Un premier Grand Prix "douloureux" en Aragón pour les KTM

Pol Espargaró a témoigné d'un week-end particulièrement compliqué pour les KTM lors du premier des deux Grands Prix organisés sur le MotorLand Aragón. Problème : une deuxième course s'y profile...

Un premier Grand Prix "douloureux" en Aragón pour les KTM
Charger le lecteur audio

Pour la deuxième fois seulement cette saison, aucune KTM ne figurait dans le top 10 à l'arrivée du Grand Prix d'Aragón, une course décrite comme "douloureuse" par Pol Espargaró. Qualifié 12e après avoir été gêné à la fin de la séance, l'Espagnol a rallié l'arrivée à la même position, juste derrière son coéquipier, Brad Binder, devançant de peu Iker Lecuona. Miguel Oliveira a quant à lui classé la quatrième KTM trois secondes plus loin, hors des points.

"Ça a été une course très difficile. [Samedi] tout a commencé à être un peu compliqué pour nous [à cause de la différence entre] ce que ça aurait dû être et la manière dont les qualifs se sont terminées. En partant de la 12e position, tout a radicalement changé", jugeait Pol Espargaró. "Ces derniers temps en MotoGP les départs sont super importants, ils représentent près de 50% de la course car on perd jusqu'à quatre secondes en quatre ou cinq tours et deux secondes rien que dans les premiers virages. C'est très difficile de partir aussi loin. Après, mon départ n'a pas été très bon, je me suis retrouvé mal placé dans le premier virage et d'autres pilotes m'ont passé alors ça a été très difficile."

"J'ai commencé à pousser, mais le grip était très faible, à l'avant comme à l'arrière. J'ai élargi plusieurs fois, et l'une de ces fois-là Brad m'a passé. Ensuite, en le suivant j'ai passé Petrucci et là aussi j'ai perdu pas mal de temps. Ça n'était pas bon, mes sensations avec la moto n'étaient pas bonnes. On voit bien que Brad, Iker et moi on est à deux secondes des autres alors les résultats ne sont bons pour aucun d'entre nous. C'est douloureux parce que ça a été comme ça tout le week-end."

Lire aussi :

Habituellement fidèles à des composés plus durs que la majorité du plateau à l'avant de leur machine, les pilotes KTM ont cette fois peiné à faire fonctionner les gommes medium au cours d'un week-end aux conditions particulièrement froides, au point que l'on a vu Espargaró et Binder s'aventurer à utiliser la gomme soft en course. "Normalement, on utilise toujours le pneu medium ou des composés plus durs que les autres, mais ici, on ne sait pas pourquoi mais il fallait qu'on utilise le soft à l'avant", décrit-il. "Le medium, on n'arrivait tout simplement pas à le monter en température et à le faire fonctionner correctement."

"On a tous rencontré les mêmes problèmes. C'est comme si on était revenus aux courses de l'année dernière. On ne génère pas assez de traction, on patine sur l'angle et pour faire tourner la moto il faut qu'on prenne plus d'angle que les autres, alors on ouvre les gaz avec énormément d'angle et ça fait que la surface du pneu qui touche le sol est très réduite. À cause de ça, on n'a pas assez de grip, on génère un petit patinage et quand on redresse la moto ce patinage continue."

"Ensuite, le problème c'est que l'on détruit le pneu plus tôt parce qu'on patine plus, et alors on tourne moins et on a moins de traction. Le principal pour moi serait qu'on tourne un peu mieux, on redresserait alors la moto plus tôt et on sortirait des virages dans une meilleure position et avec une plus grande surface de gomme au sol. C'est plus ou moins ce qui arrive à toutes les KTM. Miguel a eu un peu [plus] de mal à la fin, mais on a tous les quatre été en difficulté et Brad, moi et Iker on a terminé très proches les uns des autres."

Avec une deuxième manche sur le même circuit dès cette semaine, l'Espagnol s'est dit inquiet des performances qui pourront être réalisées si ce problème ne se règle pas. "Pour le week-end prochain, l'objectif est de faire fonctionner le pneu medium avant. C'est le principal, car sans ça on est complètement perdus. Notre point fort est l'arrêt et l'entrée dans les virages, or si on utilise un pneu soft, on ne peut pas en tirer profit. C'est donc super important pour nous et pour le week-end prochain il est clair que la première chose à faire sera juste d'essayer d'utiliser le pneu medium ou de le forcer à fonctionner ici, sinon on est perdus."

"Le problème c'est que, si je prends Misano comme référence, Misano 1 s'est très mal passé mais à Misano 2 on est monté sur le podium mais parce qu'entre-temps on a eu une journée de test, or ici on n'a pas eu cette journée pour améliorer nos problèmes. C'est super douloureux, alors il faut vraiment qu'on réfléchisse attentivement à nos problèmes et qu'on essaye de les résoudre avant de remonter sur la moto."

partages
commentaires
Dovizioso pressent que Mir sera difficile à battre au championnat
Article précédent

Dovizioso pressent que Mir sera difficile à battre au championnat

Article suivant

Honda écarte la rumeur d'une troisième opération pour Marc Márquez

Honda écarte la rumeur d'une troisième opération pour Marc Márquez