Pramac prêt à perdre Bagnaia pour l'équipe officielle Ducati

Pecco Bagnaia s'est révélé lors des deux premiers Grands Prix, à Jerez, semblant faire de la prolongation de son contrat une évidence. Reste à savoir s'il restera chez Pramac ou s'il créera la surprise en étant promu dans l'équipe factory de Ducati à la place d'Andrea Dovizioso.

Pramac prêt à perdre Bagnaia pour l'équipe officielle Ducati

Avec l'arrivée du paddock MotoGP à Brno, cette semaine, s’ouvre un mois d'août qui s'annonce intense, tant en piste où trois courses vont s'enchaîner en autant de week-ends qu'hors piste avec la reprise attendue du marché des transferts, mis sur pause pour que la compétition se relance sereinement en Espagne le mois dernier.

D'importantes pièces sont encore à placer sur l'échiquier de 2021. Celle qui pose le moins de doute concerne assurément Valentino Rossi, qui ne fait lui-même aucun secret de son intention de rejoindre Petronas avec un contrat d'un an assorti d'une option pour 2022. À l'exact opposé, Andrea Dovizioso est mutique dès lors que la question de son avenir est abordée, mais Ducati avait prévenu : le sujet serait remis sur la table en août, après les premières courses, et cette fois dans l'idée qu'une décision soit enfin prise.

Lire aussi :

Après des mois d'un feuilleton difficilement compréhensible, bien malin celui qui pourrait aujourd'hui prédire si le vice-Champion du monde de ces trois dernières années conservera son guidon la saison prochaine ou s'il cédera sa place. Si la deuxième option devait se concrétiser au fil des prochaines semaines, le candidat à son remplacement pourrait être tout trouvé. Dans l'équipe junior du clan Ducati, où l'on s'efforce de former les pilotes du futur, le constructeur italien a déjà mis la main ces dernières années sur Danilo Petrucci puis sur Jack Miller, et il pourrait bien continuer ses emplettes avec Pecco Bagnaia.

"Le renouvellement de Bagnaia est désormais pratiquement une évidence, mais ils pourraient nous l'enlever si les négociations épuisantes avec Dovizioso devaient ne pas aboutir", fait savoir le team manager, Francesco Guidotti, à GPOne, tout en précisant qu'une décision sera prise d'ici "deux à trois courses" concernant le line-up Pramac. L'un n'allant pas sans l'autre, cela correspond aux délais attendus pour l'attribution du second guidon de l'équipe factory, alors que Jack Miller est déjà assuré de passer d'un team à l'autre la saison prochaine.

Lire aussi :

Le responsable du team Pramac est-il prêt à perdre un deuxième pilote à la fin de la saison ? "Forcément, je n'ai pas beaucoup de marge de négociation avec Ducati !" sourit-il. "Blague à part, je ne mettrais jamais mon veto sur le transfert d'un pilote vers l'équipe officielle, d'autant qu'il est de notre devoir de le favoriser. Si jamais nous devions leur fournir les deux pilotes, cela voudrait dire que cette année l'équipe officielle serait en quelque sorte la nôtre. Ce serait bien si ça devait arriver, parce que ça voudrait dire que nous avions vu juste quand nous avons choisi Pecco il y a trois ans."

"Une hirondelle ne fait pas le printemps"

Le jeune pilote italien a réalisé un début de championnat détonant et commencé à lever les doutes qui pouvaient peser sur son potentiel au guidon de la Desmosedici. Le premier Grand Prix l'avait déjà vu se montrer aux avant-postes, avant une baisse de performance en fin de course, pneus trop usés. Le deuxième Grand Prix lui offrait une chance de se racheter, et il s'en est saisi en montrant cette fois que la deuxième place était à sa portée, après avoir obtenu la veille sa première qualification en première ligne.

"J'ai commencé à y croire à la fin de la course précédente", explique Francesco Guidotti. "Il avait connu une baisse de performance quand ses pneus avaient commencé à être usés, mais dans les deux ou trois derniers tours il avait recommencé à tourner sur les mêmes temps que le groupe de tête. Il m'avait dit qu'il avait dû piloter en force quand les pneus avaient commencé à se dégrader, mais qu'il avait justement compris comment bien gérer la situation dans les derniers tours. Il avait confirmé l'impression que j'avais eue et son commentaire m'avait fait espérer, c'était un signal positif."

Un signal confirmé lors du second week-end, avec un potentiel si évident que la déception de son abandon, lorsque son moteur l'a lâché à six tours de l'arrivée, a vite été balayée. "[C'est] une belle surprise et j'espère que ça n'a pas été qu'un éclair, mais le début de ce à quoi nous nous attendons", souligne Guidotti, impatient que ces progrès se concrétisent. "Nous attendons maintenant les prochaines courses, pour voir si tout se poursuit comme ça. Une hirondelle ne fait pas le printemps."

Francesco Bagnaia, Pramac Racing

Pecco Bagnaia est le premier à vouloir cette confirmation. Bien que plus à l'aise que les pilotes Ducati les plus expérimentés avec le nouveau pneu arrière, qui semble favoriser son style de pilotage là où il pose toutes les peines du monde à Andrea Dovizioso, il s'attend à voir ses collègues se montrer bien plus rapides avec l'arrivée sur des pistes plus favorables à la Ducati en ce mois d'août : Brno cette semaine, puis le Red Bull Ring qui accueillera deux courses.

Lire aussi :

"Brno est une piste qui convient mieux à la moto, c'est certain, et que j'aime beaucoup", souligne le pilote, qui a lui-même a une mission à terminer après avoir vu le podium lui échapper dans un nuage de fumée au Grand Prix d'Andalousie. "On verra ce qui s'y passe, mais j'ai confiance dans le fait que, si l'on travaille de la même façon, on peut se battre pour une position dans le top 5."

"D'après moi, sur une piste convenant mieux à la moto, nous pouvons être très forts. On se dirige maintenant vers Brno puis il y a deux courses en Autriche, et ce sont de super courses pour nous. Je désire juste répéter un même week-end que celui [du GP d'Andalousie]", ajoute Bagnaia, bien décidé à ne pas se laisser perturber par les questions portant sur son avenir. "Il sera important d'y être aussi solide et nous tenterons de nous montrer forts là-bas. Je suis vraiment concentré là-dessus et ne pense qu'à ça."

Avec Guillaume Navarro

partages
commentaires
Márquez absent à Brno et remplacé par Bradl

Article précédent

Márquez absent à Brno et remplacé par Bradl

Article suivant

Espargaró rassuré par la comparaison entre l'Aprilia et la Honda

Espargaró rassuré par la comparaison entre l'Aprilia et la Honda
Charger les commentaires
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021