Les pilotes VR46 attentifs aux opportunités qui apparaissent sur le marché

Alors que le duo du team VR46 observe le marché des transferts avec intérêt, Aleix Espargaró trouve que Marco Bezzecchi serait un pilote intéressant pour Aprilia.

Fabio Di Giannantonio, VR46 Racing Team

Alors que la grille MotoGP 2025 prend forme petit à petit au gré des officialisations des noms les plus en vue, une deuxième salve se prépare pour des pilotes dotés d'un bon potentiel et attentifs aux dynamiques qui s'opèrent. Chez VR46, ni Marco Bezzecchi ni Fabio Di Giannantonio n'a de contrat à l'heure actuelle. Alors quand les deux coéquipiers entendent Massimo Rivola souligner son intérêt à l'idée de faire rouler un pilote italien sur l'Aprilia, tous deux dressent l'oreille.

Après le recrutement de Jorge Martín, lundi, le PDG d'Aprilia Racing a insisté sur cette idée, même s'il a précisé que sa priorité allait à Maverick Viñales. "Je dirais que si Maverick n'est pas avec nous − car je dois aussi considérer cette option −, je vois beaucoup de pilotes italiens qui sont très, très forts. C'est donc peut-être le bon moment pour le faire, mais la priorité numéro un n'est pas celle-là", a ainsi déclaré Rivola.

Lire aussi :

Le premier candidat italien aurait pu être Enea Bastianini, néanmoins celui-ci est en partance pour le groupe KTM, d'après nos informations. Mais, déjà au Mugello, lorsqu'il était interrogé sur l'éventualité de voir le #23 rejoindre Aprilia, Aleix Espargaró s'était empressé de citer un autre candidat possible. "Il est rapide. J’aime aussi Bezzecchi parmi les Italiens", avait-il souligné. "Marco est fort, il a faim aussi car il n’a pas encore beaucoup gagné en MotoGP, étant donné qu’il est très jeune. Donc les deux options peuvent être intéressantes. Je pense que ce serait beau d'avoir un pilote italien chez Aprilia."

Lorsque ces propos lui ont été rapportés, Bezzecchi s'est immédiatement positionné en candidat. "Indéniablement, ce serait une belle destination. C'est un team officiel, une moto qui progresse énormément, ils ont obtenu de très bons résultats et fait du très bon travail", a-t-il souligné. "C’est fantastique d’être mentionné dans un projet comme celui-ci. Avant toute chose, parce que mon ambition, comme tous les pilotes MotoGP, est de devenir pilote officiel."

"À l’heure actuelle, malheureusement, je ne suis pas au mieux de mes performances, alors je mets toute ma concentration sur le fait d’essayer d’être rapide et compétitif, de travailler de la meilleure façon que je peux. Mais j’essaye bien sûr de regarder autour de moi et de voir toutes les possibilités que j’ai pour mon avenir, alors je suis content qu’Aleix ait cité mon nom. Mais on verra."

Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team

Aleix Espargaró, prêt à adouber Marco Bezzecchi chez Aprilia ?

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Di Giannantonio veut une moto officielle en 2025

De son côté, Fabio Di Giannantonio ne cache pas travailler à son avenir depuis plusieurs semaines déjà. L'Italien défend son CV, avec le même rêve que son coéquipier actuel : devenir pilote officiel pour l'une des marques engagées en MotoGP.

"Je pense que mes progrès au cours de ma carrière MotoGP ont été assez clairs, à la fois l'année dernière et aussi cette année, où je crois qu’on affiche un très bon niveau de performance à toutes les courses. C’est très bien. J’ai vraiment travaillé pour obtenir ce type de régularité", fait valoir le Romain.

"Pour l’avenir, on est en train de voir. Avec mon équipe, on a évidemment un plan A, un plan B et un plan C. Mon objectif est me développer dans ma carrière et d’avoir une moto d’usine l’année prochaine. Ce serait génial pour me battre contre les pilotes officiels, tout est un peu plus facile quand on a une moto d’usine. Mais je me sens aussi très bien avec mon équipe, on travaille vraiment bien, alors on travaille sur deux voies."

