Pol Espargaró a relevé haut la main le défi du Mugello

Le Grand Prix d’Italie représentait un premier test pour mesurer la compétitivité de la KTM, et les performances du pilote espagnol ont confirmé des progrès notables, sur une piste pourtant compliquée pour sa machine.

Pol Espargaró a relevé haut la main le défi du Mugello

Pol Espargaró ne s’arrête plus ! Après un bon début de saison et quelques coups d’éclat au guidon de sa KTM, il a franchi un cap lors du Grand Prix de France, et celui-ci s’est confirmé au Mugello, un circuit pourtant réputé très compliqué pour la RC16. Aux avant-postes lors des essais, il est parvenu à tenir le rythme en course et à offrir un nouveau top 10 au constructeur autrichien, de quoi se montrer optimiste en vue de Barcelone.

Lire aussi :

Mériter plus

Huitième dès les EL1, puis quatrième en EL2 et deuxième en EL3, le pilote espagnol a affiché une grande forme en Italie le week-end dernier, et a ainsi décroché d’office sa place en Q2 pour la quatrième fois de la saison. Onzième sur la grille le dimanche, il est parvenu à gagner deux places à l’arrivée pour terminer neuvième, à 16"533 du leader, soit presque quatre secondes de mieux par rapport à l’an dernier. "Je suis globalement content, nous savions que cette course serait difficile, pour les pneus, pour les chutes... Notre position était plus ou moins celle-là. Nous nous attendions à ce que l'écart avec les premiers soit plus faible, mais la course est allée bien plus vite que l'an passé", a-t-il déclaré au site officiel du MotoGP. "Nous devons être contents, mais c'est sûr que nous voulons plus, et après ce qui s'est passé au Mans, nous méritons plus."

Les choses sont dites, et le numéro 44 attend désormais plus de ses performances. Il est vrai que la KTM a beaucoup progressé cette saison, et que l’écart avec les autres machines s’est considérablement réduit sur des pistes qui lui sont favorables. Néanmoins, sur un tracé très fluide, comme celui du Mugello, ses points faibles sont plus ressortis qu’à l’accoutumée, et la difficulté qu’Espargaró rencontre pour la faire tourner l’a fait souffrir durant les 23 tours de course.

"Sur ces circuits où il nous manque beaucoup de traction et où nous patinons beaucoup, les autres tournent plus tôt que nous et relèvent la moto plus tôt aussi. Ils ont aussi plus de grip car la surface de contact du pneu au sol est plus élevée que pour nous. C'est un problème que nous avons assez souvent, mais dès que le grip est faible, nous souffrons encore plus, donc quand il fait chaud, ce problème arrive assez souvent et il faut que nous nous améliorions", a-t-il commenté lors de son point presse.

"Je me suis beaucoup battu en début de course avec Morbidelli, Rins et Quartararo, et c’était clairement difficile, surtout qu'il fait chaud. Il y a aussi beaucoup de changements de direction sur un circuit aussi difficile." Néanmoins, Espargaró n’a pas perdu de terrain : "Nous avons pu garder notre rythme même s'il n'était pas si rapide que cela. Notre position montre que sur un circuit difficile, dans des conditions difficiles, nous pouvons rester sur la moto et finir à cette même position."

À quatre points du top 6 général

Malgré des points faibles encore persistants, cela fait deux courses que l’Espagnol constate que sa machine bénéficie d’un avantage non négligeable face aux autres : "En entrée de virage, notre moto est incroyable. Je peux dire que c'est l'une des meilleures motos de la grille dans ce domaine. Au Mans, quand il y avait beaucoup de grip, je rattrapais même Márquez, qui a une Honda qui est bonne sur les freins, et j’en suis super content."

Lire aussi :

Le positif est donc bien présent avant de se rendre sur le circuit de Barcelone, le plus compliqué de la saison pour la KTM. Après avoir relevé haut la main le défi du Mugello, les signaux sont au vert pour la course à domicile du Catalan, qui se tiendra du 14 au 16 juin, même si celle-ci restera fondamentalement compliquée. "Nous devons essayer quelque chose que nous attendons et si c'est bon, peut-être que nous ferons encore un petit pas en avant à Barcelone. Avec la moto et le package que nous avons, nous y aurons peut-être encore du mal."

"Nous finissons les courses, nous marquons des points, même si ce n’est pas toujours beaucoup, nous terminons dans le top 10 et nous sommes à quatre points de la sixième place [au championnat]. Je me sens bien", a-t-il conclu auprès du site officiel du MotoGP.

Avec Michaël Duforest

partages
commentaires
Comment Lorenzo tente de "ducatiser" le freinage de la Honda

Article précédent

Comment Lorenzo tente de "ducatiser" le freinage de la Honda

Article suivant

Quartararo opéré avec succès d'un arm-pump

Quartararo opéré avec succès d'un arm-pump
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021