Petrucci : "C'est vrai, Ducati aurait préféré qu'on fasse 1er et 2e"

Bien qu'heureux d'avoir retrouvé le podium, le pilote italien voit bien que le résultat obtenu au Grand Prix de France ne représente pas une pleine satisfaction pour Ducati, à nouveau battu par la Honda pilotée par Marc Márquez.

Petrucci : "C'est vrai, Ducati aurait préféré qu'on fasse 1er et 2e"

Face aux visages fermés de son coéquipier et des responsables de l'équipe, Danilo Petrucci affichait dimanche une joie sincère, presque juvénile. Outre la satisfaction de voir deux Ducati dans le top 3, à titre personnel le pilote italien pouvait en effet se réjouir de faire son retour sur le podium, pour la première fois en un an, même s'il n'est pas sans ignorer que le constructeur de Borgo Panigale veut bien plus. Des ambitions résumées en une phrase lapidaire de Gigi Dall'Igna auprès de Sky Italia : "Disons que c'est un beau résultat d'équipe, mais franchement la deuxième place ne sert pas à grand-chose".

Lire aussi :

"On a fait deuxième et troisième et à mon avis c'est super pour le team, mais c'est vrai qu'ils auraient préféré qu'on fasse premier et deuxième", concédait Petrucci à sa descente du podium. "Nous aussi, mais ça n'est pas comme si on n'avait pas essayé. À Jerez, dans le box il y avait quasiment une ambiance d'enterrement après qu'on a fait quatrième et cinquième, mais Andrea et moi on fait le maximum."

La direction de l'équipe comprend-elle que les pilotes s'investissent autant ? "Je ne sais pas, j'espère qu'ils le comprennent, parce que ça fait de toute façon deux courses qu'on termine collés l'un à l'autre, alors de toute évidence la moto a cette limite", soulignait le numéro 9, bien que pointant d'infimes différences de performances entre son coéquipier et lui. "Bien sûr, en pilotant, je suis plus rapide à certains endroits et lui à d'autres, alors peut-être qu'en mixant les deux… Mais c'est aussi que je suis plus grand, on a deux styles différents, et puis il y a le feeling avec la moto, le degré de risques qu'on veut prendre. [Dimanche] je prenais sûrement plus de risques en tentant d'entrer de cette façon dans les virages, et j'essayais aussi de sortir comme ça à l'accélération mais j'ai encore un peu de mal."

Second pilote assumé d'une équipe qui joue le titre depuis deux ans, Danilo Petrucci veut apporter sa pierre à l'édifice mais constate tout autant que son voisin de garage à quel point le binôme Márquez-Honda est redoutable. Déjà deux fois vice-Champion du monde derrière l'Espagnol, Andrea Dovizioso n'a aucunement l'intention de se contenter à nouveau d'une place d'accessit, ce qu'il craint de plus en plus au vu de la réussite de son rival depuis le début du championnat.

"Moi, personnellement, je suis content, mais c'est sûr qu'Andrea veut jouer le titre et contre ce Márquez il faut toujours être au bon endroit, au bon moment", remarque Petrucci. "Souvent, j'ai le sentiment de ne pas suffisamment stimuler Andrea, mais en réalité je le fais, et ce tous les jours que ce soit en piste ou à l'entraînement. On est très compétitifs, le problème c'est que Honda a fait de gros progrès, ce que, nous, on a n'a peut-être pas réussi à faire pour le moment."

Une idée plus claire à mi-saison ?

Si la Honda a beaucoup progressé, Marc Márquez est en tout cas le seul à réussir à l'exploiter au maximum pour le moment, alors que les performances dans le clan Ducati sont plus équilibrées. Au Grand Prix de France, les trois GP19 se sont battues aux avant-postes, celle du pilote satellite Jack Miller privant même le futur vainqueur de quelques tours en tête. Une performance de groupe qui représente un avantage indéniable, selon Petrucci.

Lire aussi :

"Il est certain que l'on peut avoir beaucoup de données à disposition, mais il n'y a effectivement pas un seul pilote qui ferait la différence comme le fait Márquez avec la Honda. Alors la Honda a probablement progressé, mais il n'y a que Marc qui l'exploite en ce moment. En ce qui nous concerne, que ce soit moi, Andrea ou Jack, je crois qu'on fait un gros travail parce qu'on fait le maximum, on est quand même deuxième et cinquième au championnat, très proches", rappelle l'Italien, qui devance par ailleurs Miller, sixième dans la hiérarchie après le Grand Prix de France.

"Márquez, avec un 0 [à Austin, ndlr], il est en tête du championnat. Pour se battre contre lui, il faut toujours être au bon endroit au bon moment, et lui ne doit pas être au 101% comme il l'est toujours", suggère-t-il. "On va se rendre sur des pistes qui nous seront plus favorables, mais sur la base de l'année dernière, pas sur la base de cette année, alors on verra. J'attendrais au moins la moitié de la saison avant de dresser des conclusions."

partages
commentaires
Nouveau bras oscillant KTM : Espargaró valide, Zarco hésite

Article précédent

Nouveau bras oscillant KTM : Espargaró valide, Zarco hésite

Article suivant

Pneu soft, couple accru : les piliers du succès de Márquez au Mans

Pneu soft, couple accru : les piliers du succès de Márquez au Mans
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021