Réactions
MotoGP GP d'Allemagne

Les pilotes Trackhouse impuissants face à la progression des Ducati

Miguel Oliveira et Raúl Fernández se sont montrés en haut de classement pendant le week-end du Sachsenring, mais la montée en puissance des Ducati au fil des jours a fini par les reléguer au second plan.

Miguel Oliveira, Trackhouse Racing Team

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Le GP d'Allemagne restera comme le plus solide mené par l'équipe Trackhouse à ce stade de la saison. Associée à Aprilia, la formation américaine est celle qui a marqué le plus de points sur l'ensemble des deux courses après l'équipe officielle de Ducati et ses teams satellites Gresini et Pramac.

Samedi, Miguel Oliveira a réussi à se mêler aux cinq premières Desmosedici en ralliant l'arrivée de la course sprint deuxième. Peu avant, le Portugais et son coéquipier Raúl Fernández avaient positionné leur Aprilia en première ligne, là aussi encadrées par plusieurs Desmosedici, celle qui a décroché la pole position et celles qui ont verrouillé la deuxième ligne de la grille de départ.

Les choses se sont compliquées dimanche avec la course principale couvrant 30 tours. Fort de son premier top 3 obtenu la veille, Oliveira avait bon espoir de confirmer avec un podium, mais il a vu les Ducati prendre le leadership en se montrant à un niveau vraiment supérieur au reste du plateau.

"Ça a clairement été un super week-end. Des chronos très compétitifs, des résultats très compétitifs à la fois au sprint et en qualifications", observe le pilote portugais auprès du site officiel du MotoGP, avant de poursuivre : "La longue course a été le vrai premier challenge que j'ai affronté pendant le week-end. On n'en avait tout simplement pas assez pour [faire face aux] Ducati. Ils avaient clairement un rythme et un niveau de grip différents."

Très vite, dans les premiers tours, Oliveira s'est fait avaler par plusieurs Ducati, jusqu'à glisser au septième rang peu après la mi-course. Isolé par la suite, il n'a pu que remonter d'un cran à la faveur de la chute de Jorge Martín à l'avant.

"En finissant [le sprint], je savais que ce serait très dur face aux Ducati [dimanche]. J'ai tout donné mais je n'ai tout simplement pas pu faire suffisamment la différence pour rouler avec eux", explique-t-il. "Ils avaient tout simplement plus de stabilité, de grip en motricité. Je n'ai pas pu me battre pour plus, c'est tout."

Lire aussi :

Alors que les Aprilia, y compris celle de Maverick Viñales qui avait signé le record de la piste vendredi, ont donné le sentiment de plafonner, les Ducati semblent ne cesser de s'améliorer tout au long du week-end. "C'est comme s'ils attendaient le dimanche pour tout extraire", observe Oliveira. "Et ce week-end a été le premier où j'ai vraiment pu être dans le coup à toutes les séances, j'étais parmi les deux ou trois premiers, ou dans le top 5, avec des chronos réguliers et compétitifs. Je pensais avoir un bon rythme pour me battre pour quelque chose mais, bon dieu, quand j'ai commencé la course, c'était pratiquement impossible !"

Fernández en délicatesse avec ses pneus

Cette sixième place reste le meilleur résultat d'Oliveira à ce stade de la saison. Son coéquipier Raúl Fernández a dû se contenter de la lutte dans le second groupe, où il a finalement été devancé par Pedro Acosta, Marco Bezzecchi et Brad Binder, terminant dixième à 16 secondes. L'Espagnol, qui pilotait pour la dernière fois la spec 2023 de la RS-GP, déplore des difficultés à bien exploiter ses pneus sur la durée.

"À partir du 15e tour et jusqu'à la fin, j'ai eu beaucoup de problèmes avec les pneus", explique Fernández. "J'ai essayé d'économiser les pneus comme je sais le faire, mais ça a été assez difficile à faire et les 15 derniers tours ont été compliqués. J'avais beaucoup de problèmes avec les pneus, la moto était lente mais j'ai quand même fait le maximum. Au final, on est dans le top 10."

