Prodige du Moto3, Acosta ne doit pas brûler les étapes selon ses aînés

Auteur de spectaculaires débuts en Moto3 avec déjà trois succès, Pedro Acosta suscite de plus en plus d'intérêt. Fabio Quartararo lui conseille de se couper au maximum de la pression, ce qu'il n'a lui-même pas su faire, tandis que Marc Márquez et Joan Mir lui préconisent d'éviter une montée directe en MotoGP.

Prodige du Moto3, Acosta ne doit pas brûler les étapes selon ses aînés

En seulement quatre départs, Pedro Acosta a déjà fait une très forte impression en Moto3. Deuxième à l'arrivée de sa première course, le jeune Espagnol âgé de 16 ans a depuis enchaîné trois succès, dont un très spectaculaire au GP de Doha puisqu'il s'élançait depuis les stands, après l'essentiel du plateau. Acosta est ainsi devenu le plus jeune pilote de l'Histoire à décrocher trois victoires consécutives et le premier à débuter sa carrière en Championnat du monde avec quatre podiums.

Ces performances suscitent logiquement de plus en plus d'intérêt dans le paddock du Championnat du monde, ce qui pourrait nuire au principal intéressé d'après Fabio Quartararo. Le Français n'a pas goûté aux joies de la victoire en Moto3 et son passage dans la catégorie a donc été moins remarqué mais il a parfois eu du mal à garder les bonnes distances avec l'intérêt médiatique au cours de sa carrière, un écueil dans lequel Acosta pourrait tomber selon lui.

"Avant tout, je n'ai pas connu les mêmes débuts que lui", a rappelé Quartararo en conférence de presse à Jerez. "Je n'ai jamais gagné de course Moto3, alors je ne peux pas dire grand-chose. Mais ce qui est le plus important, c'est qu'il a 16 ans, il est super talentueux, super rapide, et il a juste besoin de prendre du plaisir, de rester dans sa bulle. C'est normal que les médias affluent vers lui, mais il est important qu'il prenne du plaisir."

"Je trouve qu'il fait ça super bien, alors qu'il continue comme ça et sans pression. C'est sa première année. C'est l'erreur que j'ai faite par le passé. Le plus important c'est de prendre du plaisir. S'il fait un top 10 ça va, et s'il gagne c'est encore mieux, mais qu'il savoure juste sa première année en championnat du monde." 

Les trois victoires d'Acosta :

Avant de briller sur la KTM du team Ajo, Pedro Acosta a déjà frappé les esprits l'an dernier en Rookies Cup, catégorie dans laquelle il a été titré après avoir débuté la saison sur une série de six victoires. Joan Mir, qui suivait déjà les performances de son compatriote en 2020, n'est donc pas vraiment étonné de le voir si performant en Moto3.

"Pedro fait vraiment un bon travail ; au cours de l'année dernière, en Rookies Cup, je suis allé là-bas pour le voir pour lui souhaiter bonne chance sur une paire de courses parce que l'un de mes mécaniciens, Fernando, est un de ses voisins", a expliqué le Champion du monde du MotoGP. "Et Fernando m'a parlé quelques fois de lui et du fait qu'il était rapide, et il avait raison ! Il fait vraiment un super travail et je pense qu'il a un brillant futur devant lui. Il a vraiment bien piloté et il montre que même s'il est débutant, il est l'un des principaux candidats [au titre] cette année."

Un passage direct en MotoGP ? Les pilotes appellent à la prudence

Le principal intéressé est le premier surpris de son début de saison étincelant. Deuxième au cumul des séances au cours des tests de pré-saison organisés sur le circuit de Losail, Pedro Acosta nourrissait l'espoir de briller mais jamais il n'imaginait de si bons débuts, qui le voient mener le championnat avec plus du double des points de son principal poursuivant, Niccolò Antonelli.

"Après une bonne pré-saison, on savait qu'on pouvait décrocher de bons résultats mais rien de tel", a confirmé le nouvel homme fort du Moto3, auteur du meilleur temps dès sa toute première séance d'essais libres en Grands Prix, une performance que même Valentino Rossi ou Marc Márquez n'avaient pas réussie. "Quand on arrive en Championnat du monde, on ne se dit pas qu'on peut gagner des courses dans la première partie de la saison. Il faut continuer à travailler."

Reconnaissant être "nerveux" d'être invité en conférence de presse aux côtés de cinq pilotes du MotoGP, Acosta y a aussi vu un signe de son impressionnant début de saison. "Si je suis ici, c'est qu'on travaille bien", a-t-il commenté. Un travail si bon que certains l'imaginent déjà faire le saut directement du Moto3 vers le MotoGP, comme Jack Miller avant lui. Devant un Acosta resté placide, les différents pilotes de la catégorie reine lui ont néanmoins conseillé de faire preuve de prudence et de ne pas brûler les étapes.

