Pol Espargaró dit avoir signé pour 2023 : "J'aurai une très bonne moto"

Pol Espargaró semble de plus en plus proche d'un retour chez Tech3 et KTM, même si son remplacement par Joan Mir chez Repsol Honda n'est pas encore officialisé.

Pol Espargaró dit avoir signé pour 2023 : "J'aurai une très bonne moto"
Charger le lecteur audio

L'annonce qui officialisera le retour de Pol Espargaró chez KTM n'est pas encore arrivée, mais elle ne produira pas vraiment d'effet de surprise tant l'affaire semble être entendue. Il a beau ne pas être entré dans les détails afin de ne pas briser la confidentialité qu'il lui incombe de respecter, le pilote espagnol s'est lui-même dit serein ce jeudi lorsqu'il a retrouvé le paddock pour la reprise du championnat à Silverstone.

"Je ne peux rien dire avant très peu de temps, mais mon avenir est clair. J'ai déjà signé pour les deux prochaines années et on l'annoncera lors des prochaines courses", a-t-il fait savoir.

Il est désormais de plus en plus probable que le cadet des frères Espargaró retrouve à la fois KTM et le team Tech3, ayant couru pour le constructeur autrichien de 2017 à 2020 après trois saisons dans l'équipe française lorsque celle-ci était encore associée à Yamaha. Passé chez Honda depuis l'an dernier, il s'est vite heurté à des difficultés avec une RC213V qui met la plupart de ses pilotes à la peine, et devra se résoudre à clore ce chapitre sur un constat d'échec. Il a néanmoins assuré être en paix avec son sort.

"Je suis content, je vais là où je veux. Courir en pensant tout le temps qu'on peut retourner à la maison… La situation actuelle est assez difficile, avec la moto et aussi avec les salaires en MotoGP, mais j'ai de la chance de ce point de vue-là : j'aurai une très bonne moto, avec un très bon salaire, et de bonnes personnes autour de moi. C'est tout ce que j'espérais quand Suzuki a décidé de quitter le MotoGP, alors je suis content."

Joan Mir ne s'exprime pas

S'il fait référence à Suzuki, c'est que depuis l'annonce inattendue du retrait de la marque, on dit Joan Mir proche de prendre sa place chez Honda. Bien que privé du guidon auquel le destinaient ses négociations avancées avec Hamamatsu, le Champion du monde 2020 n'a jamais semblé véritablement en danger, son avenir paraissant assuré sans qu'il ait à douter et le départ d'Espargaró soudain acté.

Pourtant, trois mois ont passé et aucune officialisation n'est encore intervenue. Durant la pause estivale, son coéquipier Álex Rins a, lui, d'ores et déjà été confirmé dans sa future équipe, en l'occurrence le team LCR. Le Majorquin a-t-il des raisons de s'inquiéter alors qu'il n'est toujours pas officialisé chez Honda, qui semble pourtant être son unique option ? "Non, je ne suis pas inquiet", a-t-il assuré ce jeudi. "Si quelqu'un me veut il m'appellera, sinon je resterai à la maison."

Déjà en contact avancé avec Honda par le passé, Mir avait à l'époque opté pour Suzuki au lieu de rejoindre LCR. Aujourd'hui, il affiche une apparente sérénité, mais ne préfère pas s'étendre sur le sujet, conscient que rien n'est acquis tant que les signatures n'ont pas été apposées sur les contrats. "Tout ce que je peux dire sur mon futur me portera préjudice, alors je préfère ne pas parler", a-t-il fait savoir. "Tout ce que je peux dire, c'est que j'espère pouvoir donner des nouvelles rapidement, pour mon propre calme. La situation a tourné comme ça ; beaucoup de gens ne savent pas où ils vont courir, je ne suis pas le seul."

Pol Espargaró, lui, semble avoir déjà dressé le bilan d'un pari manqué avec Honda, admettant y avoir réfléchi pendant la pause du championnat en juillet. "C'était impossible de ne pas y penser, c'était tellement mauvais", a-t-il admis au sujet de sa première moitié de saison. "Personne ne s'attendait à ça après la première course au Qatar, et même après la deuxième. Ça n'a fait qu'empirer jusqu'aux deux dernières courses que je n'ai même pas pu finir parce que j'étais blessé. On est passé du paradis à l'enfer en l'espace de quelques courses."

"C'est très difficile à comprendre et très frustrant, mais y penser fait parfois du bien, pour moi comme pour Honda et tous les pilotes qui ont des difficultés, et maintenant on a une sorte de deuxième chance. On va prendre tout ce qu'on a appris et essayer de le transformer de façon positive."

Avec Oriol Puigdemont

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Mir s'inquiète de la sanction reçue par Quartararo
Article précédent

Mir s'inquiète de la sanction reçue par Quartararo

Article suivant

Zarco devrait signer avec Pramac en Autriche

Zarco devrait signer avec Pramac en Autriche