Bagnaia enfin dans le coup à Valence : "Un autre monde"

Pecco Bagnaia a vécu le meilleur vendredi de sa carrière sur le circuit de Valence, où il a rarement brillé par le passé.

Bagnaia enfin dans le coup à Valence : "Un autre monde"

Pecco Bagnaia n'a jamais été très à l'aise à Valence. Son meilleur résultat a été une quatrième place en 2018, l'année de son titre en Moto2, et il a par la suite éprouvé de grandes difficultés sur ce tracé en MotoGP. Il n'a même pas pu prendre le départ en 2019, une étonnante chute à la sortie des stands l'ayant laissé avec une fracture du poignet, et les deux courses disputées l'an dernier se sont soldées sur une chute puis sur une médiocre 11e place.

Vainqueur de trois des cinq derniers Grands Prix disputés, Bagnaia est dans la forme de sa vie et ne pouvait arriver dans de meilleures dispositions à Valence. Le pilote Ducati a repris là où il s'était arrêté à Portimão, où il s'est imposé il y a moins d'une semaine, en prenant la sixième place en EL1 et la troisième en EL2.

"Je suis content, parce que je pense que c'est le meilleur vendredi que j'ai eu à Valence", résume Bagnaia. "J'ai pris beaucoup de plaisir. Je me sentais bien dans la matinée sur piste humide et c'était très bien. Dans l'après-midi, dès le début j'ai été très à l'aise, comme lors des dernières courses. On a réussi à tester différentes choses et on sait déjà quoi faire pour les prochains jours. C'est bien donc je suis content."

Cette première journée à Valence est à l'image de la saison que vit Bagnaia, avec de nets progrès par rapport à 2020 : "Les sensations sont bonnes avec la moto et le grip. Par rapport à l'an dernier, c'est vraiment un autre monde. Mais ce n'est pas la première fois que je me sens mieux et plus fort [qu'en 2020]. C'est peut-être parce que j'ai commencé à mieux travailler, peut-être parce que je me sens mieux à tous les niveaux. Je sens que je suis fort ici, pour la première fois."

"Je pense que les progrès réalisés cette année ont été immenses et ça m'aidera sûrement l'année prochaine", a ajouté Bagnaia. "Mais je dois dire que c'est vraiment bien de me sentir aussi bien à Valence, une piste sur laquelle j'ai toujours eu beaucoup de mal. Et ce qu'il y a de bien, c'est que je continue, comme à Portimão, à m'amuser à chaque tour que je fais, et ça devrait toujours être comme ça."

"Je suis très content que ce soit le cas. Cette année j'ai trouvé ma dimension. Peut-être que je l'ai trouvée un peu tard mais on travaille de la meilleure façon possible et arriver sur un circuit sur lequel j'ai toujours eu du mal et être toujours rapide, ça me donne une très grande force en vue des prochains jours."

Le virage 2, bête noire de Bagnaia

La seule véritable alerte a été une chute en début de journée, sur un circuit encore très humide et dans une courbe souvent piégeuse pour Bagnaia : "Comme chaque année, je suis tombé au virage 2", a déploré l'homme fort de cette fin de saison sur le site officiel du MotoGP. "Tous les ans, je tombe au deuxième virage de Valence ! Je ne sais pas pourquoi. D'autres pilotes tombent au virage 4, moi c'est le deuxième. C'est comme ça."

 

"Je me sentais bien, parce que j'étais en tête, je suis tombé puis quand je suis revenu en piste, j'étais dans les mêmes temps donc je me sens bien sur la moto quelles que soient les conditions. C'était la première fois que finissais bien sur piste humide donc on a fait un bon travail."

Et Pecco Bagnaia espère avoir connu sa chute annuelle et être épargné par les ennuis dans les deux derniers jours du week-end : "Je croise les doigts. J'espère ne plus tomber au virage 2. C'est une malédiction ! Tous les ans ! Je préfère que ça s'arrête."

Lire aussi :

Avec Léna Buffa

partages
commentaires

Voir aussi :

GP de Valence - Programme et guide d'avant-course
Article précédent

GP de Valence - Programme et guide d'avant-course

Article suivant

EL3 - Aleix Espargaró mène, son frère Pol chute lourdement

EL3 - Aleix Espargaró mène, son frère Pol chute lourdement
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021