MotoGP

Pedrosa au sol : "Ça s'est joué à un millimètre"

Une touchette contre Bautista, et Pedrosa était dans le gravier dès le premier tour de la course, emmenant Nakagami avec lui dans sa chute.

Dani Pedrosa vivait déjà un week-end des plus compliqués, notamment marqué par la plus faible qualification de sa carrière MotoGP, mais il a bu le calice jusqu'à la lie : sa course n'a duré que deux virages.

Très en difficulté sur les deux jours précédents, et particulièrement samedi après-midi, le pilote Honda avait obtenu des signes encourageants au warm-up, dont il avait enregistré le huitième temps. Néanmoins, c'est bredouille qu'il repart d'Italie, assumant pleinement sa faute dans sa chute et celle de Takaaki Nakagami quelques instants après le départ de la course.

"J'ai touché la roue arrière de Bautista. J'ai perdu l'avant et ma moto a fait tomber Nakagami", explique Pedrosa. "Je suis sorti du premier virage complètement à l'extérieur, je dépassais à l'extérieur et quand je suis allé à gauche je me suis retrouvé à l'intérieur, Nakagami était à l'extérieur."

"J'ai freiné normalement, car je savais que j'étais derrière donc je ne pouvais pas freiner au point de référence, j'ai juste voulu garder ma ligne pour que Nakagami ne la bloque pas. Pour une raison quelconque, j'ai eu l'impression que Bautista ne relâchait pas assez les freins, je ne me souviens pas très bien mais je n'ai pas eu l'impression qu'il était dans le trafic. Quoi qu'il en soit, c'est évidemment de ma faute. J'ai failli ne pas le toucher, ça s'est joué à un millimètre."

"50% de chance" que ça arrive

Cette touchette dans le peloton est, selon Pedrosa, la conséquence directe de sa qualification en septième ligne. "Quand vous vous qualifiez 20e, vous avez 50% de chance de finir au sol. Soit sur une erreur comme aujourd'hui, soit à cause de quelqu'un d'autre, comme beaucoup d'autres fois", estime-t-il.

"Malheureusement, le week-end n'a pas été bon", poursuit-il. "J'avais l'objectif de me rattraper en course car au warm-up, on avait bien progressé sur les réglages, j'ai récupéré de bonnes sensations et j'arrivais à être plus rapide, constant, et en prenant moins de risques."

"Tout est allé un peu dans la même direction, je dois donc confirmer [si les changements fonctionnent], mais au moins aujourd'hui, j'étais plus confiant, je comprenais mieux la moto et les pneus. C'est déjà un bon pas en avant", retient l'Espagnol, qui se présentera la semaine prochaine sur son Grand Prix maison, dont il n'a pas quitté le podium depuis 2012. "Maintenant, il faut se concentrer sur Barcelone, voir si ce changement fonctionne aussi là-bas, me donne de la confiance, et prendre l'énergie de cette course pour faire un bon week-end."

Nakagami compréhensif

Emmené au tapis bien malgré lui, Takaaki Nakagami a mis un point d'honneur à reprendre la course et à en voir l'arrivée, bien que sa 18e place ne lui rapporte aucun point. Il s'est montré compréhensif à l'égard de Dani Pedrosa, ne souhaitant tomber dans aucune polémique.

"Je comprends que Dani a perdu le contrôle et a heurté mon pneu arrière, c'était une chute très malchanceuse", commente-t-il. "Ça m'a pris du temps, mais je suis reparti. Je suis rentré au stand et j'ai discuté avec l’équipe. Ils m'ont dit non, mais je ne pouvais pas arrêter comme ça au bout de deux virages, alors je suis reparti. La moto était OK, le guidon était un peu cassé, mais j'ai fait de mon mieux pour finir la course. OK, je termine dernier mais c'est la course."

Avec Michaël Duforest

Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team

Article précédent

Viñales : Yamaha m'a "promis une moto pour gagner"

Article suivant

Les plus belles photos de la course du GP d'Italie

Vidéos les plus récentes

Dernières actus

Motorsport Network

Téléchargez nos apps