MotoGP
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Petrucci satisfait d'une Ducati GP18 "moins nerveuse, plus stable"

partages
commentaires
Petrucci satisfait d'une Ducati GP18 "moins nerveuse, plus stable"
Par :
6 févr. 2018 à 08:45

Le pilote Pramac a envoyé la GP17 à la retraite et commencé à prendre ses marques avec une GP18 qui lui a tout de suite donné de bonnes sensations.

Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing

Logé à la même enseigne que les pilotes de l'équipe officielle Ducati depuis l'an dernier, Danilo Petrucci a pu lui aussi découvrir la GP18 lors des tests de Sepang, première séance de roulage de l'année organisée il y a quelques jours. Et le pilote Pramac est aussi enthousiaste que ses collègues.

Sa prise en main a été progressive, opérant encore des comparaisons avec la GP17 avant de remiser son ancienne moto au placard – non sans l'avoir remerciée au passage pour les quatre podiums qu'elle lui a rapportés. "Mon travail sur la GP17 est terminé, elle part à la retraite", annonçait le pilote de Terni depuis Sepang, désormais prêt à concentrer toute son attention sur la nouvelle machine conçue par Borgo Panigale.

Une machine que Gigi Dall'Igna a voulue plus homogène que ses devancières et, à en croire le premier feedback des pilotes, l'objectif est atteint. À l'unisson avec un Jorge Lorenzo dithyrambique et un Andrea Dovizioso positivement surpris, Danilo Petrucci a tout de suite identifié la progression opérée sur la nouvelle Desmosedici.

"Je dois dire qu'il n'y a pas un point où la moto serait nettement meilleure ou nettement moins bonne, par contre les choses viennent avec plus de facilité", explique-t-il. "Je crois que tout cela vient d'une distribution de puissance plus fluide, ce qui permet d'avoir une moto moins nerveuse, plus stable, et donc d'être plus en confiance."

Le pilote Pramac, qui a pu tester la GP18 dès la première journée des essais de Sepang, s'est d'emblée félicité de bonnes sensations. "J'aime beaucoup la nouvelle moto, elle est beaucoup plus instinctive et je peux attaquer plus fort où je le veux", retenait-il. "Ce que j'ai le plus aimé, c'est qu'on peut un peu plus suivre son instinct, c'est-à-dire que quand on décide de freiner plus tard ou de réaccélérer plus tôt, le chrono s'abaisse, alors qu'en MotoGP il arrive souvent que ça ne soit pas le cas. Je suis donc très content de la nouvelle moto."

Une première base avant Buriram

Une fois passée la première découverte, le pilote Pramac a intensifié son travail à partir de la mi-séance pour se pencher plus en détail sur les réglages et notamment la répartition des masses, et tenter de rouler de façon plus continue. En progression constante chaque jour, Petrucci a atteint un chrono de 1'59"528 dans le time attack de l'ultime journée passée à Sepang, se classant ainsi 11e à 0"698 du chrono record de Jorge Lorenzo.

"On a mené un travail intense avec les deux motos. J'aurais pu faire quelque chose de plus dans le time attack du matin, quand les conditions de piste étaient meilleures, mais on a rencontré un problème technique, qui nous a ralentis", soulignait-il avant de quitter la Malaise. "Je suis malgré tout très satisfait des sensations que m'a apportées la moto de 2018. En Thaïlande, nous aurons plus de temps pour travailler sur la nouvelle moto."

Il sera temps en effet, lors du deuxième test au programme la semaine prochaine, de peaufiner la copie en adaptant toujours plus cette nouvelle moto aux exigences du pilote et en réglant les premières difficultés.

"Ce furent des essais très importants pour découvrir la nouvelle moto", retient son ingénieur, Daniele Romagnoli. "Nous nous sommes ensuite dédiés aux réglages, même si nous aurions peut-être pu avoir plus de continuité avec la Ducati Desmosedici GP18. Quoi qu'il en soit, nous avons eu la possibilité de trouver des détails de base pour Danilo."

"Nous avons encore des choses à régler pour exploiter au mieux sa Ducati. Pour parvenir à être plus rapides, nous devons travailler sur certains détails. Nous avons quelques difficultés au freinage, où nous sommes encore un peu trop agressifs, et nous devons progresser sur l'ouverture des gaz. Mais dans ce domaine aussi, Danilo fait de gros progrès", conclut le responsable technique du numéro 9.

Article suivant
Lüthi : Le MotoGP, "un autre monde et un défi"

Article précédent

Lüthi : Le MotoGP, "un autre monde et un défi"

Article suivant

La Dorna lance officiellement la Coupe du monde FIM MotoE

La Dorna lance officiellement la Coupe du monde FIM MotoE
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Danilo Petrucci
Équipes Pramac Racing
Auteur Léna Buffa