"Vous connaissez ma philosophie", a déclaré Marc Márquez. "Dès que je suis arrivé dans le Championnat du monde, j'ai voulu avancer étape par étape, apprendre le Moto3, [puis] quand on sent que c'est suffisant, passer au Moto2, apprendre des choses là-bas, puis aller en MotoGP. À 16 ans, je ne pense pas que ce sera sa décision. Ce sera celle de l'équipe qui l'entoure mais laissez-le rouler, prendre du plaisir, c'est le plus important. On a vu beaucoup de jeunes espoirs subir de trop pression. Oui, il peut gagner ce championnat mais à 16 ans, c'est dur de comprendre ce qu'on fait là. Il s'en sort très bien. Laissez-le rouler, prendre du plaisir, et je suis certain qu'il y arrivera."

Mir, qui n'a passé qu'un an en Moto2 mais trois en Moto3, conseille aussi à Acosta de faire ses armes dans chaque catégorie et ne pas se laisser séduire par une offre qui viendrait top tôt : "Je pense qu'il faut qu'il soit très intelligent pour s'entourer des bonnes personnes et ne pas laisser ces choses [le perturber]. Certes, c'est un rookie, il est très performant et il mène le championnat, c'est très bien pour son avenir. Ça veut dire qu'il a un temps d'adaptation plus rapide que les autres, et c'est très bien. Mais il y a aussi l'expérience. L'expérience est plus difficile à acquérir parce qu'il faut des courses, il faut que tu vives des choses. Ça ne s'achète pas et c'est difficile."

"Si j'ai un conseil, c'est de passer deux ans dans cette catégorie, c'est le plus intelligent, et de ne pas trop penser au reste, parce que ce n'est que la quatrième course et que beaucoup de choses peuvent lui arriver. Il est rapide en ce moment, félicitations, mais il faut garder les pieds sur terre et continuer à travailler."

Les débuts de Pedro Acosta ont attiré l'œil de Pecco Bagnaia mais celui qui mène le championnat en MotoGP préconise aussi de passer du temps dans chaque catégorie avant de faire le grand saut : "C'est sûr qu'il est l'un des rookies qui m'a le plus impressionné depuis que je suis en Championnat du monde", a concédé Bagnaia. "La meilleure façon d'atteindre le MotoGP est de passer par toutes les catégories, pour prendre de l'expérience, apprendre et grandir. Pour moi, il vaut mieux attendre et ne pas lui mettre trop de pression. Ces dernières années, on a vu de jeunes pilotes qui arrivent dans le championnat subir une forte pression médiatique et perdre le fil. Il vaut mieux attendre, le féliciter et rien de plus. Avoir trop d'attentes, ce ne serait pas la meilleure façon d'apprendre pour lui."

Franco Morbidelli affiche moins de réserves quant à une arrivée en MotoGP à court terme : "S'il le sent, pourquoi pas", a estimé le vice-Champion 2020 de la catégorie, très impressionné par le prodige du Moto3 : "Je pense que garder les pieds sur terre est important, mais Pedro a quelque chose en plus. On ne voit jamais ça. J'ai vu les courses et je n'ai jamais vu ça. Romano Fenati a fait des choses similaires mais c'était différent, le Moto3 venait de débuter. Pedro a quelque chose à part, c'est évident. Il a 16 ans mais ce n'est pas l'impression qu'il donne. Il a l'air d'être concentré. Il n'est pas là pour rigoler. Je pense que c'est un bon conseil de garder les pieds sur terre. Mais pour monter [en MotoGP], ça dépend de lui."

Mais quoi que l'avenir réserve à Pedro Acosta, songer au MotoGP à ce stade de sa carrière ne peut que le troubler selon Fabio Quartararo : "Il n'a que 16 ans, il en est à quatrième course de la saison. Il faut juste qu'il profite. Avec ses résultats, je ne suis pas inquiet pour son avenir. Il est tôt mais il a un bel avenir devant lui."

Avec Guillaume Navarro et Léna Buffa

partages
commentaires

Voir aussi :

Une course difficile mais un test encourageant pour KTM

Article précédent

Une course difficile mais un test encourageant pour KTM

Article suivant

VR46 en MotoGP : quels effets sur les autres teams satellites ?

VR46 en MotoGP : quels effets sur les autres teams satellites ?
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021