Les pilotes favorables à un GP au Mexique, mais pas dupes

Si la plupart des concurrents se sont montrés enthousiastes à l'idée de courir au Mexique dans les prochaines années, ils ne sont disposés à le faire que si le niveau de sécurité est assuré.

Les pilotes favorables à un GP au Mexique, mais pas dupes
Détails de l'Autodromo Hermanos Rodriguez
Détails de l'Autodromo Hermanos Rodriguez
Détails de l'Autodromo Hermanos Rodriguez
Détails de l'Autodromo Hermanos Rodriguez
Détails de l'Autodromo Hermanos Rodriguez
Détails de l'Autodromo Hermanos Rodriguez
Cal Crutchlow, Team LCR Honda
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Cal Crutchlow, Team LCR Honda
Le vainqueur Jorge Lorenzo, Ducati Team, le deuxième, Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team, Marc Marquez, Repsol Honda Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team, Marc Marquez, Repsol Honda Team

L'accroissement du calendrier est un sujet de préoccupation pour le MotoGP, et ce depuis plusieurs années alors que le championnat est en plein essor. La dernière destination évoquée, et qui semble jusqu'ici tenir la corde, est celle du Mexique, avec l'idée d'organiser un Grand Prix sur l'Autódromo Hermanos Rodríguez, sur lequel évoluent de nouveau les F1 depuis 2015.

Néanmoins, le tracé d'Amérique centrale n'est pas sans susciter certaines craintes, notamment sur le plan de la sécurité, avec des aires de dégagement qui peuvent de prime abord apparaître comme insuffisantes pour la pratique du MotoGP. Aussi Valentino Rossi n'a-t-il pas mâché ses mots lorsque la question a été abordé en Commission de sécurité, à Brno.

Lire aussi :

Procéder par étapes

Pour l'instant, aucune décision n'a été officiellement prise quant à l'inscription du Mexique au calendrier des Grands Prix moto. Un plan du circuit a bien été soumis aux pilotes, mais de l'aveu de ces derniers, difficile de donner son avis sans juger sur place. "C'est très difficile de savoir sans s'y être rendu", confirme Aleix Espargaró, qui regrette que les instances dirigeantes semblent mettre la charrue avant les bœufs et ne procèdent pas comme elles l'ont fait pour la Thaïlande, où des essais officiels ont permis de se faire une idée précise de l'opportunité d'organiser un Grand Prix à Buriram.

"Je pense que la bonne façon de procéder, c'est ce que nous avons fait en Thaïlande. Nous nous sommes rendus là-bas, nous avons fait des tests, il y a eu une Commission de sécurité, nous avons donné le feu vert et c'était bon", rappelle le pilote Aprilia, qui craint que les murs bordant le circuit mexicain soient trop proches de la piste. "J'espère que c'est sûr. La zone du stadium paraît étrange. Il y a des murs qui sont très proches."  

Un problème de sécurité sur lequel travaillent les instances, et qui pourrait bien conditionner la venue ou non du MotoGP au Mexique. "Ils disent qu'ils procèdent déjà à des améliorations, et qu'ils vont remanier beaucoup de choses au niveau des dégagements", explique de son côté Marc Márquez, "et si les membres de la Commission de sécurité comme Franco Uncini, Loris Capirossi et Carlos Ezpeleta disent que ce n'est pas sûr, alors nous ne nous y rendrons pas. Mais pour les pilotes, il est impossible de se faire une idée sur une simple carte pour savoir si [la sécurité] est suffisante ou non."

Lire aussi :

Une nouvelle preuve de la popularité du MotoGP

La Thaïlande, la Finlande, le Brésil, et maintenant le Mexique : autant de nouveaux pays qui seront visités par le MotoGP ou sont susceptibles de l'être dans un proche avenir, et qui témoignent de l'attrait grandissant de la catégorie reine et de la bonne forme de la discipline.

Pour Cal Crutchlow, c'est d'ailleurs très clair : pour peu que le facteur sécurité soit respecté, l'Anglais n'aura aucune difficulté, au contraire, à se rendre au Mexique, néanmoins la perspective d'un calendrier à rallonge est une crainte bien compréhensible.

"Je suis content d'y aller. Mais je ne suis pas content d'y aller si ça veut dire qu'on a un Grand Prix supplémentaire", explique-t-il ainsi. "Comme tout le monde, on veut moins de courses, on n'a pas besoin de deux GP de plus l'an prochain. Je sais que pour l'instant, il semble que l'on n'aurait qu'un seul Grand Prix de plus si on va au Mexique, mais au final, je suis content d'y aller s'ils font les changements qu'ils ont annoncés."

Lire aussi :

Passé le paramètre de la sécurité, Danilo Petrucci soulève pour sa part la question du bon usage de la piste mexicaine, peu utilisée en dehors du Grand Prix de F1, et qui sera probablement sale en début de week-end si toutefois une manche venait à se concrétiser. "Le problème c'est qu'on risque d'avoir une autre course comme celle de l'Argentine", avance l'Italien. "La piste n'est pas utilisée pendant l'année. Et si elle n'est pas utilisée, alors l'asphalte sera un problème parce qu'il y aura plusieurs types de bitume."

Mais à l'instar de Crutchlow, Petrucci se félicite de la bonne santé du championnat, qui peut se permettre d'entrevoir de nouveaux événements pour le futur. "Je dois dire que je suis content d'aller dans de nouveaux endroits, surtout parce que cela signifie qu'on a de nouveaux fans, une nouvelle attention [à notre égard]. Je crois que tous les pilotes sont contents d'aller dans de nouveaux endroits et de promouvoir le MotoGP."

Avec Michaël Duforest et Léna Buffa

partages
commentaires
Lorenzo : Le titre ? "Ce n'est pas réellement notre objectif"

Article précédent

Lorenzo : Le titre ? "Ce n'est pas réellement notre objectif"

Article suivant

Rossi s'attend au retour de Viñales quand la Yamaha progressera

Rossi s'attend au retour de Viñales quand la Yamaha progressera
Charger les commentaires
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021