La bonne stratégie apporte une première satisfaction à Petrucci

Le pilote Ducati a atteint un premier objectif d'importance cette saison en décrochant une place en première ligne pour le Grand Prix de France. Il tentera de capitaliser sur ce résultat en course, à condition d'appliquer, là aussi, la bonne stratégie.

La bonne stratégie apporte une première satisfaction à Petrucci

L.B., Le Mans - Pour la première fois depuis le Grand Prix d'Allemagne l'an dernier, Danilo Petrucci refait cette semaine son retour sur la première ligne de la grille de départ. Son deuxième temps lors des qualifications du Grand Prix de France constitue indéniablement une première réussite dans sa saison avec l'équipe officielle Ducati et il aimerait y voir le signe d'un point de départ alors que sa courbe de résultat attend, pour le moment, une impulsion.

Lire aussi :

"Lors des dernières qualifications, il m'a toujours manqué quelque chose, je n'avais pas fait ce que je voulais", rappelle-t-il. "Ensuite, en course, j'ai progressé par rapport à l'année dernière, mais j'ai toujours gardé le doute de me dire que si j'étais parti devant j'aurais peut-être pu me battre [pour un bon résultat], surtout à Jerez. Alors cette fois j'ai fait ce que je voulais et ça m'a plu, et ce même si les conditions étaient difficiles à exploiter et que ça n'était pas du tout facile."

"Avec le team, on a appliqué une bonne stratégie. Je suis sorti en premier et j'ai tout de suite commencé à attaquer parce que les conditions ne pouvaient que se dégrader", explique le pilote Ducati. La stratégie était en effet au cœur de ces qualifications, avec des résultats contrastés d'un stand à l'autre. Durant les premières minutes de la Q2, précisément au moment où Valentino Rossi rejoignait son box chaussé de pneus slicks, mais avec un geste de la main signifiant très clairement que son choix n'avait pas été le bon, Danilo Petrucci, lui, bouclait son premier tour lancé en pneus pluie et prenait les commandes de la séance. Quelques instants plus tard, Marc Márquez et quelques autres pilotes le faisaient rétrograder, mais le numéro 9 enchaînait avec une nouvelle amélioration, la dernière pour lui, et s'octroyait la deuxième place.

"On a pensé qu'il était bon de sortir en pneus pluie et d'aller voir comment étaient les conditions. On a voulu essayer d'attaquer pour que je m'assure d'avoir au moins un temps et puis on aurait peut-être essayé de faire un run en pneus slicks si les conditions s'étaient améliorées. Mais on n'a pas eu cette opportunité. On a vu en Q1 que Rossi a parfaitement exploité cette fenêtre et ensuite il n'y a plus eu cette marge pour remettre les slicks. La situation est donc très chaotique avec ces conditions météo."

Lire aussi :

S'il est bien positionné, Petrucci abordera dimanche une course hautement incertaine, qui dépendra grandement de ce que décidera de réserver le ciel manceau lorsque les feux s'éteindront à 14h. "Ce sera dur, parce qu'il semble justement qu'on aura les mêmes conditions qu'aujourd'hui à 13h, 14h, 15h… donc précisément à notre heure", craint le pilote italien. "Ce sera vraiment une loterie. Malheureusement quand ces conditions, jamais très prévisibles, entrent en jeu faire un pari sur les pneus peut s'avérer un pari gagnant ou une tragédie. Peut-être qu'on peut partir en slicks, faire les dix premiers tours, et puis ça sèche et on a un avantage. Mais si ça reste comme ça, on a gâché une course. Ce sera donc compliqué. Je ne sais pas si les pneus tiendront l'intégralité des tours."

"En tout cas, on est rapides dans toutes les conditions et c'est bien. Je suis très curieux de voir comment gérer cette course en partant devant", poursuit-il. "En réalité, on n'a pas beaucoup roulé sur le mouillé, mais demain non plus il n'est pas prévu de grosse averse. Ce seront donc des conditions mixtes. Clairement, Marc a l'avantage de partir devant et je vois comment il a fait cette année, il n'attend plus les derniers tours pour gagner mais il va essayer de s'échapper. Nous, il va falloir qu'on saisisse l'occasion pour faire comme l'année dernière, essayer de rester aussi proche que possible de lui et ensuite, si on est là dans les derniers tours, peut-être qu'on tentera."

P. Pilote Moto Temps Écart
1 Spain Marc Márquez Honda 1'40.952  
2 Italy Danilo Petrucci Ducati 1'41.312 0.360
3 Australia Jack Miller Ducati 1'41.366 0.414

partages
commentaires
Meilleure qualification 2019 pour un Lorenzo encore diminué

Article précédent

Meilleure qualification 2019 pour un Lorenzo encore diminué

Article suivant

Álex Rins, 19e : "La stratégie n'était pas très bonne"

Álex Rins, 19e : "La stratégie n'était pas très bonne"
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021