La frustration de l'Autriche a été dure à digérer pour Pol Espargaró

Frustré après le Red Bull Ring, Pol Espargaró a pourtant réussi à retrouver trois fois le podium depuis et il apparait même toujours en lice pour une solide place au championnat malgré les points perdus pendant l'été.

La frustration de l'Autriche a été dure à digérer pour Pol Espargaró

Son quatrième podium de la saison, obtenu dimanche au Grand Prix d'Europe, a permis à Pol Espargaró de se hisser à la septième place du championnat, avec un point d'avance seulement sur Takaaki Nakagami. S'il est désormais mathématiquement hors jeu dans la course au titre, le pilote KTM est revenu à 11 unités du top 5, un objectif qu'il peut désormais tenter d'atteindre dans les deux manches restantes.

"C'est génial", se réjouit-il, malgré le sentiment amer que certaines courses lui ont laissé. "On a clairement manqué des points pendant la saison, par exemple en République Tchèque même si ça n'était pas de notre faute. Et puis avec le drapeau rouge en Autriche, ou dans le dernier virage de la deuxième course en Autriche… À certains endroits, on a perdu beaucoup de points. Les autres aussi, je ne suis pas le seul, mais sans ces moments-là on serait beaucoup plus proches au championnat."

"On a manqué certaines courses, on a fait des erreurs qui ne nous ont pas permis de nous battre avec ceux qui sont devant et sans lesquelles, qui sait, on serait arrivés au bout en ayant encore des chances de se battre pour les premières places du championnat", souligne-t-il auprès de DAZN, plus réaliste que véritablement déçu.

Lire aussi :

À l'image de ce qu'est cette saison 2020, Pol Espargaró a connu un championnat irrégulier, avec plusieurs chutes, tantôt dues à des erreurs personnelles tantôt à des accrochages, et des performances parfois plus faibles qu'il l'espérait, comme ce fut le cas notamment lors de la première manche d'Aragón où le froid l'a mis en difficulté. Parfois frustré, le pilote espagnol a extériorisé, notamment pendant l'été, une tension qui avait totalement disparu dimanche, au soir du Grand Prix d'Europe, alors qu'il commençait à dresser le bilan de son année sans se départir du large sourire que lui inspirait ce nouveau podium.

"Si quelqu'un m'avait dit avant la saison que j'allais faire quatre podiums et deux pole positions j'aurais signé, quels que soient les résultats des autres !" assure-t-il. "Dans les moments où tout se passe bien, on ne peut pas tout oublier. Mais après les deux courses autrichiennes en particulier, ça a été très dur. On avait de grandes chances de victoire là-bas. En République Tchèque aussi, mais surtout en Autriche, qui est la patrie de KTM, et on n'y est pas arrivé, et ce même si j'étais très fort en rythme de course. Ça n'est pas arrivé et ça a été très frustrant pour moi. Ça n'a pas été une très bonne période pour moi cette année."

Le mois d'août avait vu le plus jeune des frères Espargaro afficher un rythme digne de la la victoire à Brno avant de voir son coéquipier Brad Binder s'imposer tandis que lui s'accrochait avec Johann Zarco, puis décrocher sa première pole position au Red Bull Ring et s'y battre pour la victoire dans le cadre du GP de Styrie... mais la manquer dans le dernier virage, battu par une autre KTM, celle de Miguel Oliveira.

"Après l'Autriche, je pensais qu'on ne pourrait pas rééditer ce qu'on avait fait là-bas, mais ensuite Misano est arrivé, puis la deuxième course d'Aragón, ici… et j'ai réalisé qu'on pouvait le faire tous les week-ends si on travaille bien et qu'on met sur la table ce qu'on doit y mettre. Au final, quatre podiums cette saison cela montre que notre performance est bonne. On est forts, on est rapides. Et puis, il y a la pole position aussi : pourquoi ne pas la rééditer le week-end prochain ? Il faut qu'on croie un peu plus en nous-mêmes !"

Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing

Cette saison, la septième pour lui en MotoGP, a d'ores et déjà l'assurance d'être la meilleure que le Catalan aura disputée avec KTM, mais elle pourrait aussi rivaliser avec ses trois premières années, lorsqu'il pilotait la Yamaha du team Tech3. Il lui manque 30 points pour égaler son meilleur score, celui de 2014 où il avait par ailleurs obtenu la sixième place du championnat, à l'époque sans jamais parvenir à se hisser sur le podium en course.

Et puis, pour parfaire son bilan et totalement effacer les quelques déceptions qui ont gâché son été, Pol Espargaró peut encore espérer décrocher la victoire qu'il a plusieurs fois pensé pouvoir obtenir cette saison. "Jusqu'à présent, Mir n'avait pas remporté de victoire, alors j'ai toujours l'espoir d'en remporter une moi aussi. [Dimanche] ce n'était pas mon jour", concède-t-il.

Lire aussi :

Bien mieux loti lors des deuxièmes courses disputées cette année à Misano et Aragon, le pilote KTM pourrait compter sur le second Grand Prix qui se tiendra cette semaine à Valence pour tenter, espère-t-il, de faire encore mieux que sa troisième place de dimanche. Cependant, la donne pourrait s'avérer différente puisqu'il estimait dimanche avoir profité du manque de roulage sur le sec pour limiter la casse fasse aux Suzuki et au reste de la concurrence.

"J'ai quelques doutes pour la course de dimanche prochain. L'année dernière, on a couru beaucoup plus vite que [dimanche], donc si la prochaine est plus rapide, on n'aura pas la possibilité de beaucoup progresser. J'étais à la limite dans de nombreux virages et si les autres pilotes progressent le week-end prochain, je n'aurai rien à leur répondre", craint-il.

Avec German Garcia Casanova

partages
commentaires
Iker Lecuona pourra participer au GP de Valence

Article précédent

Iker Lecuona pourra participer au GP de Valence

Article suivant

Joan Mir champion au GP de Valence si...

Joan Mir champion au GP de Valence si...
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021