Pedrosa ne craint pas les lacunes de traction en Autriche

partages
commentaires
Pedrosa ne craint pas les lacunes de traction en Autriche
Guillaume Navarro
Par : Guillaume Navarro
10 août 2018 à 07:25

Honda n'est pas l'équipe la mieux armée sur le papier sur un circuit comme le Red Bull Ring, où se déroule le GP d'Autriche, ce week-end.

Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team

Début juin, Dani Pedrosa a eu, comme son équipier Marc Márquez, l'opportunité de tester une Formule 1 sur le Red Bull Ring, à Spielberg, où débarque ce week-end le MotoGP. Une expérience vécue sur une Red Bull Renault repeinte en Toro Rosso aux couleurs de Honda, et qui demeure à ce jour le seul point de comparaison dont dispose le pilote espagnol entre le comportement d'une F1 et d'une MotoGP contemporaines, où les distances de freinage sont quasiment réduites par trois sur quatre roues.

"Je n'ai piloté que sur un seul circuit de F1, donc ce que je peux dire, c'est que par rapport à la moto, c'est bien plus facile dans la voiture," estime Pedrosa au moment de dresser une comparaison. "Bien entendu, j'ai fait un test en solitaire, ce qui veut dire que je n'étais pas en compétition. Je ne sais pas... Si je devais être en compétition avec d'autres voitures et en poussant absolument à la limite, je pourrais mieux juger. En termes de pilotage, c'est plus aisé dans une voiture que sur une moto."

Sur le Red Bull Ring, la traction est un facteur de performance important en MotoGP : clairement pas la première force de la Honda d'usine cette saison. Néanmoins, Pedrosa estime que son équipe pourrait moins souffrir que ce qui est pensé par les observateurs avant d'avoir pris la piste pour les premiers essais libres du vendredi.

"Non, non. Honnêtement, je pense que j'ai un bon feeling avec la moto, mais c'est un circuit sur lequel il faut non seulement une bonne traction mais aussi un bon feeling au freinage", juge-t-il ainsi. "Ici, le pneu arrière est différent, avec un pneu spécial. On doit travailler sur la trouvaille du bon grip avec ce pneu car il a habituellement moins de traction que celui qu'on utilise normalement."

Lire aussi:

Nul besoin de chercher loin pour comprendre pourquoi le pilote espagnol arrive en Autriche dans un état d'esprit plutôt positif. Après une course modeste en République Tchèque l'ayant vu franchir la ligne d'arrivée en 8e position, à 7.5s du vainqueur, Pedrosa a ensuite affiché un rythme encourageant au cours de la journée de tests de lundi, tenue elle aussi sur le circuit de Brno.

"Je ne sais pas si ça peut m'aider, mais une chose est sûre, c'est que j'ai essayé des choses et que je suis heureux des résultats car j'étais devant avec un bon rythme", décrit celui qui a conclu le test en question crédité du troisième chrono. "Le feeling était bien meilleur que pendant le week-end et je me sentais mieux avec les conditions de piste dès le premier tour de sortie le lundi matin. Le feeling était là et je pouvais voir qu'il n'y avait pas de problème avec les réglages ou mon pilotage et j'ai été immédiatement bon. Le test a été positif et j'ai tourné deux secondes au tour plus vite que la veille. Il est délicat de savoir si c'est quelque chose qu'on a testé et qui a progressé, mais selon moi, c'étaient avant tout les conditions de piste qui étaient meilleures."

Le Red Bull Ring est un circuit sur lequel plusieurs grosses phases d'accélération/freinage conditionnent le temps au tour, même si les courbes rapides ne manquent pas dans la dernière portion du tracé. Interrogé sur les spécificités techniques que cela peut impliquer sur l'utilisation de différentes cartographies moteur en cours de tour, l'Ordinateur apporte son point de vue.

"Normalement, je commence avec la puissance de base, qui est la puissance de base de l'an dernier, mais bien entendu, on fait des ajustements en permanence car la piste s'améliore ou propose plus de grip. Il faut toujours adapter la puissance au grip de la piste. Mais en course, pas souvent. Normalement, on peut changer en cas de problème avec le pneu, ou si les choses ne sont pas parfaites, mais pas beaucoup car avant la course on a son réglage de base bien adapté pour à peu près tout. Bien évidemment, il y a une chute dans les pneus [au fil du GP, ndlr] et il peut être nécessaire de faire un unique changement, mais ce n'est pas en permanence."

 

Prochain article MotoGP
Smith, seul espoir de KTM à domicile

Article précédent

Smith, seul espoir de KTM à domicile

Article suivant

Michelin : une carcasse différente pour un pneu arrière très sollicité

Michelin : une carcasse différente pour un pneu arrière très sollicité
Load comments

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Autriche
Catégorie Avant-course
Pilotes Dani Pedrosa Boutique
Équipes Repsol Honda Team
Auteur Guillaume Navarro
Type d'article Preview