Pol Espargaró en quête d'une solution à son manque de traction

Déçu de son résultat au Mans, Pol Espargaró retient qu'il a été l'un des plus performants sur le sec et estime que la pole était peut-être à sa portée. Pour la suite, l'Espagnol espère que Honda pourra apporter des changements pour gagner en motricité, en particulier sur piste humide.

Pol Espargaró en quête d'une solution à son manque de traction

L'averse tombée pendant le Grand Prix de France n'a pas permis à Pol Espargaró de tirer son épingle du jeu. Seul représentant de Repsol Honda à l'arrivée, Marc Márquez ayant chuté deux fois, il a franchi la ligne à la huitième position, derrière les pilotes du team LCR, Álex Márquez et Takaaki Nakagami.

Espargaró pointait au 13e rang après les changements de motos rendus nécessaires par l'arrivée de la pluie mais plusieurs dépassements et des erreurs d'autres pilotes lui ont permis de vite remonter à la sixième place. Il a ensuite été dépassé par son frère Aleix Espargaró, ainsi que Danilo Petrucci et Pecco Bagnaia, et il n'a pu regagner qu'une position, quand son aîné a été stoppé par un souci technique. Le #44 a expliqué avoir eu du mal à conserver un bon rythme après avoir éprouvé des difficultés en sortie de courbe, dans les phases de réaccélération.

"C’est un problème que nous rencontrons en ce moment", a expliqué Espargaró après l'arrivée. "Nous n'avons pas de traction à l'arrière, surtout lorsque la moto est complètement droite. On a du mal avec ça, mais on a quelques idées pour le Mugello et je pense qu'on peut faire des progrès. Je pense que c’est un problème assez général mais sur le mouillé, il y a le risque de tomber et on est tout le temps à la limite de l’adhérence, à la limite de la traction, tout le temps. On a un peu plus de mal avec ça parce qu'on a le risque de tomber."

Lire aussi :

"En course, pour améliorer notre grip en ligne droite, il aurait fallu utiliser le medium, comme par exemple Marc l'a fait. Mais c'était très risqué car sur le bord, le pneu n'avait pas assez de grip. C'est pour ça que nous l'avons vu tomber deux fois. C’est donc très difficile en ce moment pour nous et j’ai l’impression d’avoir un peu plus de mal que les autres – je ne sais pas pourquoi. Surtout avec la moto complètement relevée. Juste la traction pure. C’est une chose que nous devons améliorer et nous devons comprendre pourquoi cela se produit. Nous avons des idées."

De nombreux facteurs peuvent entrer en compte pour expliquer les problèmes évoqués par Pol Espargaró, comme la dureté de la suspension, l'équilibre général de la moto ou sa façon d'exploiter les gommes. Le pilote catalan ne veut écarter aucune option dans sa quête d'une solution pérenne : "Nous devons tout analyser avant de prendre des décisions et ensuite je suis sûr que nous allons arriver au Mugello avec quelque chose de différent."

Espargaró veut retenir les promesses montrées au Mans

Pol Espargaró n'était guère plus satisfait la veille, une chute en Q2 l'ayant selon lui privé d'une véritable chance de signer sa première pole avec la Honda, lui qui en a réalisé deux avec KTM la saison passée. "Je m'en veux vraiment parce que nous visions la pole position ou le top 3 à coup sûr", déplorait-il samedi. "Le premier secteur était incroyable dans ce tour. J'avais trois dixièmes d'avance et j'étais deux dixièmes plus rapide que Fabio [Quartararo, auteur de la pole], trois dixièmes plus rapide que Jack [Miller] et ils sont tous les deux en première ligne. C’est douloureux parce que je sens que je pouvais le faire."

"Je suis énervé parce que, par exemple, à Jerez, je savais que mes chances étaient très faibles, mais ici, j’avais une énorme chance d’être dans une position incroyable en me battant également pour la pole. J'attendais la fin pour pousser une dernière fois, or dans les deux ou trois tours à la fin, il a commencé à pleuvoir et j'ai ralenti à cause ça. Je suis sûr que j’ai trop ralenti. Je n’ai pas corrigé ça, puis je n’ai pas trop accéléré dans le virage 6 et je suis tombé, mais mes sensations sont incroyables sur le sec. Je pense que nous sommes parmi les plus rapides ici et c’est douloureux d'être huitième sur la grille, troisième Honda, maintenant que je suis l’un des plus rapides. Ça me tue."

Lire aussi :

Pol Espargaró a en effet montré un certain potentiel sur piste sèche au cours du week-end sarthois, en prenant la quatrième place en EL2 comme en EL4, et il ne souhaite pas que les difficultés rencontrés quand le circuit était humide viennent ternir ce bilan : "Globalement, nous devons être satisfaits. Ici, dans des conditions sèches, j’ai réalisé de très bonnes performances. J’étais rapide et je pense avoir eu de bonnes chances de faire une bonne course sur le sec, mais c’est Le Mans et tout change très vite. C'était comme ça ce week-end."

"J'ai été dans le top 5 pendant tout le week-end dans des conditions sèches, ce qui est très bien", a-t-il ajouté. "Nous devons aussi prendre le positif, ne pas toujours parler du négatif. Vous me connaissez, je suis très critique envers moi-même en temps normal, mais je pense que nous avons été performants sur le sec ce week-end, et c’est ce que nous retenons avant le Mugello."

Espargaró estime donc que le bilan final n'est pas si mauvais, puisqu'il a quitté la France avec huit points et par la même occasion égalé son meilleur résultat en course au guidon de la Honda : "Finalement, beaucoup de pilotes n’ont pas terminé la course. J'ai terminé huitième avec de mauvaises sensations et j'étais bien sur le sec au point de viser les cinq premières positions, ce qui est très bien. Mais Le Mans est comme ça et on ne se plaint pas."

Avec Chloé Millois

partages
commentaires

Voir aussi :

Fabio Quartararo a "beaucoup appris" sous la pluie
Article précédent

Fabio Quartararo a "beaucoup appris" sous la pluie

Article suivant

Petrucci sauve les meubles mais KTM "n'a pas encore la solution"

Petrucci sauve les meubles mais KTM "n'a pas encore la solution"
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021