Pol Espargaró choqué par le manque de respect d'Oliveira

Difficile pour Pol Espargaró de comprendre et de digérer des propos acerbes de Miguel Oliveira, qui lui a selon lui manqué de respect après ce qui a été jugé comme étant un incident de course.

Pol Espargaró choqué par le manque de respect d'Oliveira

Au cœur d'une semaine tendue pour le paddock MotoGP, les propos acerbes tenus par Miguel Oliveira à son égard au micro de Canal+ ont estomaqué Pol Espargaró. Les deux hommes, tombés ensemble pendant le Grand Prix d'Autriche dimanche, s'étaient expliqué après leur chute et avaient conclu, d'après l'Espagnol, au fait qu'il s'agissait d'un incident de course. Le pilote Tech3 jugeait toutefois que son collègue n'aurait pas dû se rabattre lorsqu'il lui faisait l'intérieur, profitant de la place laissée à l'intérieur du virage. Mais pour témoigner de son amertume, il était allé jusqu'à questionner l'intelligence de son aîné, qui se dit aujourd'hui choqué par ce manque de respect.

Lire aussi :

"J'ai été vraiment choqué, parce que je pensais bien m'entendre avec Miguel", explique Pol Espargaró. "J'ai souvent été dans cette situation, et parfois c'était ma faute, mais je n'ai jamais manqué de respect à mes concurrents ou mes coéquipiers. Ce n'étaient pas de bons mots et il ne s'est même pas excusé de les avoir prononcés. Je ne dirais jamais qu'on ne naît pas tous avec la même intelligence, c'est dur, et surtout parce que la moto qu'il pilote est celle que j'ai faite ! J'imagine donc que si j'avais son intelligence pour faire une moto, on aurait déjà gagné l'année dernière ! C'est clairement un énorme manque de respect."

"Je pense qu'il a dit ça à chaud et qu'il sait qu'il n'a pas utilisé les meilleurs mots pour expliquer la situation, surtout celle-ci sachant que ça n'était pas exactement ma faute", insiste le pilote KTM, qui a pu défendre sa position jeudi devant les commissaires de la FIM, s'appuyant sur les données et les images détaillées de l'accident. L'incident a alors été classé sans suite. "Ils étaient d'accord avec moi, c'était un incident de course. Je vous dirais même que Miguel était en train de tomber avant de me heurter. Il y a une image sur laquelle on peut voir ma moto presque droite et la sienne complètement au sol, avant qu'on tombe, et c'est ce que les données montrent aussi."

"Les commissaires m'ont demandé si Miguel était en train de tomber avant de me heurter, or c'est ce qu'on voit sur les données et on le voit aussi sur les images. Sur la dernière image, Miguel a un angle énorme, alors que je suis complètement droit avant qu'on tombe. Même sur les images, c'est assez facile à vérifier, mais je suis surpris que personne ne l'ait vu. Je n'ai pas voulu jeter de l'huile sur le feu pendant ces quelques jours, j'attendais que la FIM regarde."

Une parole libérée et violente sur les réseaux sociaux

Le commentaire placide mais destructeur de Miguel Oliveira a beaucoup fait réagir sur les réseaux sociaux, provoquant une vague de réactions épidermiques qui a étonné Pol Espargaró. "J'ai été un peu surpris de voir à quel point les gens s'y connaissent en moto et avec quelle facilité ils parlent de quelque chose qu'ils ne connaissent pas exactement", souligne-t-il. "J'ai vu beaucoup de choses qui découlaient d'une réaction. Miguel s'est plaint, et parce qu'un pilote se plaint cela signifie que l'autre a la faute, au lieu de se dire que l'autre ne veut peut-être pas se disputer avec un coéquipier du groupe KTM, ce qui serait la chose la plus intelligente à faire."

"La première chose que l'on apprend en MotoGP c'est que l'on ne peut pas se battre contre son coéquipier : le constructeur qui vous paye ne le souhaite pas, car cela véhicule une très mauvaise image. Et mis à part ça, j'ai parlé avec lui après la chute, juste après qu'il a fait son interview pour Canal+, il s'était excusé et moi aussi et on était tombé d'accord sur le fait qu'il s'agissait d'un incident de course. Et par la suite j'ai vu beaucoup de choses et ses commentaires partout."

Lire aussi :

"Je ne voulais pas exploser sur les réseaux sociaux car je ne pense pas que ce soit l'endroit pour ça, mais je me suis senti un peu frustré parce que personne ne connait la situation, personne n'a vu les données, personne ne m'a parlé pour me demander techniquement ce qui s'était passé. Tout le monde ne voyait que la réaction de Miguel et, de là, faisait des posts. À l'heure actuelle, tout ce que l'on poste a de l'importance. Il n'y a pas grand monde qui s'y connaisse en moto et pourtant tout le monde parle."

Leader de la première partie de la course, Pol Espargaró avait perdu une occasion en or lorsque le drapeau rouge avait poussé chacun à rentrer au stand après le terrible carambolage du virage 3. Contraint de changer de pneu alors qu'il ne lui restait plus d'option avec la bonne gomme, l'Espagnol était reparti en soft, conscient qu'il allait dès lors se trouver en difficulté, et le nombre de trajectoires élargies par la suite l'a vite confirmé. "Il y a une raison à cela. Je ne suis pas fou ou idiot au guidon d'une MotoGP !" se défend-il.

"Mais le fait que j'élargissais ne signifiait pas que tout le monde pouvait passer, peu importe qui était en dehors de la trajectoire. Les gens qui passent, comme on l'a vu avec Mir ou Rins quand ils l'ont fait sur moi, doivent vraiment penser au fait qu'il y a un autre gars en piste qui ne peut pas regarder derrière. J'ai vu beaucoup de commentaires dire que j'aurais dû regarder derrière, mais on court ! J'étais sur la ligne blanche et là il aurait donc fallu que je me redresse, que je lève la main et que je regarde derrière moi pour voir qui arrivait ? 'C'est bon, tout le monde passe ? Et après j'y vais aussi !' On court. Je n'ai pas de bouton pour disparaître de la piste, j'étais sur la ligne blanche, alors qu'est-ce que j'aurais dû faire ?"

partages
commentaires
Morbidelli regrette ses propos mais "Zarco a fait une erreur"
Article précédent

Morbidelli regrette ses propos mais "Zarco a fait une erreur"

Article suivant

Yamaha retire sa requête pour intervenir sur ses moteurs

Yamaha retire sa requête pour intervenir sur ses moteurs
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021