Petrucci rapide en fin de course : "Je veux repartir de là"

Le pilote Ducati veut se baser sur les enseignements importants de sa fin de course à Silverstone pour faire remonter sa courbe de résultats lors des prochains Grands Prix.

Petrucci rapide en fin de course : "Je veux repartir de là"

En se classant septième du Grand Prix de Grande-Bretagne, Danilo Petrucci a sauvé l'honneur de Ducati, privé de son pilote numéro 1 dans un spectaculaire accident au départ de la course. Las, ce résultat est le plus faible obtenu par la marque italienne depuis 2017 et il ne correspond pas non plus aux ambitions personnelles du pilote #9. Absent du podium depuis le GP de Catalogne, Petrucci a désormais rétrogradé au quatrième rang du championnat, dépassé par Rins, vainqueur à Silverstone.

Comme souvent, toutefois, la chaleur a mis le pilote italien en difficulté dimanche après-midi, et plus globalement tout le week-end. "C'est un problème depuis le début de la saison", observe-t-il, se voyant parfois très performant en matinée et en perdition l'après-midi. "Je ne me souviens pas de combien d'EL3 j'ai menés cette saison. Je me souviens qu'à Jerez, à Assen, au Mugello et au Sachsenring, j'ai fait le record de la piste, et ensuite l'après-midi ça a été un désastre."

Lire aussi :

Les difficultés ont été évidentes dès samedi, où Petrucci est passé d'un cinquième temps en EL3 à la 11e place en qualifs. "Le problème a été que, comme toujours, je suis très rapide le matin et vraiment lent l'après-midi", pestait-il. "C'est assez étrange parce que [samedi] matin je n'étais, certes, pas en mesure de me battre pour la première ligne mais j'étais cinquième, ce qui n'est pas mal du tout, la vitesse était là. [Samedi] après-midi, c'était très, très difficile pour moi d'être rapide. […] Mes sensations avec la moto étaient super [samedi] matin, mais à partir des EL4 j'ai commencé à être en difficulté, à sentir l'avant très, très léger. Il m'était très difficile de faire tourner la moto et le résultat c'est qu'on est en quatrième ligne."

"J'ai failli tomber plusieurs fois, que ce soit en EL4 ou en qualifs, et je n'arrive pas à comprendre pourquoi je ressens une telle différence entre le matin et l'après-midi. Ça n'est pas la première fois que ça arrive, au contraire, ça devient maintenant une habitude", regrettait-il. "Il y a probablement des choses dans mon pilotage que je dois changer, mais il faut aussi que je comprenne quoi."

Gêné par l'accident du départ

Ainsi positionné, Petrucci a subi directement les effets des chutes de Quartararo et Dovizioso, dans les positions de tête. "Mon départ a été bon, mais au premier virage les deux motos me sont passées devant, j'ai dû couper les gaz et quatre pilotes m'ont passé", explique-t-il. "Miller et moi sommes peut-être ceux qui avons le plus payé l'accident du premier virage. Je suis vraiment désolé pour Andrea, qui a pris encore un coup, aussi bien physique que moral, parce qu'il n'a perdu des points que lorsqu'il a été envoyé au tapis. Mais cette fois, moi aussi j'ai été impliqué. J'étais dixième à la sortie du premier virage, puis je suis passé 14e à la fin du premier tour. J'ai dû récupérer beaucoup de places."

Lire aussi :

"Par contre, quand j'ai eu une piste dégagée devant moi, mon rythme était au niveau du top 5", observe le pilote italien, bien décidé à voir les choses du bon côté. "Je veux repartir de là. J'ai repris, je crois, sept secondes à Crutchlow, quelques secondes aussi sur Rossi et Morbidelli, alors j'avais le potentiel pour me battre avec eux. Mais je ne peux pas penser à me battre pour le top 5 en partant 11e. Peut-être que s'il ne s'était rien passé, j'aurais réussi à les rattraper, mais quand on a dix pilotes devant soi, ça peut arriver que certains se touchent. Le problème principal de mes mauvaises courses cette année, ça a été que j'ai souvent manqué la qualif. Il faut que je progresse là-dessus si je veux recommencer à me battre pour le podium."

"En tout cas, malgré ma septième place, je dois dire que je suis content de ma course. J'ai fait mon meilleur temps dans l'avant-dernier tour et c'est le cinquième de la course. Dans ce tour-là, j'ai été le plus rapide, alors je veux repartir de là. C'est étrange de dire que je suis content, mais la vitesse est là, j'ai repris confiance et surtout j'ai compris ce qui me bloque quand il fait très chaud", prévient-il. "La deuxième partie de la course a été très utile pour nous parce qu'on a compris ce qui nous manquait. À la fin, il faut que j'utilise mon poids supplémentaire pour avoir plus de traction, parce que le problème est qu'en qualifs et dans la première partie de la course, j'avais tellement de traction à l'arrière que l'avant était très léger et j'avais moins de stabilité. Ensuite, quand le grip a baissé, j'ai commencé à faire tourner la moto avec l'arrière et j'ai pu tourner en 2'00."

Désormais, Danilo Petrucci se prépare pour un test de deux jours à Misano, important pour qu'il puisse poursuivre sur cet élan. "[Il me servira] beaucoup, parce qu'on a compris que je dois utiliser mon surplus de poids pour faire fonctionner la moto différemment. Après, j'ai un style de pilotage assez agressif qui veut que quand le grip baisse, je suis toujours un peu plus en difficulté. […] Il faut donc que je comprenne comment utiliser la moto différemment parce que j'ai toujours tendance à en faire plus et cette agressivité me met souvent dans la mouise quand il n'y a pas beaucoup de grip", souligne-t-il. "Je veux donc repartir de ces dix derniers tours que j'ai faits avec le niveau du top 5, pour comprendre surtout sur quoi travailler. Pour Misano, on a beaucoup d'idées. Il va falloir comprendre quelles seront les conditions de piste, mais là-bas je veux recommencer à me battre pour le podium."

Davide Tardozzi, Team manager Ducati Team, Danilo Petrucci, Ducati Team
partages
commentaires
Miller : sa Ducati telle un "chopper" au départ de la course !

Article précédent

Miller : sa Ducati telle un "chopper" au départ de la course !

Article suivant

Le MotoGP dévoile un calendrier de 20 dates pour 2020

Le MotoGP dévoile un calendrier de 20 dates pour 2020
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021