"Trop tôt pour parler du championnat", prévient Bagnaia

Pecco Bagnaia retrouvera Jerez, où il avait brillé l'an dernier, fort d'un début de saison solide. Deuxième du championnat, le pilote Ducati a beau éclipser pour le moment son coéquipier, il préfère rester prudent.

"Trop tôt pour parler du championnat", prévient Bagnaia

Monté à la deuxième place du championnat, Pecco Bagnaia estime qu'il est préférable de tempérer les espoirs suscités par les résultats qu'il a obtenus lors des premiers Grands Prix, tant le chemin est encore long sur cette saison 2021. Toujours en quête de sa première victoire, parfois manquée de peu, le pilote Ducati a néanmoins donné les signes de progrès notables, récompensés par des performances qui auront été stables au cours des trois premiers Grands Prix.

En qualifications, il peut se targuer d'avoir décroché sa première pole position au GP du Qatar, avant d'être privé d'une seconde réalisation dans cet exercice par une pénalité au Portugal. En course, il a obtenu deux podiums en trois tentatives, et s'il est descendu à la sixième position au GP de Doha c'était en conséquence d'une erreur de pilotage sitôt assumée et qui lui a donné bien des regrets au vu d'un potentiel plus élevé qui était le sien.

À Portimão, malgré son départ de la quatrième ligne, le pilote Ducati a pu retrouver les avant-postes pour effacer la déception des événements de la veille et empocher 20 points qui alimentent un butin déjà dodu. S'il accuse 15 unités de retard sur un Fabio Quartararo capable de la même régularité de performance mais aussi de deux succès qui pèsent lourd, Bagnaia a pris une courte avance sur des adversaires tout aussi redoutables mais moins en réussite (Viñales, Mir) ou ayant perdu de gros points dans des chutes (Zarco, Rins). Son propre coéquipier, Jack Miller, n'a pu empocher que 14 points pour le moment, en proie à bien des soucis depuis le début du championnat.

Lire aussi :

Pour autant, le discret pilote turinois garde toute la mesure imposée par une saison tout juste entamée. "Il est trop tôt pour parler du championnat", prévient-il. "C'est la première fois que je suis deuxième et il faut que j'attende. Cette année, mon objectif sera d'être constant partout, tout le temps, y compris sur des circuits sur lesquels j'ai été en difficulté l'année dernière. J'y suis parvenu [à Portimão], parce que l'année dernière je crois que j'étais dernier, ou pas loin [il s'était qualifié 15e et avait abandonné dans le premier tour, ndlr]. On a beaucoup progressé, mais il est trop tôt pour parler du championnat."

"Pour le moment, je suis juste content d'être deuxième et j'aimerais continuer comme ça. On sait qu'on va arriver sur des pistes qui me plaisent, comme Jerez, Le Mans, Barcelone ou le Mugello, et là-bas aussi je vais essayer d'être rapide et peut-être que ma première victoire va arriver. Mais pour le moment je ne pense qu'à travailler comme on l'a fait ce week-end, car on a très bien travaillé, et à essayer de faire du mieux possible."

Francesco Bagnaia, Ducati Team

À l'image de Fabio Quartararo, leader du championnat, Pecco Bagnaia dit se sentir "plus fort désormais", après avoir "un peu changé [sa] préparation mentale". Il souligne aussi depuis la reprise de l'activité tous les bienfaits de son travail hivernal, lui qui a mis un point d'honneur à progresser sur ce qu'il considérait comme son talon d'Achille, à savoir sa capacité à livrer une performance immédiate, dans les premiers tours d'utilisation de ses pneus. Moins timoré au guidon, il encense également le travail réalisé dans son stand, aux côtés de Cristian Gabarrini, ingénieur qui a su par le passé accompagner l'éclosion d'un Casey Stoner ou la renaissance d'un Jorge Lorenzo.

"Je pense que nous pouvons rester à ce niveau pour toute la saison", estime Bagnaia auprès du site officiel du MotoGP, lui qui met un point d'honneur à se montrer à la hauteur de son nouveau statut cette saison. "Être dans l’équipe d’usine Ducati signifie qu’il faut toujours être en tête et nous avons démontré [dimanche] que nous pouvons y figurer, parce que j’étais très loin et récupérer toutes ces positions n’a pas été facile. Pour nous, cela signifie que nous sommes forts et que nous travaillons très bien cette saison."

"Nous devons donc continuer sur cette voie. Jerez a été l’année dernière l’une des meilleures courses que j’ai faites. Je n'avais pas fini à la suite d'un problème [technique], mais j’étais deuxième, donc nous devons continuer ainsi et je pense que nous pouvons rester au top comme ça."

Avec Chloé Millois

partages
commentaires

Voir aussi :

Rossi juge les drapeaux "obsolètes" et préfère les panneaux lumineux
Article précédent

Rossi juge les drapeaux "obsolètes" et préfère les panneaux lumineux

Article suivant

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021