Raul Fernandez, Trackhouse Racing Team

Raúl Fernández a un temps occupé la tête de son groupe avant d'être dépassé.

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Déjà lors du sprint, Fernández avait perdu gros, glissant de la troisième à la 14e position au fil des tours. Il avait déploré une pression trop élevée sur son pneu avant. "Le week-end a été plus ou moins bon", retient-il. "Pour moi, le plus mauvais a été la course sprint où on aurait pu montrer un peu plus notre potentiel. Mais je pense qu'on a fait notre maximum, on a déjà obtenu une amélioration de plus de 15 secondes par rapport à la course de l'année dernière avec l'Aprilia, je me suis donné à 200% !"

"Je pense qu'on avait le rythme pour faire quelque chose de bien, mais j'ai fait le maximum dans la course, je n'en avais pas plus. La seconde partie, notamment, a été assez difficile. Il faut déjà qu'on comprenne pourquoi on doit économiser les pneus pour la dernière partie de la course alors que dans les 15 premiers tours j'étais dans le coup, je me battais face à toutes les Ducati et à Miguel."

Avec une cinquantaine de points chacun, Oliveira et Fernández restent regroupés hors du top 10 du championnat, devancés par les huit Ducati ainsi que les deux Aprilia officielles et les deux premières KTM.

Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing
Maverick Vinales, Aprilia Racing Team
Franco Morbidelli, Pramac Racing
Pedro Acosta, Red Bull GASGAS Tech3
Jack Miller, Red Bull KTM Factory Racing
Maverick Vinales, Aprilia Racing Team
Marc Marquez, Gresini Racing
Fabio Di Giannantonio, VR46 Racing Team
Enea Bastianini, équipe Ducati
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Takaaki Nakagami, équipe LCR Honda
Marc Marquez, Gresini Racing
Brad Binder, Red Bull KTM Factory Racing
Franco Morbidelli, Pramac Racing
Enea Bastianini, équipe Ducati
Franco Morbidelli, Pramac Racing
Marc Marquez, Gresini Racing
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Enea Bastianini, équipe Ducati
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Enea Bastianini, équipe Ducati
Fabio Di Giannantonio, VR46 Racing Team
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Enea Bastianini, équipe Ducati
Franco Morbidelli, Pramac Racing
Maverick Vinales, Aprilia Racing Team
Marc Marquez, Gresini Racing, Franco Morbidelli, Pramac Racing
Miguel Oliveira, Trackhouse Racing Team
Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing
Alex Marquez, Gresini Racing
Maverick Vinales, Aprilia Racing Team
Alex Marquez, Gresini Racing
Marc Marquez, Gresini Racing
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Jorge Martin, Pramac Racing
Jorge Martin, Pramac Racing
Enea Bastianini, équipe Ducati
Marc Marquez, Gresini Racing, Enea Bastianini, Ducati Team
Marc Marquez, Gresini Racing
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Marc Marquez, Gresini Racing
Jorge Martin, chute de Pramac Racing
Jorge Martin, chute de Pramac Racing
Remy Gardner, Yamaha Factory Racing
Marc Marquez, Gresini Racing
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Marc Marquez, Gresini Racing
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Francesco Bagnaia, Ducati Team, Marco Bezzecchi, VR46 Racing Team
Alex Marquez, Gresini Racing
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Marc Marquez, Gresini Racing, Alex Marquez, Gresini Racing
Marc Marquez, Gresini Racing
Francesco Bagnaia, Ducati Team, Marc Marquez, Gresini Racing, Alex Marquez, Gresini Racing
Marc Marquez, Gresini Racing, Alex Marquez, Gresini Racing
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Francesco Bagnaia, Ducati Team, Marc Marquez, Gresini Racing, Alex Marquez, Gresini Racing
61

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Morbidelli chez VR46 ? "Ça bouclerait la boucle"
Article suivant Les Ducati "dans une catégorie à part" : Binder s'inquiète

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France