MotoGP
26 mars
EL1 dans
17 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
24 jours
16 avr.
Prochain événement dans
38 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
51 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
79 jours
03 juin
Prochain événement dans
86 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
100 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
107 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
121 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
156 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
170 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
184 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
191 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
205 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
212 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
226 jours
28 oct.
Prochain événement dans
233 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
247 jours

Les craintes de Pol Espargaró avec Honda sont humaines et non sportives

Confiant dans son potentiel au guidon de la Honda grâce à la qualité de sa nouvelle équipe et à ce que lui-même a prouvé ces quatre dernières années, Pol Espargaró ne craint qu'une chose : quitter l'ensemble de son team technique.

Les craintes de Pol Espargaró avec Honda sont humaines et non sportives

Devenu officiellement pilote Honda le 1er janvier, Pol Espargaró ouvre un nouveau chapitre de sa carrière après avoir passé quatre ans sur la KTM. Une aventure qui s'est conclue par une solide saison, auréolée de cinq podiums, au guidon d'une moto désormais capable de gagner et redoutée par la concurrence, une RC16 qui s'avérait très complexe à piloter lorsqu'il l'a prise en main pour la première fois mais qui fait maintenant envie à tout le paddock.

Le pilote espagnol a admis à Motorsport.com que son premier contact avec le HRC avait eu lieu à la moitié de l'année 2019. Depuis, l'évolution de la RC16 a été si marquée qu'il en est venu à douter que rejoindre Honda soit le bon choix à faire. "On doute toujours des décisions que l'on prend, et quiconque dit le contraire ment", nous explique-t-il. "Après tout, ce sont les doutes qui vous rendent meilleur. Penser qu'untel ou untelle va être meilleur que vous, c'est ce qui vous pousse à faire des efforts."

Lire aussi :

Une fois son transfert annoncé, le plus jeune des frères Espargaró n'a eu de cesse d'être confronté à ces doutes, nourris par les piètres résultats de Honda en 2020, alors que le constructeur a vu ses statistiques s'effondrer en l'absence de Marc Márquez. Dans le même temps, KTM a obtenu la récompense de ses efforts en remportant trois des 14 courses de la saison et en multipliant les apparitions sur le podium, jusqu'à largement battre la marque à l'aile dorée au championnat.

Pour autant, Pol Espargaró a continué de se dire convaincu d'avoir fait le bon choix. Certain que courir pour Honda saura lui apporter ce qu'il attend sur le plan sportif, il regrette surtout ce qu'il pourrait perdre sur le plan humain en quittant une équipe à laquelle il est très attaché.

"Les doutes que j'ai eus ont été davantage d'ordre humain, compte tenu de l'équipe de personnes que nous avons formée chez KTM au cours des dernières années. Pour mener la KTM là où nous l'avons menée, il est vrai qu'il faut bien la piloter, mais il est tout aussi important de créer un super groupe qui comprenne à la perfection la moto et le pilote", affirme l'Espagnol.

"Ma plus grande crainte est de ne pas pouvoir former un groupe comme celui que j'ai eu jusqu'à présent. En MotoGP, la meilleure moto du monde n'existe pas, ni le meilleur pilote, ni la meilleure équipe : c'est une combinaison des trois. C'est ce que Marc a réalisé en allant chez Honda. Il n'était pas à l'aise avec le groupe qui l'entourait quand il est arrivé [en 2013, ndlr] et changer cela faisait partie de sa motivation à ce moment-là, ce qui lui a permis de gagner année après année. S'il n'avait pas été à l'aise, il n'aurait probablement pas gagné autant de titres."

Pol Espargaró partira toutefois de zéro car, "pour des raisons contractuelles [qu'il ne peut] pas expliquer", il ne peut être suivi chez Honda par aucun des membres de son groupe de travail de KTM. Il a toutefois pleinement confiance dans le staff technique qui l'aidera au sein de sa nouvelle équipe, le même qui a encadré Álex Márquez l'an dernier. "Ce sont des personnes très bien préparés, avec un niveau élevé, et qui sont là depuis de nombreuses années. Je les connais et on s'est parlé mille fois dans le paddock. Ils sont pour la plupart catalans, comme moi. On s'entendra bien, c'est certain", pressent-il.

"Si j'ai réussi avec KTM, je peux y arriver avec Honda"

Séduit par la perspective d'intégrer une équipe qui l'a fait rêver depuis tout petit, Espargaró quitte un constructeur au sein de laquelle il faisait figure de leader, auteur des meilleurs résultats durant quatre ans − bien que la victoire, lorsqu'elle a été possible en 2020, lui ait échappé − et pièce maitresse du développement de la machine développée dans les ateliers de Mattighofen. L'Espagnol est toutefois parfaitement conscient que ses résultats chez Honda sont évalués différemment et sa réussite désormais jugée obligatoire. Mais il assure, confiant : "Quand j'ai commencé ce projet avec KTM, j'étais dernier sur la grille, et je l'ai terminé avec cinq podiums et deux poles. Je pense donc que, si j'ai réussi avec KTM, je peux y arriver aussi avec Honda."

Bien qu'il ambitionne d'élever son niveau, Pol Espargaró affirmait auprès du site officiel du MotoGP, lorsqu'il bouclait sa quatrième saison avec KTM en novembre dernier, ne pas vouloir viser de résultat particulier pour ses débuts avec Honda : "Je n'ai pas d'objectif. Je vais adopter la même méthode que ces quatre dernières années : travailler, travailler, et travailler encore plus. Si je l'ai fait chez KTM, je suis sûr que je pourrai le faire, ou que j'aurai l'opportunité de le faire chez Honda. Je vais vraiment essayer."

Ce travail acharné, s'il a pu commencer à distance pendant la coupure hivernale, va pouvoir se mettre en pratique bientôt, puisque les essais de pré-saison débuteront dans cinq semaines. Réduits à cinq jours, ils mèneront tout droit vers un premier Grand Prix récemment confirmé en date du 28 mars à Losail.

partages
commentaires
Dovizioso, Zarco, Lorenzo : les occasions manquées de Suzuki

Article précédent

Dovizioso, Zarco, Lorenzo : les occasions manquées de Suzuki

Article suivant

La pandémie a poussé Petronas à faire une "exception" pour Rossi

La pandémie a poussé Petronas à faire une "exception" pour Rossi
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Pol Espargaró
Équipes Repsol Honda Team
Auteur Germán Garcia Casanova
Maverick Viñales, leader en quête de stabilité et de clarté Prime

Maverick Viñales, leader en quête de stabilité et de clarté

Nouveau leader moral de l'équipe officielle Yamaha de par son expérience et les succès obtenus jusqu'à présent, Maverick Viñales aborde une saison 2021 qui s'annonce peut-être comme la plus importante de sa carrière, avec une réelle chance de s'affirmer enfin.

MotoGP
6 mars 2021
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020