Pour Agostini, l'électronique unique et les pneus ont trop resserré le niveau

Giacomo Agostini n'est pas conquis par les nouveautés techniques de cette saison de MotoGP, qui ont trop resserré le championnat à son goût.

Pour Agostini, l'électronique unique et les pneus ont trop resserré le niveau
Giacomo Agostini
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
LCR Honda MotoGP manager Lucio Cecchinello avec Giacomo Agostini
Stefan Bradl, Aprilia Gresini Racing Team
Giacomo Agostini pilote sa Yamaha OW23 victorieuse au Championnat 1975
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Giacomo Agostini
Aleix Espargaro, Team Suzuki Ecstar MotoGP

Dans un entretien accordé à La Gazzetta dello Sport, Giacomo Agostini a partagé son avis sur cette saison MotoGP, riche de deux évolutions majeures sur le front de la technique. Qu'il s'agisse de l'uniformisation de l'électronique ou du retour de Michelin à la fourniture exclusive des pneus, ces deux nouveautés entrées en jeu en début d'année ne trouvent pas grâce aux yeux du champion.

Couronné à 15 reprises, dont huit en 500cc, l'Italien regrette de ne pas voir aujourd'hui émerger un profil hors-norme, un pilote qui lui donne le sentiment que l'Histoire s'écrive à chaque course. "Quand je réfléchis à ce que je vois, je me dis que je ne trouve plus de pilote hors-pair. Je n'arrive pas à le distinguer dans ce groupe ; avec le niveau de performance des motos qui s'est resserré à cause de l'électronique unique et des pneus, il ne ressort plus", analyse-t-il.

"Il est impossible qu'il n'y ait pas un pilote hors-pair ; je ne veux pas donner de noms, parce que je les apprécie tous, mais il n'est pas possible qu'il y ait sur la grille 24 pilotes (21, ndlr) égaux", poursuit Giacomo Agostini. "Oui, bien sûr, c'est bien de voir chaque dimanche ces bagarres et des vainqueurs différents, mais les gens veulent un mythe. Regardez l'Histoire de Valentino : peu importe qui il affrontait, il a toujours démontré que c'était lui le pilote hors-pair. Je ne veux pas paraître antipathique, mais j'ai beaucoup de mal à accepter qu'il y en ait aujourd'hui huit ou neuf en course."

Des pneus trop décisifs, une électronique trop invasive

Pour le Campionissimo, qui a écrit sa légende dans les années 1960 et 70, l'influence des pneus et de l'électronique est aujourd'hui trop importante, leur impact trop fort sur les rapports de force en piste.

"Avec tout le respect que j'ai pour Michelin, il n'est pas possible que Yamaha, Honda et Ducati dépensent des millions et que ce soit le pneu qui décide de qui gagne. On ne peut pas apporter à chaque course des pneus différents, dont on ne sait pas comment ils fonctionnent", pointe-t-il en référence aux diverses évolutions proposées par le manufacturier clermontois tout au long de cette saison, qui marque son retour et sa réadaptation au championnat.

Une solution ? "Il faudrait peut-être essayer de moins contenter tout le monde, d'éviter de faire des pneus sur-mesure pour les pilotes. Faisons un seul type de pneu et ensuite celui qui l'exploite au mieux gagne", suggère Giacomo Agostini.

Et concernant l'électronique, aussi, l'Italien aimerait voir la technique moins influencer le pilotage. "À Misano, j'ai vu les mains de Petrucci et elles m'ont rappelé les miennes après le TT ; sauf que je faisais 300 km, lui en fait 120. Les MotoGP d'aujourd'hui ont tellement de puissance que tu dois t'agripper au guidon, mais dans le même temps, tu ne peux pas l'utiliser entièrement parce que l'électronique entre en jeu. Si je pouvais décider, j'en enlèverais un peu", conclut-il.

partages
commentaires
Laverty - Objectif top 10 au championnat avant de quitter le MotoGP
Article précédent

Laverty - Objectif top 10 au championnat avant de quitter le MotoGP

Article suivant

Le règlement précise l'interdiction des ailerons pour 2017

Le règlement précise l'interdiction des ailerons pour 2017
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021