Première "mission atteinte" pour Jorge Lorenzo

Jorge Lorenzo aura des raisons de longuement refaire la course dans sa tête, sachant que les innombrables dépassements n'ont eu de cesse de faire bouger les lignes du championnat tour après tour.

Au final, le pilote espagnol peut se satisfaire de voir Valentino Rossi ne terminer que quatrième, battu en toute fin de course par Andrea Iannone. Mais lui-même a dû subir l'attaque ultime de Marc Márquez, qui le prive de cinq points et fait qu'il en reprend finalement sept à son rival… Reste à savoir s'ils seront décisifs pour l'attribution du titre!

"Ca aurait pu être douze points… mais aussi quatre ou cinq. Alors, sept points c'est toujours mieux," calcule l'Espagnol, désireux de retenir le positif : "La mission que je m'étais fixée pour ce Grand Prix est atteinte. On quitte cette course très heureux."

Une bagarre à quatre, inattendue!

A l'instar des trois autres hommes forts de ce Grand Prix, Lorenzo reconnaît avoir vécu l'une de ses courses les plus belles, mais aussi les plus difficiles. "Pour le public, c'est la plus belle course de la saison et probablement de ces cinq ou dix dernières années," estime-t-il. "L'une des courses les plus dures de ma vie, surtout au début parce qu'Andrea me reprenait sans cesse en ligne droite. C'était très dur d'être patient et d'attendre la bonne opportunité pour le passer. Avec Marc aussi, j'ai dû me montrer très patient et j'ai tout donné dans le dernier tour."

Pour en arriver à une telle bagarre, le pilote espagnol a dû mettre à profit les trois jours de Grand Prix pour inlassablement travailler sur sa machine et tenter de la rendre la plus compétitive possible.

"Cette place, c'était plus ou moins ce à quoi je m'attendais avant la course, parce que Marc a été très fort dès vendredi après-midi," explique-t-il. "En course, j'ai finalement pu attaquer et rester à son contact. Par contre, je ne m'attendais pas à ce qu'Andrea et surtout Valentino soient là eux aussi."

Je ne m'attendais pas à ce qu'Andrea et surtout Valentino soient là eux aussi.

Jorge Lorenzo

Si la traction de sa YZR-M1 s'est améliorée au warm-up, il a toutefois manqué un petit quelque chose à Lorenzo. "Dès le début de la course j'ai commencé à perdre l'avant dans les virages à droite, les virages lents en particulier. A trois ou quatre endroits, je perdais du terrain sur le groupe," raconte-t-il. "C'est probablement pour ça que, dans le dernier tour, je n'ai pas réussi à garder suffisamment de marge pour gagner."

"Quand j'ai entendu le moteur de Marc dans le dernier freinage, je ne savais pas trop si je devais fermer la porte au maximum. Je m'attendais à ce qu'il tente sa chance de toute façon et on aurait pu chuter. Au final, j'ai laissé un peu de place, il était incroyable dans ce virage et il a pu freiner plus tard."

Deux manches pour trancher

Jorge Lorenzo a atteint sa mission, pourtant cela pourrait ne pas être suffisant. Valentino Rossi jouera en effet une première balle de match la semaine prochaine, à Sepang. Le Majorquin estime toutefois qu'il faudra compter sur la concurrence pour, comme aujourd'hui, venir peser dans ce duel.

"Marc est à nouveau très fort. Il sera donc très difficile de remporter les deux courses, mais je crois qu'on fait du bon boulot à chaque week-end," rappelle-t-il. "On a plus d'expérience que jamais. La moto a été très bonne dernièrement, grâce à Ramon [Forcada, chef mécano] et Davide [Marelli, responsable données]."

"Il faut continuer comme ça pour que je sois le plus rapide possible. C'est comme ça que j'aurai le plus d'options d'être champion," conclut Jorge Lorenzo.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Australie
Circuit Phillip Island Grand Prix Circuit
Pilotes Jorge Lorenzo
Équipes Yamaha Factory Racing
Type d'article Résumé de course
Tags championnat du monde, phillip island