Pedrosa : "Je n'étais pas certain que le temps suffirait pour la pole"

Le pilote Honda est passé près de la pole position samedi en Argentine, mais a finalement dû s'incliner face à Jack Miller.

Dani Pedrosa a bien cru tenir la 32e pole position de sa carrière en MotoGP jusque dans les dernières secondes de la séance de qualifications, mais c'est finalement depuis le deuxième emplacement de la grille qu'il prendra le départ de la course dimanche.

Meilleur temps de la toute première séance d'essais libres, le numéro 26 s'était depuis fait quelque peu oublier, comme pour mieux revenir en force ce samedi après-midi en claquant en toute fin de séance un temps de 1'47"330 qui a longtemps semblé inatteignable pour la concurrence, et encore moins à un Jack Miller qui se démenait comme il pouvait pour maîtriser sa machine chaussée de pneus slicks.

Mais la chance sourit aux audacieux, et c'est bien l'Australien qui a raflé la mise à l'issue de son dernier tour lancé. Une outrecuidance que n'a pas suivie Pedrosa. "Oui, bien sûr, [passer en slicks] était une possibilité, j'avais une moto de chaque [une en slicks, une autre avec des pneus pluie], mais je n'étais pas sûr car j'ai pu voir que dans le virage 7 c'était très humide", explique le pilote Honda, qui a préféré ne pas prendre de risque. "Je savais que je pouvais aller deux secondes plus vite dans les premiers secteurs mais tout perdre ici, donc j'ai décidé de rester en pluie."

Un choix de gommes difficile pour dimanche

Et d'attendre une hypothétique amélioration chronométrique qui est finalement intervenue dans le money time en faveur de Miller. "J'étais content de mon tour mais je savais que la piste s'améliorait à chaque passage, donc je n'étais pas certain que le temps suffirait pour la pole", reconnaît l'Espagnol, qui explique avoir bien du mal à savoir quel sera le meilleur choix de pneus dimanche. "C'est dur de dire pour demain car hier c'était sec mais la piste était sale et aujourd'hui les conditions étaient mixtes. Jusque demain on ne peut rien deviner."

Il est vrai qu'aucune conclusion ferme n'a encore pu être tirée jusqu'ici quelles que soient les conditions finales ce dimanche en Argentine. Un facteur X qui pourrait bien annoncer une course spectaculaire et imprévisible. "Je pense que le sec est toujours mieux car ici la pluie est très fine, on ne sait jamais si ça se mouille vraiment", observe l'Ibère. "C'est dur de voir sur l'asphalte si la ligne est sèche ou non, et les conditions mixtes sont toujours plus difficiles. Pour l'instant on ne sait pas, on ne peut pas choisir et donc on devra s'adapter."

Avec Michaël Duforest

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Argentine
Sous-évènement Qualifications
Circuit Autodromo Termas de Rio Hondo
Pilotes Dani Pedrosa
Équipes Repsol Honda Team
Type d'article Réactions