Bagnaia ravi mais prudent sur ses chances de victoire

Pecco Bagnaia ne s'attendait pas à être si performant en qualifications au GP d'Aragón. L'auteur de la pole préfère minimiser ses chances de succès, échaudé par plusieurs courses difficiles.

Bagnaia ravi mais prudent sur ses chances de victoire

Enthousiasmé par une première journée supérieure à ses attentes, Pecco Bagnaia a confirmé ce samedi en signant sa deuxième pole en MotoGP au GP d'Aragón, avec une avance de 0"366 sur son coéquipier Jack Miller alors que les écarts étaient bien plus faibles depuis le début du week-end. Le pilote italien a su exploiter la puissance de sa Ducati et progresser dans le dernier virage pour s'offrir le nouveau record du circuit, grâce à un rythme meilleur que ce qu'il espérait.

"C'est bien, j'avais déjà trois dixièmes d'avance par rapport à mon meilleur temps dans le premier secteur", a souligné Bagnaia en conférence de presse. "Le deuxième secteur était incroyable aussi et notre moto nous aide beaucoup dans le secteur 4 [où la puissance fait la différence, ndlr]. L'entrée dans le dernier virage était incroyable. En voyant les données de Jorge Martín, ce n'était pas la même histoire que pour moi. J'ai essayé de faire comme lui et j'ai fait de gros progrès. Je suis très content, je n'attendais pas un tel chrono aujourd'hui, parce qu'il faisait plus chaud. Je suis également content du rythme en EL4."

Pecco Bagnaia et Jack Miller ont offert à Ducati son premier doublé en qualifications depuis cette même course il y a trois ans. Les représentants de la marque avaient pourtant éprouvé de grandes difficultés la saison passée, dans des températures bien plus fraîches, et Bagnaia n'avait jamais brillé sur ce circuit en MotoGP. La situation s'est inversée dès ses premiers tours de roue ce week-end.

"En arrivant ici, je me demandais vraiment comment être rapide sur cette piste, parce que j'ai eu du mal tous les ans ici, sauf en 2018, quand je jouais le titre [en Moto2]. En EL1, c'était une autre histoire. Mes sensations étaient bien meilleures que l'an dernier. Depuis Silverstone, je n'ai pas touché les réglages, ma moto est identique, et je n'ai rien changé depuis le début du week-end. Je me sentais bien sur la moto et j'ai juste essayé d'améliorer mon style de pilotage. C'est un grand jour pour Ducati. Un doublé et Jorge, Zarco et Bastianini [bien placés]. À part Luca, on est tous dans le top 10 donc c'est une bonne journée pour nous."

Lire aussi :

Bagnaia échaudé par ses récentes déconvenues

Avec une Ducati dominatrice et la meilleure position possible sur la grille de départ, Pecco Bagnaia apparaît naturellement comme prétendant sérieux à la victoire mais il préfère éviter tout excès d'optimisme après avoir plusieurs fois déchanté cette saison. Le natif de Turin était très performant au Mugello mais sa course a duré moins de deux tours, et il a connu deux dégringolades dans les trois dernières courses, à chaque fois à cause de soucis de pneus. Bagnaia souhaite donc tempérer les espoirs placés en lui.

"Ce week-end, c'est un peu comme au Mugello. Mes sensations sont très bonnes. J'avais des sensations incroyables au Mugello, et ce week-end aussi. J'ai souvent été performant cette année, à Portimão aussi, mais j'ai fait des erreurs ou j'ai eu des problèmes à chaque fois. C'est dur de dire si je suis prêt à gagner ou que je peux gagner, mais je pense que tous les éléments sont là, parce qu'on a bien travaillé, on a fait beaucoup de tours en pneus usés et le rythme était bon, le time attack était bon. Je ne sais pas si je pourrai gagner, donc on a une vraie chance d'avoir une bonne course demain."

"J'espère juste que ça sera une situation normale, parce qu'à Silverstone, on a eu un gros problème avec le pneu arrière", a ajouté Bagnaia. "Ça peut arriver et je pense que cette fois, ça ne sera pas pour moi. J'espère que tout se passera bien, comme dans le reste du week-end."

Et même s'il parvient à rester dans la lutte pour la première place en début d'épreuve, Bagnaia attendra les derniers tours pour mesurer ses véritables chances de victoire, espérant tirer profit des soucis de ses rivaux pour gérer la dégradation des pneus : "Je vais essayer de rouler à mon rythme et de voir ce qu'il se passera après 17 ou 18 tours. Je pense que des choses peuvent changer dans la dernière partie de la course parce que tout dépendra de la dégradation à l'arrière. Je pense qu'on est bons dans cette phase. On verra si je serai suffisamment bon pour gagner mais l'important sera de rester devant et d'être performant toute la course."

"Je ne pense que pas que ça sera très dur de gérer les pneus, contrairement d'autres circuits, parce que j'ai attaqué et que tout s'est bien passé", a-t-il souligné. "J'ai essayé d'attaquer à la fin, j'ai fait un 1'48"7, ce qui n'était pas mauvais, avec un pneu qui avait 26 tours, soit trois de plus que la distance de la course, et le rythme était encore très bon. J'ai vu que Marc avait un très bon rythme, mais je pense qu'on aura aussi un bon rythme pour essayer de se battre."

Lire aussi :

partages
commentaires

Voir aussi :

Quartararo n'a "pas le rythme suffisant" pour le podium
Article précédent

Quartararo n'a "pas le rythme suffisant" pour le podium

Article suivant

Un deuxième run "raté" prive Zarco de la deuxième ligne

Un deuxième run "raté" prive Zarco de la deuxième ligne
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021