Portimão : Michelin aborde un GP inédit avec une allocation renforcée

Dernier Grand Prix et nouveau défi : le MotoGP se rend cette semaine sur un circuit qui n'a encore jamais figuré au calendrier et pour lequel Michelin, à l'instar des équipes, ne dispose que de peu de données.

Portimão : Michelin aborde un GP inédit avec une allocation renforcée

Après deux rendez-vous en Aragón et deux autres à Valence, le MotoGP quitte cette semaine l'Espagne pour le dernier Grand Prix de sa saison. Il s'agira en l'occurrence d'une manche inédite organisée à Portimão, un circuit considéré comme étant très exigeant pour les pneus au vu de sa configuration, mais qui a aussi été pointé du doigt pour sa faible adhérence lorsque la Formule 1 y a disputée une course qu'elle aussi a ajoutée à son calendrier pour compenser les annulations engendrées par le COVID-19.

Pour ce week-end riche en inconnues, Michelin a préparé un nombre de pneus plus élevé que ce que prévoit l'allocation de base, afin de faire face d'une part à ces incertitudes qui perdurent au vu du manque de données, et d'autre part à un programme rallongé, mis en place car les pilotes ont encore beaucoup à apprendre de cette piste malgré une récente séance de découverte.

Lire aussi :

Dans un entretien accordé à Motorsport.com, Piero Taramasso, responsable deux roues de Michelin Motorsport, explique ce qui a été prévu par le manufacturier pour cette finale, potentiellement très ouverte au vu du manque d'expérience des acteurs du championnat sur place.

Le MotoGP se rend cette semaine à Portimao, ce qui représente une sorte de saut dans l'inconnu pour tout le monde puisqu'il s'agit d'une piste nouvelle au calendrier, même si vous avez pu y mener des tests avec les pilotes d'essais au mois d'octobre.

C'est précisément la raison pour laquelle une des nouveautés est que les EL1 et les EL2 seront rallongés de 25 minutes, afin de donner le temps aux pilotes de commencer à découvrir ce nouveau circuit. Il est vrai que nous avons fait un test, et nous y avions eu des conditions idéales, avec 27°C dans l'air et plus de 40°C au sol. Pour ce week-end, en revanche, les prévisions évoquent des maximales de 20°C, je ne pense donc pas que la piste dépassera les 30°C.

C'est en tout cas un circuit qu'il ne faut pas sous-estimer, parce que même si nous avons eu la possibilité d'y faire un test, nous savons que le niveau augmente quand les titulaires entrent en jeu. Et puis c'est un circuit qui a un asphalte assez agressif, qui génère donc de l'usure sur les pneus, et une configuration très marquée par les changements de dénivelé. Il est par exemple très exigeant pour le pneu avant dans les phases de freinage, mais il tend à le décharger dans les portions en côte. Sur l'ensemble d'un tour, on rencontre donc des situations complètement opposées en termes d'efforts, de températures et de pressions.

Quelles options apporterez-vous afin de répondre à ces difficultés ?

Nous apporterons quatre spécifications à la fois à l'avant et à l'arrière. C'est permis par le règlement quand on se rend sur un circuit sur lequel il n'a pas été possible de réaliser de test avec les pilotes titulaires. À l'avant comme à l'arrière, nous aurons un pneu soft, un medium et deux spécifications différentes de gomme hard.

Quelle est la différence entre ces deux pneus durs ?

En ce qui concerne l'avant, l'un des pneus est symétrique alors que l'autre est asymétrique et présente un mélange un peu plus dur sur le côté droit, celui du plus grand nombre de virages. À l'arrière, la situation est similaire, mais la différence est que le plus dur que nous apportons est le pneu symétrique, car il est entièrement composé du mélange que le pneu asymétrique a sur le côté droit. C'est un pneu dont nous pensons toutefois qu'il ne pourrait être utilisé que si le niveau d'usure devait se révéler extrêmement élevé. Nous l'avons déjà utilisé sur d'autres circuits, il n'a pas de problèmes pour être porté à température et il fonctionne dans une fenêtre plutôt large.

Piero Taramasso, Michelin

Par rapport à la gamme complète de vos gommes, vous êtes-vous dirigés vers le plus dur ou le plus tendre en vue de Portimão ?

Je dirais que nous sommes dans une fenêtre medium-soft, car nous devons aussi compenser le fait que les températures ne sont pas trop élevées. Nous avons des gommes beaucoup plus dures, mais elles sont pensées pour la Malaisie, la Thaïlande ou le Qatar, des circuits qui sont agressifs en termes d'usure et présentent aussi des températures très élevées. Ce circuit, par contre, est exigeant, mais on y trouve des températures relativement basses.

La Formule 1 a couru à Portimão il y a un mois, et les pilotes se sont beaucoup plaints de la faible adhérence offerte par la piste. Est-ce quelque chose que vous avez vous aussi observé lors du test avec les pilotes d'essais ?

Oui, mais nous avions été les premiers, je crois, à rouler, juste après le resurfaçage. Il est vrai que le niveau de grip était faible, mais quand le sol vient d'être refait, beaucoup de composants chimiques, comme des huiles et du goudron, se trouvent encore à la surface et cela n'aide pas. Pour le moment, nous n'avons pas beaucoup de données, mais il a aussi souvent plu. Nous pensons en tout cas pouvoir couvrir toutes les conditions avec les quatre options que nous avons apportées pour l'avant et l'arrière.

Vendredi, les pilotes disposeront de 50 minutes d'essais en plus. Avez-vous pris des mesures par rapport à cela ?

Oui. Les pilotes disposeront d'un plus grand nombre de pneus : ls pourront en utiliser 12 à l'avant au lieu des dix standards, et 14 à l'arrière, soit deux de plus que l'allocation de base. Ce sont les équipes qui pourront choisir les mélanges pour ces pneus supplémentaires, mais je crois qu'il s'agira de tendres et de medium, car ce sont les meilleures solutions pour découvrir une nouvelle piste.

partages
commentaires
Dovizioso et Ducati : deux enjeux au championnat pour le clap de fin
Article précédent

Dovizioso et Ducati : deux enjeux au championnat pour le clap de fin

Article suivant

Oliveira ne pense pas avoir un véritable avantage au Portugal

Oliveira ne pense pas avoir un véritable avantage au Portugal
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021