Petrucci dans l'attente : négociations reportées à l'été

Le pilote italien sait qu'il doit faire ses preuves en piste s'il veut conserver son guidon au sein de l'équipe officielle Ducati, mais la suspension actuelle des courses reporte toute négociation de plusieurs semaines.

Petrucci dans l'attente : négociations reportées à l'été

Parmi les nombreux effets collatéraux du blocage actuel dû au COVID-19, de nombreux pilotes doivent composer avec l'incertitude liée à leur avenir. Alors que ces dernières années le marché des transferts avait battu des records de précocité, les gros contrats se scellant de plus en plus pendant l'hiver, bien avant la période estivale autrefois traditionnellement rythmée par les annonces, cette année seuls trois pilotes officiels ont pu être officialisés à la place qu'ils occuperont en 2021 et 2022 avant que les tractations ne soient figées de manière inattendue.

Le fait est que le lancement de la compétition aurait dû permettre d'évaluer les pilotes en conditions réelles, donner aux équipes des clés afin d'étudier les différents candidats, ceux déjà en place et désireux d'être prolongés comme ceux qui tapent à la porte afin de rejoindre une nouvelle structure. Avec un championnat désormais retardé de deux mois et dont la date de début reste à ce jour incertaine, Danilo Petrucci fait partie de ceux dont les nerfs sont mis à rude épreuve, lui qui sait devoir faire ses preuves afin de conserver sa place chez Ducati.

"On n'a pas parlé de contrat avec Ducati, on l'aurait sûrement fait si le championnat avait débuté. Tout sera reporté à juillet et août, durant la partie centrale du championnat, afin de mieux voir quelles sont les forces en présence", explique-t-il dans une interview accordée à Sky, en Italie.

Lire aussi :

"Il est clair que je voudrais continuer à courir avec Ducati, je suis avec eux depuis 2015 et j'ai toujours désiré être à la place que j'occupe aujourd'hui", poursuit le pilote italien, promu au sein de l'équipe officielle l'année dernière après avoir défendu les couleurs du team Pramac durant quatre ans. Mais sa baisse de performances durant la seconde moitié de la saison 2019 a animé les espoirs de ceux qui lorgnent sur sa place et il a bien conscience que c'est en piste qu'il devrait se défendre.

"Je sais qu'il y a beaucoup de pilotes qui sont forts et qui veulent ma moto, mais l'objectif est de rester ici pour de nombreuses années. Le renouvellement [de mon contrat] est entre mes mains, tout dépend de mes résultats, mais si je ne suis pas assez bon il faudra que je regarde autour de moi. J'en serais désolé cependant", avoue-t-il.

S'il lui faut chercher une autre destination, quelle option pourrait s'offrir à lui ? "Je n'y ai pas encore pensé, c'est une hypothèse que je n'ai pas assimilée. Je voudrais d'abord commencer à courir, d'abord penser aux courses, et ensuite ce qui devra arriver arrivera", balaie-t-il pour le moment.

En attendant, sa Ducati lui manque. Confiné dans sa ville natale de Terni, le pilote italien a délaissé l'Émilie-Romagne où il s'est installé l'an dernier afin de rester auprès de ses parents. Ses journées sont rythmées par les entraînements qu'il parvient à mener, mais surtout par une longue attente.

"Au fond, tout ce qu'on fait dans la journée, on le fait pour elle, que ce soient l'entraînement, la physiothérapie et tous les autres engagements", souligne-t-il en évoquant sa Desmosedici. "Et maintenant qu'elle n'est pas là, on se lève le matin et on va s'entraîner, mais il n'y a pas toute cette excitation et cette voix au fond de vous qui vous dit 'dimanche il y a la course'. Je parle de la préoccupation, de la tension et de l'état d'esprit d'avant une course. C'est cette pression qui vous fait vous sentir un peu plus vivant. C'est ça qui manque, on ne se sent pas vraiment soi-même. Ça me manque beaucoup."

partages
commentaires
C'était un 19 mars : Rossi débute en catégorie reine
Article précédent

C'était un 19 mars : Rossi débute en catégorie reine

Article suivant

Ezpeleta transmet "confiance et calme" face au COVID-19

Ezpeleta transmet "confiance et calme" face au COVID-19
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021