"Continuer avec mon équipe, ce serait très bien parce que ça m’apporterait un peu de continuité avec deux années où je pourrais travailler sur ma performance avec les mêmes personnes, donc ça aussi, ce serait vraiment bien", soulignait-il le week-end dernier, affirmant son attachement au team VR46. "Je me sens formidablement bien avec l’équipe, j’adore courir avec eux. Toutes les personnes qui sont dans le box ont de grandes connaissances de la course. Et puis, ils sont super cools, l’ambiance dans le stand est très bonne, ça me donne de bonnes ondes pour monter sur la moto et faire de mon mieux."

Lire aussi :

Au Mans et à Barcelone, déjà, Di Giannantonio avouait ses hésitations, car les places restantes au sein des équipes officielles ne sont pas toutes garantes de compétitivité. Cela, il ne le sait que trop bien puisqu'il s'est cru proche d'un transfert chez Repsol Honda en fin de saison dernière avant d'être coiffé sur le poteau par Luca Marini, aujourd'hui en très grande difficulté.

"À ce stade de ma carrière, je pense que je choisirais toujours un package technique qui me permette de gagner des courses. Alors j'évaluerais tout, bien sûr, mais tout ce qui me permettrait de gagner des courses", a-t-il ainsi indiqué en Catalogne. "Dans le même temps, si je m'étais retrouvé dans le team Honda, ça aurait quand même été un très beau projet parce que la combinaison du HRC est une des plus importantes de la grille, on porte un projet important qui est de ramener au sommet une moto qui a actuellement un peu plus de mal mais qui est la Honda. Alors, en réalité, je n'aurais pas vu ce projet comme quelque chose de mauvais. Ce sont deux projets très différents."

"On y travaille. Je pense qu’il est un peu trop tôt, il faut encore attendre quelques semaines mais on aura bientôt des nouvelles", a précisé Di Giannantonio au Mugello. De toute évidence désireux de garder toutes les portes ouvertes, l'Italien sait aussi qu'un entre-deux existe, à savoir piloter une moto officielle au sein d'un team satellite. Et en ce sens, le vent pourrait bien tourner en faveur de VR46 si Pramac venait à quitter le clan Ducati. "Actuellement, je suis sur une Ducati, qui semble être la meilleure moto de la grille, alors continuer une année de plus avec mon équipe, peut-être avec un package officiel, ce serait l'idéal pour moi, je pense", pointait-il d'ailleurs à Barcelone.

Les plus belles photos du GP d'Italie MotoGP

Francesco Bagnaia, Ducati Team, Moto
Johann Zarco, LCR Honda Team
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Jorge Martin, Pramac Racing
Jorge Martin, Pramac Racing
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Enea Bastianini, équipe Ducati
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Enea Bastianini, équipe Ducati
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Franco Morbidelli, Pramac Racing
Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Miguel Oliveira, Trackhouse Racing Team
Les foules
Alex Marquez, Gresini Racing
Marc Marquez, Gresini Racing Team
Alex Marquez, Gresini Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Luca Marini, équipe Repsol Honda
Marco Bezzecchi, VR46 Racing Team
Marc Marquez, Gresini Racing Team
Enea Bastianini, équipe Ducati
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Jorge Martin, Pramac Racing
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Enea Bastianini, Ducati Team, Francesco Bagnaia, Ducati Team
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Enea Bastianini, équipe Ducati
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Enea Bastianini, Ducati Team, Francesco Bagnaia, Ducati Team, Jorge Martin, Pramac Racing
Les foules
Les foules
38

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent KTM en souffrance au Mugello : "De loin le pire circuit pour nous"
Article suivant Honda n'a "pas encore de réponse claire" à ses problèmes

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France