Remplacer Zarco chez KTM n'est pas "le plan" de Pedrosa

Le constructeur autrichien veut prendre son temps pour repenser son line-up et se donne jusqu'à Valence pour trouver un remplaçant à Zarco, dont le contrat sera rompu à ce moment-là. Pedrosa, lui, fait savoir qu'il se porte très bien dans son rôle de pilote d'essais…

Remplacer Zarco chez KTM n'est pas "le plan" de Pedrosa
Charger le lecteur audio

La séparation prématurée entre Johann Zarco et KTM ouvre soudainement les portes d'un scénario inattendu pour la saison prochaine. D'une part pour le double Champion du monde Moto2, qui doit chercher un autre guidon et veut, c'est bien compréhensible, retrouver plaisir et compétitivité. Mais aussi pour KTM, qui met sur le marché une place de pilote factory alors que les 12 guidons officiels étaient censés être verrouillés jusqu'à fin 2020.

Lire aussi :

"C'est un timing extrêmement mauvais, car les top pilotes sont sous contrat pour deux ans. Le gros chamboulement peut avoir lieu l'année prochaine", a admis Pit Beirer dans une interview sur Servus TV. Indiquant que le constructeur n'avait pour le moment "pas de plan de route, avec de nouveaux noms", le directeur de KTM Motorsport a fait savoir qu'il n'y aurait pas de précipitation.

"Nous avons décidé de lancer aujourd'hui [lundi] un nouveau recrutement, avec une date limite. Celle-ci est fixée au 19 novembre, à Valence. Nous espérons donc recevoir les candidatures de top pilotes du monde entier pour notre guidon MotoGP", a-t-il annoncé. "Désormais, le processus de recrutement est en cours. Mais nous avons maintenant besoin d'un peu de repos, parce qu'il est inutile de soudain citer de nombreux noms ici."

Plusieurs pilotes ont toutefois rapidement été mentionnés. À commencer par Jack Miller, qui semble cependant avoir décliné l'offre pour privilégier son choix prioritaire, celui de rester chez Pramac. Puis sont venus les noms des pilotes faisant déjà partie du groupe, et notamment celui de Dani Pedrosa. Retiré de la compétition depuis quelques mois à peine, celui qui est désormais pilote d'essais pour KTM aurait encore le niveau de forme requis pour reprendre les courses, néanmoins l'Espagnol, qui avait pris comme un soulagement l'arrêt de sa carrière de titulaire, a indiqué poliment qu'il n'était pas intéressé.

"C'est la question à laquelle je m'attendais", a répondu Pedrosa, lorsqu'il a été interrogé par Servus TV lundi soir. "Pour le moment, je ne sais pas comment réagir. J'ai toujours pour mission de tester la KTM, et cela sera aussi mon rôle à l'avenir, je pense. Mais c'est difficile pour moi. Je suis beaucoup plus détendu qu'avant, je n'ai plus toute cette pression que l'on a avant la course. Je peux maintenant me concentrer sur les tests et je n'ai plus trop à penser aux courses. Alors ce n'est pas mon plan à l'heure actuelle."

Je suis beaucoup plus détendu qu'avant, je n'ai plus toute cette pression que l'on a avant la course. Alors ce n'est pas mon plan à l'heure actuelle.

Dani Pedrosa

Et cela ne semble pas non plus être le plan de KTM, à en croire Pit Beirer qui a jugé ces spéculations fantaisistes. "Nous sommes extrêmement heureux du travail qu'il réalise au sein de l'équipe test et de la manière dont il s'est intégré au sein de l'équipe. C'est beaucoup plus que ce à quoi nous nous attendions. Il parle de nous en disant : 'Ensemble, nous devons atteindre les sommets'. Et le package qu'il avait préparé pour Miguel pour Spielberg était du super niveau", a expliqué l'Allemand. "Nous bénéficions donc énormément de Dani en tant que pilote d'essais. C'est la raison pour laquelle il est extrêmement important pour nous dans le rôle qu'il occupe à l'heure actuelle. Nous pouvons laisser la fantaisie des autres s'exprimer un peu, mais il a une mission claire avec nous. Il l'a pleinement acceptée et nous y travaillons."

Johann Zarco, Red Bull KTM Factory Racing

"Avant tout, une situation triste"

Dans le contexte actuel, Pedrosa a surtout voulu avoir un mot amical pour Zarco, saluant sa décision autant que son talent. "Cette situation est avant tout triste pour Johann. Il est arrivé très loin, mais si vous en êtes à ce stade et aussi désespéré, il n'y a probablement plus rien d'autre à faire qu'en sortir. J'ai beaucoup de respect pour lui, c'est un très bon pilote", a déclaré le pilote espagnol lors de cette interview.

Lire aussi :

Présent lui aussi, Miguel Oliveira a renchéri, jugeant malheureux les événements des derniers jours : "C'est une situation triste pour Johann, d'abord en tant qu'être humain et ensuite en tant que coureur professionnel et top pilote dans un top team. Ce n'est pas bon pour lui et ça ne l'est pas non plus pour l'ensemble du projet. Parce qu'il est aussi un leader pour ce qui est de développer la moto, d'améliorer l'ensemble du package avec Pol [Espargaró] et toutes les personnes à l'usine. Et pour le moment cela ne fonctionne pas forcément."

"Il faut dire que nous avons vraiment un pilote précieux avec Dani, qui possède beaucoup plus d'expérience que tous les pilotes réunis", a poursuivi le Portugais. Actuellement engagé chez Tech3, il fait lui aussi partie des noms qui circulent, et à juste titre puisqu'il réalise une solide première saison dans la catégorie, déjà récompensée par des évolutions venues de Mattighofen et grâce auxquelles il s'est classé premier pilote KTM au GP d'Autriche en terminant huitième. Oliveira a toutefois choisi la retenue à l'heure d'évoquer cette possible évolution, remerciant simplement la marque pour les pièces obtenues : "Je ne pourrais pas assez remercier KTM, ils n'avaient pas forcément besoin de me fournir une moto officielle pour le moment, mais ils l'ont fait et ils continuent à apporter de nouvelles pièces à tester, c'est génial."

partages
commentaires
Honda compte sur un Lorenzo en forme et motivé à Silverstone
Article précédent

Honda compte sur un Lorenzo en forme et motivé à Silverstone

Article suivant

Viñales a "sauvé les meubles" en Autriche

Viñales a "sauvé les meubles" en Autriche
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021