Les pilotes obligés de réaliser cinq tours d'affilée en pneus durs

Les pilotes MotoGP vont devoir accomplir cinq tours de suite avec le composé le plus dur, lors de l'une des deux premières séances d'essais libres sur le circuit de Termas de Río Hondo, s'ils ne veulent pas se voir pénalisés.

La Direction de course a pris cette mesure afin de s'assurer que le mélange le plus dur apporté par Michelin ce week-end sur le circuit de Termas de Río Hondo est suffisamment résistant, sur un asphalte aussi énergivore que celui du tracé argentin.

Dans le cas où un pilote ne satisferait pas à cette obligation, celui-ci sera rétrogradé de deux lignes (soit six positions) sur la grille de départ, dimanche.

Cette décision fait suite au précédent qui a eu lieu l'année dernière, lorsque la course fut divisée en deux parties du fait que les enveloppes fournies par le manufacturier de pneumatiques français avaient fait l'objet d'une trop forte dégradation.

Cette fois, Michelin a apporté quatre options pour le pneu avant ; trois d'entre elles (les gommes tendre, medium et dure) conçues sur la base de la carcasse utilisée au Qatar, et une autre (tendre elle aussi) comprenant une carcasse plus rigide qui a été testée lors des essais de Valence en novembre dernier. En ce qui concerne les pneus arrière, les pilotes pourront compter sur les trois options que leur assure désormais le règlement.

En plus de cette allocation, Michelin dispose aussi d'un pneu "de secours", comme c'est le cas sur tous les Grands Prix, qui ne peut être utilisé que si les enveloppes de base ne remplissent pas les conditions de sécurité.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Argentine
Circuit Autodromo Termas de Rio Hondo
Type d'article Actualités
Tags michelin, termas de rio hondo