Pol Espargaró : "Je paye le mauvais travail des commissaires, c'est injuste"

Pol Espargaró ne décolère pas après s'être vu priver de son meilleur temps de qualification, synonyme de deuxième place sur la grille, pour avoir attaqué sous drapeau jaune. Il déplore une erreur des commissaires et de l’organisation.

Pol Espargaró : "Je paye le mauvais travail des commissaires, c'est injuste"

C'est un Pol Espargaró très agacé qui a dressé le bilan de ses qualifications tchèques devant des médias réunis en visioconférence. Et pour cause, le pilote KTM croyait tenir la deuxième place sur la grille de départ, avant que son tour ne soit annulé car il avait continué à attaquer sous régime de drapeau jaune.

L'incident s'est produit à la suite de la chute de Cal Crutchlow dans le virage 8 de la piste, le début d'un gauche-droite où Pol Espargaró regrette que le drapeau jaune ait été exposé trop loin du lieu de l'accident et dans un endroit qui le rendait peu visible depuis la piste. Bien que convaincu par la règle, dont la mise en application a été récemment durcie, le pilote espagnol déplore que ce qu'il considère comme une erreur des commissaires et de l'organisation se soit retournée contre lui.

"J'ai poussé tout seul avec mon deuxième pneu et tout s'est bien passé jusqu'au drapeau jaune", explique-t-il. "Il était entre deux virages, dans un endroit sans visibilité, et il était impossible à voir. J'ai le sentiment que ce n'était pas mon erreur mais la leur : ils n'ont pas montré le drapeau jaune quand ils auraient dû, à l'endroit où il devait être comme on s'était tous mis d'accord à la Commission de sécurité, et je l'ai payé."

"Je paye le mauvais travail des commissaires et de l'organisation et ça n'est pas juste. Et puis Cal était par terre : mon tour peu importe, mais le problème c'est que j'étais super rapide dans ce virage alors que Cal était par terre. J'aurais donc pu tomber à cet endroit parce que j'ai pris beaucoup de risques pour faire ce tour. Si on veut faire appliquer cette règle, il faut qu'elle soit bien appliquée et ça n'a pas été le cas."

Lire aussi :

Crédité du deuxième temps grâce à ce tour, Pol Espargaró a coupé son attaque et n'a pas profité de son pneu pour tenter d'obtenir un autre chrono, comptant exclusivement sur celui-là. Seulement, son annulation l'a fait rétrograder au sixième rang, sans qu'il lui soit possible de se retourner par la suite.

"OK, il y a un drapeau jaune et on doit tous le respecter mais il faut qu'ils fassent du bon travail aussi", insiste-t-il. "Ils ne peuvent pas montrer un drapeau jaune entre deux virages, où je ne peux pas le voir. J'étais en train d'attaquer, je n'ai pas vu ce drapeau jaune et j'ai fêté cette place à la fin [de mon tour] ! J'avais deux tours pour attaquer et je n'ai pas fait le dernier parce que dans celui-là je m'étais senti bien. J'avais donc une autre cartouche, mais je n'ai pas attaqué."

"Je suis un peu agacé parce que c'était la meilleure qualif que j'ai jamais faite avec la KTM. Je devrais être deuxième mais je suis sixième et ça change pas mal de choses", regrette-t-il. "Être en deuxième ligne, c'est toujours bien mais quand on risque sa vie littéralement pour faire ce genre de tours et qu'on vous l'enlève de cette façon, c'est tout simplement injuste. Et je n'aime pas les choses injustes. Je suis dans ce projet depuis longtemps, on s'est beaucoup battu et finalement je fais un tour comme ça, je me bats énormément pour y arriver et le travail ne paye pas."

Une réclamation déposée

Pol Espargaró a fait savoir que KTM comptait déposer une réclamation, sans trop y croire cependant. "On va le faire, mais ils vont dire qu'il y avait un drapeau jaune dans ce virage. Sauf que c'est des conneries ! Il n'y avait pas de drapeau jaune, en tout cas je n'en voyais pas depuis ma selle. Si vous zoomez, peut-être que vous pouvez voir le drapeau jaune ! Imaginez ce que je voyais depuis la moto dans un changement de direction, c'est impossible !"

"Quand une décision est prise, il est très difficile de revenir en arrière. Ils représentent l'autorité et je n'ai jamais vu une autorité dire 'désolés, on a fait erreur'. Par contre, quand ils font quelque chose de travers, il faut qu'on lève la main et qu'on dise : 'eh les gars, la prochaine fois vous devriez faire les choses différemment'. Je suis agacé parce qu'on l'a dit à la Commission de sécurité, mais c'est comme ça."

partages
commentaires
Zarco raisonne : "Pas encore le rythme pour la victoire" malgré la pole

Article précédent

Zarco raisonne : "Pas encore le rythme pour la victoire" malgré la pole

Article suivant

Quartararo : "Le rythme pour le podium, voire la victoire"

Quartararo : "Le rythme pour le podium, voire la victoire"
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021