MotoGP
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Les pilotes ne regretteront pas le test de Valence en 2020

partages
commentaires
Par :
Co-auteur: Valentin Khorounzhiy
28 nov. 2019 à 17:00

Alors que les pilotes saluent la fin des essais traditionnellement organisés à Valence, Jack Miller se dit en faveur de la suppression totale des tests de novembre, un rendez-vous qui chaque année lance la préparation d'une saison sitôt la précédente terminée.

Le test de Valence qui a eu lieu la semaine dernière était le dernier à être organisé de la sorte, ce rendez-vous devenu traditionnel étant supprimé pour l'année prochaine. Dans le cadre d'une volonté des instances de réduire les essais privés, seule la séance de Jerez sera maintenue après la fin du championnat 2020, dans la semaine qui suivra la dernière course.

Autrefois test privé, ce rendez-vous qui a peu à peu pris de l'ampleur deviendra une séance collective officielle et sera la seule maintenue à cette période de l'année. Les équipes MotoGP auront alors trois jours de battement et non plus un seul entre le dernier Grand Prix et ces essais, prévus les 19 et 20 novembre 2020, puis une pause de deux mois et demi s'en suivra avant la reprise des tests en Malaisie début février 2021.

Beaucoup de pilotes se sont dit favorables au fait de ne plus organiser les premiers essais d'intersaison à Valence, piste qu'ils jugent trop peu représentative. Ce rendez-vous est pourtant devenu une étape traditionnelle dès les premières années de l'ère MotoGP, lorsqu'il a supplanté Sepang ou Barcelone comme lieu des premiers essais de l'intersaison.

"Pour moi, ça n'est clairement pas la meilleure piste et je ne pense pas non plus que ce soit une très bonne piste pour faire des tests. Il n'y en aura pas l'année prochaine et je pense que c'est une bonne idée", juge Andrea Dovizioso. "À mon avis, [Jerez] est un peu mieux parce qu'elle est un peu plus similaire à celles que l'on rencontre ensuite pendant l'année. Valence est un peu particulière, un peu petite", renchérit Valentino Rossi.

Lire aussi :

"Le test de Valence a été inutile", regrette pour sa part Aleix Espargaró, qui n'avait pas de nouvelles pièces à essayer sur son Aprilia. "Pour moi, tester sur cette piste n'a pas vraiment de sens car elle est très spéciale et ce qu'on teste à Valence est normalement différent de tous les autres endroits. [Jerez] c'est complètement différent, c'est une piste plus importante, très difficile, et tout ce qu'on teste à Jerez convient généralement au reste de la saison."

Miller voudrait aller plus loin

Ce changement n'est toutefois pas aussi radical que l'aurait souhaité Jack Miller. Le pilote australien est en effet en faveur de la suppression totale des tests de novembre pour les pilotes titulaires et de la mise en place d'un système permettant aux pilotes d'essais d'être plus sollicités. "Pour moi, ils devraient supprimer tous les essais dès que la [dernière] course est passée", suggère-t-il. "Dès qu'on a fini, sortons de là et reprenons ensuite un peu plus tôt. Pas en janvier, mais [on pourrait] faire quelques tests avant la saison."

"La plupart des constructeurs ont désormais des pilotes d'essais et ils ont aussi le feedback des courses, alors je ne pense pas qu'on devrait faire trop de tests, vraiment", poursuit le pilote Pramac Racing. "On devrait se concentrer plus sur la course, et puis ça créerait plus d'opportunités de recrutement, quelque chose de plus sur lequel travailler car chaque constructeur a besoin d'un bon pilote d'essais. Cela a plus de sens à mon avis."

Lire aussi :

Le calendrier MotoGP a connu plusieurs ajouts ces dernières années, passants à 19 courses l'an dernier, puis à 20 pour la saison prochaine, aussi Miller estime-t-il qu'il serait préférable de poser des limites. "On aurait aussi une petite pause, au lieu d'avoir juste un mois et même moins", poursuit-il. "À peine a-t-on débranché et rechargé les batteries, que l'on commence déjà à voyager dans le monde entier, à aller faire des camps d'entraînements… C'est plutôt plein. Ce serait bien d'avoir un petit temps mort, de ne pas avoir à monter dans un avion pendant plusieurs semaines."

"On a de plus en plus de courses. La saison s'allonge de plus en plus. Il faut faire quelque chose pour finir par dire que ça suffit, qu'on roule entre tel et tel jour et c'est tout", conclut Jack Miller.

Article suivant
Dernier sprint pour l'Aprilia 2020, "à la limite dans les temps"

Article précédent

Dernier sprint pour l'Aprilia 2020, "à la limite dans les temps"

Article suivant

Márquez sans doute pas à 100% pour la reprise des essais

Márquez sans doute pas à 100% pour la reprise des essais
Charger les commentaires