. Il sera donc très important de rester proche de lui, ou devant lui, et d'attendre peut-être la mi-course pour commencer à attaquer fort, d'être constant avec les pneus. En tout cas, l'équipe d'usine Ducati est très forte avec Jack et moi, Franco est très fort, Zarco aussi... Je pense que six ou sept pilotes sont très compétitifs pour la course de dimanche."

partages
commentaires

Voir aussi :

EL3 - Morbidelli mène, Marini surprend, Miller chute encore

Article précédent

EL3 - Morbidelli mène, Marini surprend, Miller chute encore

Article suivant

À la peine à Losail, KTM alerte : "Le début de saison sera dur"

À la peine à Losail, KTM alerte : "Le début de saison sera dur"
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021