Les pilotes favorables à un changement de date pour Le Mans

Le froid et la pluie qui ont régné au Mans le week-end dernier ont engendré un grand nombre de chutes et mis les pilotes en difficulté. Certains d'entre eux souhaiteraient que la date du Grand Prix de France soit repoussée à une saison plus clémente à l'avenir.

Les pilotes favorables à un changement de date pour Le Mans

Certains pilotes MotoGP ont appelé à un changement de date du Grand Prix de France pour l'avenir, afin d'éviter que l'épreuve soit associée à des conditions météo aussi compliquées qu'elles l'ont été cette année. Le froid et la pluie ont en effet accompagné l'intégralité du week-end, avec un temps particulièrement variable rendant les conditions instables et imprévisibles, ce qui n'a pas arrangé la réputation du rendez-vous français − qui s'est proposé pour une seconde date cette année − dans les rangs des pilotes et des équipes.

Dimanche, pour la première fois depuis 2017, la règle du flag-to-flag a été appliquée pour autoriser le changement de machine alors que le départ avait été donné sur le sec avant l'arrivée d'une forte averse. Sept chutes sont survenues pendant cette course, mais c'est surtout le bilan global du week-end qui marque les esprits : 117 chutes ont en effet été comptabilisées ! En comparaison, il y en a eu 67 à Jerez, et de 27 à 47 lors des trois Grands Prix précédents.

Lire aussi :

De nombreux pilotes ont particulièrement pointé du doigt les difficultés à faire monter les pneus en température, alors que le bitume du Circuit Bugatti restait très froid, matin comme après-midi. En réaction, le programme a été modifié pour dimanche, retardant les séances de warm-up de 40 minutes, mais cela n'a eu qu'un effet minime. Plusieurs pilotes ont donc tapé du poing sur la table pour requérir un changement de calendrier à l'avenir.

Comme bien souvent, c'est Aleix Espargaró qui s'est montré le plus virulent. Bien qu'il n'ait pas voulu dévoiler la nature des échanges qui ont eu lieu à la Commission de sécurité de vendredi soir, le pilote espagnol n'a pas caché son point de vue sur ce Grand Prix après être lui-même tombé deux fois vendredi au virage 3, la portion qui centralise le plus de chutes.

"On parle tout le temps de sécurité, alors on ne peut pas venir ici, au Mans, à cette époque : les pneus ne fonctionnent tout simplement pas", a-t-il pointé. "On ne peut pas venir au Mans quand il y a 12° au sol, parce que les pneus que Michelin et Dunlop nous donnent ne fonctionnent pas. Je ne sais pas si c'est drôle pour qui que ce soit de voir à quel point on tombe, mais pour nous ça ne l'est pas. Tout le monde tombe, alors sommes-nous tous des idiots ? Non. Je suis très en colère sur ce point."

"Ça n'est pas comme si je ne voulais pas rouler sur le mouillé, ça fait partie de mon job, ça n'est pas un problème, mais pas avec 12°. Alors pourquoi ne changeons-nous pas cette course pour avoir une situation normale ? Sans cela, il faut pousser les manufacturiers à concevoir des pneus spéciaux pour Le Mans, mais je pense que c'est impossible. Vous avez bien vu combien de chutes il y a eu pendant le week-end. C'est très difficile de prédire ce qui va se passer."

"Habituellement, quand on parle avec Michelin, pour être en sécurité il faut 20°C au sol, donc ça veut dire 15-16°C dans l'air, ou même ne serait-ce que 14°C… [...] Le matin il fait 7, 8 ou 9°C, et il y a toujours moins de 15°C en piste", a décrit quant à lui Valentino Rossi. "L'autre chose, c'est la quantité de pluie", a-t-il ajouté. "On se croirait en Malaisie : il se met à pleuvoir et ça dure cinq minutes, mais ça met 20cm d'eau et après ça s'arrête. Ça n'est pas facile. Cette association entre beaucoup d'eau et des températures basses, c'est ce qu'il y a de pire. Ça n'est donc pas facile."

Lire aussi :

Un échange de date avec le Grand Prix d'Italie ?

Fabio Quartararo s'est lui-même dit favorable à un changement de date pour son Grand Prix national, pour éventuellement l'inverser avec la manche du Mugello, prévue fin mai. "Je pense que plus on met Le Mans tard, mieux c'est. Normalement en Italie les conditions météo sont meilleures, parce que c'est plus au sud", a-t-il souligné. "Pour Le Mans, la meilleure option est juste avant la pause estivale. Depuis 20 ans, je pense qu'il y a eu de la pluie et du froid dix fois. Mettre Le Mans dans les conditions les plus chaudes possibles serait bien. C'est une piste assez difficile. Le virage 1 l'est, et on peut aussi facilement perdre l'avant au virage 3, comme Jack [Miller] en 2016 ou 2017, et dans plein d'autres virages. Avec des conditions plus chaudes, cette piste est bien meilleure."

Maverick Viñales a fait écho au point de vue de son coéquipier, estimant que l'épreuve mancelle aurait tout à gagner en étant disputée dans des conditions plus clémentes. "Je souhaite vraiment qu'on change la date du Mans, parce que c'est une très belle piste, mais les faibles températures en font un cauchemar", a-t-il souligné. "C'est très dangereux. […] Le Mans est l'une des plus belles pistes, mais c'est très difficile quand il fait très froid. Aux virages 1, 2, 3 et 4, c'est assez dur. Je pense que ça ferait de meilleures courses et un meilleur spectacle."

Estimant que Le Mans offre un plaisir indéniable avec son caractère old-school, Jack Miller a regretté lui aussi que les conditions puissent gâcher le spectacle. "Si l'on peut courir ici avec de la chaleur, je pense que c'est l'une des plus belles courses. […] Quand on vient dans des endroits comme ça, on a vraiment envie d'en extraire le maximum !" a estimé le pilote australien, rappelant cependant le caractère versatile de la météo… "Il est certain que ce serait mieux plus tard, mais je trouve que Le Mans ressemble beaucoup à Philip Island dans le sens où je ne sais pas si ce serait vraiment mieux ou pire en changeant de date. "On peut se retrouver à nouveau à un moment où il fait quand même super froid : c'est comme à Philipp Island, si tu te prends le vent du sud, ça devient glacial."

"La saison dernière, c'était un moment totalement différent de l'année [octobre, ndlr], et c'était un peu la même chose. On a eu des courses exceptionnelles ici, comme en 2019, où c'était une très belle course avec un grand soleil, mais parfois il y a un temps vraiment glacial !"

"Je ne sais pas ce que deux semaines peuvent changer, mais peut-être que ce serait mieux", a réagi Valentino Rossi, lui aussi interrogé sur l'éventualité d'un échange entre Le Mans et le Mugello. "Ou peut-être qu'un mois serait mieux. Je ne sais pas trop, mais en juin la météo serait peut-être un peu meilleure. Mais ce sont des choix qui ne sont pas pour nous et peut-être que Le Mans doit aussi s'organiser avec les 24H du Mans qui ont habituellement lieu en juin. Il y a beaucoup de dynamiques derrière que, sincèrement, je ne connais pas."

Avec Vincent Lalanne-Sicaud et Guillaume Navarro

partages
commentaires

Voir aussi :

Mir regrette sa chute et salue un Quartararo "intelligent"

Article précédent

Mir regrette sa chute et salue un Quartararo "intelligent"

Article suivant

Bagnaia fier d'une remontée qui le place à 1 point de Quartararo

Bagnaia fier d'une remontée qui le place à 1 point de Quartararo
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021