Portimão, une piste technique, "difficile à apprendre"

Le Circuit de l'Algarve, théâtre de la dernière course de la saison 2020 du MotoGP, sera une découverte pour la quasi-totalité des pilotes MotoGP. Cal Crutchlow et Aleix Espargaró, qui connaissent les lieux, clament leur impatience de s'y rendre.

Portimão, une piste technique, "difficile à apprendre"

Le MotoGP a confirmé que sa saison 2020, largement remaniée à cause de la pandémie de COVID-19, se terminerait au Portugal, sur le Circuit de l'Algarve. Le MotoGP ne s'y est jamais rendu, mais la piste située à Portimão n'est pas inconnue de certains pilotes du Championnat du monde.

Lire aussi :

C'est le cas de Cal Crutchlow, le seul du plateau MotoGP à y avoir déjà couru entre 2008 et 2010 lorsqu'il roulait en WorldSBK et en WorldSSP, avec un podium à la clé. Grand fan du circuit portugais, le pilote de Lucio Cecchinello pense que l'expérience récente − au contraire de la sienne − de quelques pilotes qui sont allés y rouler avant la reprise, bien qu'éloignée de ce qu'ils vivront au guidon d'une MotoGP, pourrait s'avérer cruciale pour appréhender un tracé très technique.

"J'ai un peu d'expérience, vieille d'une dizaine d'années − et je suis toujours aussi jeune !" s'amuse-t-il. "C'était génial, d'être sur une Supersport là-bas, c'était la meilleure piste au monde. Mais sur une Superbike ou une MotoGP, c'est une tout autre histoire."

"Il faut le MotoGP là-bas", assure-t-il, convaincu d'avance. "Je ne pense pas que mon expérience de la piste fera une quelconque différence, car les pilotes peuvent immédiatement apprendre les pistes, mais elle est difficile à apprendre. Álex Rins et Aleix Espargaró devraient être les plus rapides là-bas car ils y étaient il y a quelques semaines avec une moto de route. Mais on a hâte d'y aller, c'est sûr que c'est un super endroit où aller et où passer du temps."

Grâce à son roulage à Portimão, effectué le mois dernier, Aleix Espargaró peut confirmer l'aspect technique du circuit. Comme Crutchlow, il pense que toute expérience sur la piste portugaise sera bonne à prendre, et prend l'exemple du retard qu'il accusait sur d'autres pilotes ayant roulé là-bas avant lui, et dont les quelques heures supplémentaires en piste s'étaient avérées cruciales.

"J'ai roulé avec mon Aprilia standard, de route, et j'ai passé les deux premières heures à vraiment essayer de découvrir la piste. Ça ne m'était jamais arrivé", a déclaré l'Espagnol, confirmant la complexité du circuit. "Je me souviens par exemple que quand j'ai couru pour la première fois en Argentine, après deux chronos je connaissais parfaitement la piste, les repères pour les freinages, et les autres nouvelles pistes non plus n'ont pas été difficiles à comprendre."

Lire aussi :

"Mais à Portimão, c'était super difficile de comprendre où freiner, où accélérer… et je n'étais que sur une moto de route ! Je me souviens que quand je suis arrivé là-bas, Rins et [Albert] Arenas avaient déjà roulé deux jours plus tôt et j'étais deux secondes plus lent, je ne pouvais absolument pas les suivre le premier jour. Le deuxième jour j'ai commencé à être plus rapide. C'est une piste vraiment très fun."

Un resurfaçage bienvenu avant le Grand Prix

Après le sujet épineux des bosses à Brno lors du Grand Prix de République Tchèque, le pilote Aprilia et celui de LCR se disent unanimement heureux de savoir que ça ne sera pas un problème à Portimão, puisque la piste sera entièrement resurfacée dans les prochaines semaines, avant que la F1 puis le MotoGP n'y fassent escale en octobre et novembre.

"Je suis impatient car il semble qu'ils vont resurfacer la piste, ce qui est super. C'est super aussi que Portimão ait fait l'investissement pour la F1 et qu'ils aient resurfacé la piste là-bas", salue Crutchlow.

Espargaró prédit toutefois que la piste ne pardonnera pas les erreurs. "Je ne dirais pas qu'elle est dangereuse, mais à la limite pour des MotoGP parce que les changements de dénivelé sont très agressifs", souligne-t-il. "Il y avait beaucoup de bosses, mais on a beaucoup parlé avec le patron de la piste et il nous a dit qu'ils auraient resurfacé si jamais on allait courir là-bas, alors ce sera mieux."

Lire aussi :

"Je dois dire que les infrastructures font que c'est l'un des meilleurs endroits où je suis allé dans ma carrière. C'est incroyable ! C'est fantastique d'aller là-bas. On prévoit d'y passer un mois cet hiver, parce qu'il y a tout : hôtel, motocross, enduro, supermoto, karting, le circuit de MotoGP… Pour moi, c'est un très bon endroit où se rendre", conclut Espargaró.

Avec Léna Buffa et Guillaume Navarro

partages
commentaires
Beirer : Espargaró a fait "le sale boulot" et méritait la victoire
Article précédent

Beirer : Espargaró a fait "le sale boulot" et méritait la victoire

Article suivant

Impressionnant à Brno, Oliveira regrette une chute en essais libres

Impressionnant à Brno, Oliveira regrette une chute en essais libres
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021