MotoGP
26 mars
EL1 dans
26 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
32 jours
16 avr.
Prochain événement dans
46 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
59 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
87 jours
03 juin
Prochain événement dans
94 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
108 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
115 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
129 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
164 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
178 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
192 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
199 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
213 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
220 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
234 jours
28 oct.
Prochain événement dans
241 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
255 jours

Pour Lorenzo, Quartararo et Viñales n'ont pas montré leur envergure

Bien que pilote d'essais Yamaha, Jorge Lorenzo mise plus sur Suzuki pour remporter le titre MotoGP cette saison, déçu entre autres par les performances de Fabio Quartararo et Maverick Viñales.

partages
commentaires
Pour Lorenzo, Quartararo et Viñales n'ont pas montré leur envergure

Yamaha a gagné six courses sur 11 à ce stade de la saison MotoGP, et également majoritairement dominé les qualifications grâce à trois pilotes ayant démontré leur capacité à aller chercher les succès, et pourtant c'est aujourd'hui un pilote Suzuki, jamais vainqueur ni poleman à ce stade, qui tient la corde pour remporter le titre 2020.

"Ça parait absurde, mais c'est le cas. Mir et la Suzuki ont plus de possibilités que Quartararo et Viñales, c'est certain", juge Jorge Lorenzo, qui offre son regard sur cette campagne un peu folle dans les colonnes de La Gazzetta dello Sport. Et l'actuel pilote d'essais Yamaha est prêt à prendre les paris contre son employeur : "Mon favori en ce moment, c'est Mir. Il n'a fait qu'une erreur, à la première course, et ensuite soit il est tout le temps monté sur le podium, soit il en a été proche. Il est solide et la Suzuki me semble être la moto la plus compétitive."

Lire aussi :

Joan Mir entre dans le sprint final des trois dernières courses en devançant trois pilotes Yamaha au championnat, avec une marge encore minime : 14 points d'avance sur Fabio Quartararo, 19 sur Maverick Viñales et 25 sur Franco Morbidelli. "Fabio était le favori et il ne l'est plus", estime pourtant Lorenzo. "Il manque de constance, ce qui est le plus difficile en MotoGP car les conditions changent et qu'il y a des pistes qui conviennent mieux à une moto. Le facteur pneumatique a rendu le tout plus imprévisible qu'à l'époque de Bridgestone et un pilote inexpérimenté, comme l'est Fabio, en souffre peut-être plus."

"Maverick est un pilote très mental : quand il se sent fort, il peut s'avérer très dangereux, mais s'il doute de lui-même, son rendement baisse fortement", poursuit le pilote majorquin, sévère : "Il n'est pas en train de démontrer ce que beaucoup attendaient de lui, et je m'y inclus. Fabio et lui sont parmi les cinq pilotes qui ont le plus gros potentiel, ils sont jeunes et rapides, mais ils doivent encore démontrer qu'ils sont des champions."

Un Dovizioso "éteint" laisse filer sa chance

L'autre déception de 2020 aux yeux du jeune retraité, c'est Ducati. Son ancienne équipe vit une saison complexe et ne parvient pas à saisir l'opportunité offerte par l'absence de Marc Márquez. Car s'il reste en lice avec ses 28 points de déficit, Andrea Dovizioso n'a remporté qu'une victoire au cœur d'un championnat trop inégal.

"C'est dommage. Vu de l'extérieur, Dovizioso avait une opportunité en or de gagner le championnat sans Márquez, mais pour une raison ou une autre, il n'a pas pu en profiter", déplore Jorge Lorenzo. "Ses performances n'ont pas été les mêmes que ces dernières années, alors que la moto semble égale à ce qu'elle a toujours été : très puissante, stable, mais continuant à manquer de compétitivité en milieu de virage."

Lire aussi :

Plus que les performances de la machine, c'est l'implication mentale de son ancien collègue que le pilote espagnol pointe du doigt, alors que le #04 entre dans ce qui s'annonce come son dernier mois de compétition en MotoGP. "De l'extérieur, Dovizioso me donne l'impression de ne plus se voir en MotoGP et au lieu de lui transmettre une plus grande motivation et une rage pour être plus rapide, cela a eu l'effet inverse. Il s'est un peu éteint mentalement et je crois que cela a influé sur son résultat."

Voir aussi :

Le COVID-19 force Iker Lecuona à manquer le GP d'Europe

Article précédent

Le COVID-19 force Iker Lecuona à manquer le GP d'Europe

Article suivant

Le titre de Rookie de l'année, l'autre lutte à suivre en MotoGP

Le titre de Rookie de l'année, l'autre lutte à suivre en MotoGP
Charger les commentaires
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020