Petrucci et Miller démentent les rumeurs sur leur échange de poste

Dans un championnat devenu ultra compétitif, il n'est plus rare que des pilotes talentueux soient la cible du tribunal médiatique et de rumeurs auxquelles ils doivent répondre chaque week-end. Afin de démentir celle qui les concerne, Miller a souhaité venir en aide à Petrucci dimanche.

Petrucci et Miller démentent les rumeurs sur leur échange de poste

Le dernier Grand Prix de la saison n'a pas été festif pour tout le monde. Danilo Petrucci a bouclé sa première campagne de pilote officiel par une chute, survenue quelques instants avant celle de Johann Zarco et au même endroit, mais il a surtout dû faire face tout le week-end aux rumeurs les plus folles quant à son hypothétique remplacement par Jack Miller la saison prochaine au sein de l'équipe factory de Ducati. D'aucuns ont même suggéré que c'est Zarco qui aurait remplacé Miller chez Pramac, laissant Petrucci sans guidon.

Tout en dressant le bilan d'une année devenue compliquée depuis l'été, le pilote italien a donc dû, sitôt la course terminée, répondre à l'insistance des médias sur son sort. "[Ces rumeurs] je les ai lues chez vous", a-t-il fait savoir aux journalistes. "Tant que quelqu'un de Ducati ne vient pas me demander si ça m'irait d'échanger les places, tant que c'est vous qui le dîtes, je ne peux pas m'en inquiéter."

"Aucun des grands patrons de Ducati ne m'a parlé. Beaucoup de gens me posent cette question, bien sûr je n'ai pas été aussi constant sur la deuxième moitié de la saison que sur la première, mais si on regarde le championnat, je suis devant d'autres gars. Si quelqu'un vient me tapoter l'épaule et me demande 'qu'est-ce qui t'arrive ?', j'aurai peur, mais pour le moment personne ne m'a rien demandé, je n'entends que des rumeurs."

Lire aussi :

Jack Miller, qui a bouclé la saison à 11 points de son collègue, s'est mis en évidence en montant cinq fois sur le podium avec la Ducati du team Pramac, alors que Danilo Petrucci n'y est apparu que trois fois - dont une en tant que vainqueur. Acclamé pour ses performances sur la dernière partie de la saison, le pilote australien a néanmoins voulu défendre le #9 en tordant le cou à la rumeur.

"Pour le moment, je n'ai rien entendu. Ce ne sont que des rumeurs. Le seul endroit où j'en ai entendu parler, c'est sur Facebook. Pour le reste, je n'ai rien entendu de la part de mes managers ou du management de Ducati", assure Miller. "J'ai même vu sur internet une photo qui a été prise de moi avec Davide Tardozzi entre les camions, mais tout ce qui se passait c'est qu'il me disait de ne pas détruire mon pneu arrière ! Or on raconte qu'on parlait d'un contrat 2020..."

Un temps pressenti pour rejoindre l'équipe officielle Ducati la saison prochaine, Miller avait finalement été reconduit chez Pramac au printemps et il assure être "très content de là où [il est]". "Si je peux y rester je serai ravi, si je dois aller dans l'équipe factory, ce sera comme ça", ajoute-t-il, placide.

"Je ne veux voir personne perdre son job et je ne veux marcher sur les pieds de personne", poursuit le pilote australien, souhaitant relativiser les critiques à l'égard de Petrucci, qu'il trouve injustes : "Il faut se souvenir du Mugello, il a fait une course absolument parfaite. Il a un peu perdu son mojo pour le moment, mais je suis sûr qu'il va revenir. Quand il y a une semaine lente, pas mal de rumeurs se créent, mais je ne leur accorde pas beaucoup de crédit. […] Danilo est un vainqueur de course. Il a une période difficile, ça nous arrive à tous, mais il va revenir."

Petrucci : "J'ai fait le maximum"

Cette période difficile, Petrucci l'admet volontiers, premier à avoir fait son auto-critique depuis que sa courbe de performances s'est abaissée cet été. "Je sais que je suis critiqué par beaucoup mais quand je regarde ce que j'ai fait, j'ai fait le maximum. Et j'ai aussi de très beaux souvenirs de cette année", assure-t-il, lui qui a réalisé son rêve en remportant sa première victoire, qui plus à est à domicile.

"Je pense que le bilan est au-dessus de la moyenne. J'ai fait sixième, alors je pourrais me donner un 6/10", estime-t-il. "Les attentes au début de l'année étaient de courir ici l'année prochaine et de gagner une course, et je l'ai fait. Si on m'avait dit que j'aurais terminé le championnat sixième, avec quatre constructeurs et donc huit pilotes pouvant gagner des courses, j'aurais signé. C'est clair que quand on est troisième du championnat jusqu'à la 15e course, on s'attend à un peu plus. Mais je pense quand même que le bilan est positif. Je ne suis pas content de la dernière partie du championnat, mais j'ai fait le maximum."

Je sais que je suis critiqué par beaucoup, mais j'ai fait le maximum.

Danilo Petrucci

Se disant "très fatigué", Petrucci explique avoir dépensé beaucoup d'énergie durant la première moitié de l'année, peut-être justement par peur de ne pas être à la hauteur. "Ce que beaucoup de personnes ne prennent pas en considération, c'est que c'était la première année où je courais dans une équipe officielle, on a donc affaire avec beaucoup plus de personnes, il y a beaucoup de choses à faire et puis, surtout, il faut obtenir des résultats. J'ai commencé à m'entraîner très fort, dès le mois de décembre, et peut-être qu'en juillet, après la pause, je n'avais en fait pas récupéré."

Lire aussi :

C'est alors que sont arrivés plusieurs mauvais résultats. "Le point clé a peut-être été l'erreur que j'ai faite en qualifs en Autriche : je voulais me rattraper de la course précédente, et pour démontrer que j'étais encore rapide j'ai fait une erreur et j'ai gâché mes qualifs. Quand tu détruis la moto dans le premier tour lancé des qualifs et que tu pars 12e alors que le matin tu étais troisième, ça n'est pas un chef-d'œuvre…" admet-il. S'en est suivie une course compliquée par cette position de départ, puis à Silverstone c'est l'accident de Dovizioso et Quartararo au départ qui l'a relégué loin des avant-postes. "Ce sont des courses négatives qui se sont accumulées et je me suis dit 'mince, qu'est-ce qui se passe ?' Ensuite, j'ai toujours été en position de devoir remonter, comme si j'étais toujours en déficit, et donc en pouvant moins penser à la moto qu'à tout le reste."

Déçu de ne pas avoir maintenu des performances stables, Petrucci se dit toutefois motivé à l'idée de reprendre sa progression en 2020. "Chaque année, je me suis amélioré, alors l'année prochaine l'objectif sera d'être parmi les cinq premiers au championnat", annonce-t-il. "Comme je l'ai dit aux personnes qui me sont proches, on sait déjà où travailler pour l'année prochaine. Ce sera ma deuxième année et je pense que les pilotes qui m'ont précédé ici n'ont pas fait tellement mieux en termes de résultats à la fin du championnat."

Avec Michaël Duforest  

partages
commentaires
Lorenzo s'est senti libéré en bouclant sa dernière course
Article précédent

Lorenzo s'est senti libéré en bouclant sa dernière course

Article suivant

Rossi : "Une saison difficile, j'espérais faire mieux"

Rossi : "Une saison difficile, j'espérais faire mieux"
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021