Les espoirs de Pol Espargaró "anéantis" par le choix du pneu tendre

Pol Espargaró n'a pu réellement se battre que dans les premiers tours à Silverstone, avant de souffrir de la dégradation de son pneu tendre à l'arrière, mais le Catalan a peu de regrets puisque les autres gommes ne convenaient pas à la Honda. Il se réjouit surtout de ce retour au premier plan.

Les espoirs de Pol Espargaró "anéantis" par le choix du pneu tendre

Pol Espargaró a vécu son meilleur week-end avec Honda au Grand Prix de Grande-Bretagne. Après avoir signé la pole, le Catalan prévenait qu'il ne serait pas en mesure de jouer la victoire mais il a quand même mené les premiers tours. Il a certes glissé jusqu'à la cinquième place mais cela reste son meilleur résultat avec la RC213V. Sa course a été bien plus agréable que les précédentes, quand il était englué dans un peloton fait de pilotes agressifs sans pouvoir rouler à son rythme.

"Quand on se bat avec [les leaders], je peux vous dire que c'est beaucoup plus doux et agréable que quand on se bat pour le top 10", souligne Espargaró. "À l'arrière, ils sortent large, ils adoptent des trajectoires étranges, ils vous attaquent dès qu'ils le peuvent, ils essaient même s'ils ne sont pas plus rapides. On en sort épuisé quand on se bat pour ses places, parce qu'on se défend et on se protège tout le temps. On n'essaie pas de faire mieux, on essaie juste de garder ce que l'on a, sans progresser. Je ne sais pas comment l'expliquer, c'est très dur. Mais on n'en sort pas grandi, on est simplement en mode survie. J'ai vraiment aimé mener en début de course, je me souviendrai de cette sensation. C'était assez émouvant et agréable."

Lire aussi :

La course de Pol Espargaró a été conditionnée par l'utilisation du pneu tendre à l'arrière, que seuls les pilotes Honda et Enea Bastianini ont choisi dimanche après-midi. Les autres pneus n'étaient pas adaptés à la machine japonaise et le #44 savait qu'il serait plus en difficulté dans la deuxième partie de l'épreuve, ce qui n'enlève rien à sa satisfaction d'avoir enfin pu se battre pour de bonnes positions avec cette moto.

"C'est la première fois que je prends du plaisir à piloter la Honda. On savait qu'on n'irait pas très loin avec le pneu tendre à l'arrière, mais les autres pneus étaient trop durs pour la Honda. On a sacrifié la seconde moitié de la course, mais ce week-end nous a beaucoup apporté. Ça se voit dans les chronos. Je sens que je suis un pilote plus fort qu'avant, pas celui que vous avez vu jusque là."

"On mérite toujours un peu mieux, c'est la nature humaine", ajoute-t-il. Mais au final, on savait quelles étaient nos chances avec le pneu tendre, il fallait un peu voir comment les choses se passaient puis survivre. Nos pronostics ont été anéantis parce que le côté droit du pneu était complètement mort deux ou trois tours après la mi-course. C'était presque impossible de prendre les virages rapides, l'arrière bloquait beaucoup et bougeait. C'est sûr que j'aurais voulu plus parce que je sentais que j'avais la vitesse des leaders, peut-être pas [celle de] Quartararo mais au moins [celle] pour être sur le podium. J'étais à l'aise et à un moment, je revenais sur mon frère et Álex [Rins]. Mais le pneu m'a lâché."

Pour autant, Pol Espargaró ne regrette pas son choix puisqu'il estime qu'il n'était pas possible d'utiliser les deux gommes plus dures. Il espère néanmoins que Honda arrivera à faire les changements nécessaires pour tirer profit de l'ensemble de l'allocation fournie par Michelin : "Je ne dirais pas que c'était le mauvais choix, je pense que c'était le bon. Mais même en le sachant, ça ne devrait pas être le bon choix."

"Les vainqueurs ont utilisé le medium à l'arrière, ils ont été rapides tout le week-end avec ce pneu et ce n'était pas possible pour nous. C'était un désavantage, on perdait beaucoup d'adhérence donc on devait utiliser le tendre. Ça nous a mis dans une situation critique. [...] On le sait, mais c'est assez évident que la Honda fonctionne mieux avec les composés plus durs, c'était impossible d'utiliser le medium. On travaille sur ça et j'espère qu'on résoudra le problème le plus vite possible, sinon l'an prochain. Mais c'est sûr que c'est notre point faible pour le moment."

Lire aussi :

Avec Angus Martin et Germán Garcia Casanova

partages
commentaires

Voir aussi :

Jack Miller sent que ses qualifications l'ont privé du podium

Article précédent

Jack Miller sent que ses qualifications l'ont privé du podium

Article suivant

Xavi Vierge décline la proposition du team SRT pour le GP d'Aragón

Xavi Vierge décline la proposition du team SRT pour le GP d'Aragón
Charger les commentaires
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021