La prévision de fortes pluies pour dimanche inquiète les pilotes

La course se tiendra-t-elle bel et bien dimanche ou faudra-t-il la décaler à lundi ? La question est ce soir au cœur des discussions à Spielberg, où de fortes pluies semblent devoir faire leur apparition pour le dernier jour du Grand Prix de Styrie MotoGP.

La prévision de fortes pluies pour dimanche inquiète les pilotes

L'inquiétude exprimée par certains pilotes dès le début de ce week-end en Autriche ne cesse de croître à mesure que le temps passe et que les prévisions météo confirment une journée de dimanche qui s'annonce pluvieuse. Mais plus qu'une simple averse, c'est avant tout le risque de pluies abondantes, orageuses, qui inquiète, et ce d'autant plus que la piste du Red Bull Ring n'a déjà pas bonne réputation auprès des pilotes, particulièrement après les frayeurs de l'an dernier.

Qui a oublié, en effet, le terrifiant accident survenu dans le virage 3, où la typologie de la piste a engendré l'image stupéfiante d'une machine en perdition revenant vers les pilotes au risque de les heurter de plein fouet ? Une autre image glaçante avait concerné la deuxième course, avec cette fois un Maverick Viñales privé de ses freins et obligé de sauter de sa moto en marche car incapable de gérer le gros freinage du virage 1. Si les freins ont été changés, la piste, elle, n'a pas été retouchée et, après deux drapeaux rouges en 2020, la météo n'apporte pas pour le moment la sérénité espérée pour cette édition.

Comme souvent, c'est Aleix Espargaró qui se montre le plus virulent, rappelant inlassablement que rien ne doit passer avant la sécurité. "Les prévisions météo pour demain ont vraiment l'air horribles, il semble qu'il va y avoir une forte pluie toute la journée, de 9h à 17h. La sécurité passe avant tout", a-t-il affirmé ce samedi soir. "Ici, compte tenu du tracé, on peut très facilement voir un petit ruisseau [se dessiner] en piste et ça peut devenir très dangereux de courir ici sous la pluie. J'espère donc que les gens de la Commission de sécurité et le directeur de course y penseront à deux fois et feront passer la sécurité en premier car s'il se passe quelque chose ici, dans une de ces lignes droites, ça peut être très dangereux."

J'espère que les gens de la Commission de sécurité et le directeur de course y penseront à deux fois et feront passer la sécurité en premier.

Aleix Espargaró

Rassuré vendredi après-midi par l'état du bitume sous une pluie modérée, le pilote Aprilia reste en revanche toujours aussi préoccupé par l'éventualité de précipitations très soutenues, qui rendraient les conditions trop dangereuses à ses yeux. "Ça n'était pas si mal [en EL2], mais il n'y avait pas tellement d'eau en piste", indiquait-il vendredi soir, ajoutant cependant que "même comme ça, sans qu'il y ait trop d'eau, ça patinait un peu en ligne droite et on avait un peu d'aquaplaning".

"On sait qu'ici c'est comme chez moi, en Andorre, on est en montagne, donc quand il pleut c'est pour de vrai, et si on a une pluie intense ça va être difficile", ajoutait Espargaró. "S'il y a beaucoup d'eau stagnante en piste et qu'on fait une erreur en ligne droite, les murs sont très proches. J'espère donc qu'il ne pleuvra pas trop fort. Quoi qu'il en soit, la direction de course sait comment est cette piste, alors je pense, j'espère, qu'ils vont faire très attention à la quantité d'eau en piste et à toute cette situation."

"Le problème ce n'est pas le grip, mais les murs", a-t-il insisté. "Je pense qu'il est dangereux de courir ici sur le mouillé, car on sait à quel point ça glisse quand on touche le sol. On a vu quand Lecuona est tombé dans le virage 1 [en EL2], il est presque arrivé jusqu'à Zeltweg ! On verra comment ça se passe. Le plus important c'est que j'espère qu'il n'y aura pas trop d'eau stagnante, pas trop de pluie pendant la course. Si c'est une pluie normale, comme [vendredi], ça peut être acceptable, mais on verra."

Cet avis est partagé par plusieurs de ses collègues, à commencer par Marc Márquez. "Personnellement, je pense que s'il pleut beaucoup en peu de temps, il est impossible de courir sur ce circuit. Il y a des rigoles au milieu de la piste, avec beaucoup d'eau, presque comme des rivières ! En revanche, s'il y a une quantité de pluie correcte, il est possible de courir. Il ne faut juste pas que ce soit un orage très fort qui laisse ces ruisseaux traverser le circuit", a résumé le pilote Honda.

Que se passera-t-il dimanche après-midi si la quantité de pluie dépasse la limite que ces pilotes jugent acceptable ? Cal Crutchlow, lui aussi toujours très véhément sur les questions de sécurité et qui fait son retour sur la grille cette semaine pour remplacer Franco Morbidelli, a dit espérer que les pilotes titulaires sauront mettre la pression aux organisateurs afin que la bonne décision soit prise en cas de pluie abondante.

"Ici, c'est comme une patinoire, les murs sont proches, la vitesse très élevée et il y a énormément d'eau stagnante, même dans la ligne droite", a décrit le pilote anglais, également inquiet d'être aveuglé par les projections des autres motos alors qu'il est qualifié dernier. "J'espère que ceux qui courent à temps plein dans le championnat seront assez intelligents et mettront la pression pour que la bonne décision soit prise parce qu'on a vu et on sait à quel point cette piste est dangereuse sur le sec, alors imaginez sur le mouillé."

J'espère que ceux qui courent à temps plein seront assez intelligents et mettront la pression pour que la bonne décision soit prise.

Cal Crutchlow

"Naturellement, la priorité pour tout le monde est d'essayer de courir demain car courir le lundi engendre d'autres problèmes", a rappelé Valentino Rossi. "Mais il faut qu'il y ait les bonnes conditions pour cela, surtout qu'il n'y ait pas trop d'eau en piste. On est plus ou moins prêts pour toutes les autres conditions, mais s'il pleut trop et qu'il y a trop d'eau en piste, alors ça devient vraiment dangereux. Dans ce cas-là, on essaiera de décider ensemble quoi faire. J'espère naturellement courir demain, mais s'il faut courir lundi, on courra lundi."

Interrogé pendant la conférence de presse d'après qualifications sur l'éventualité de décaler la course si les conditions sont trop extrêmes dimanches, le poleman Jorge Martín s'est également dit globalement en faveur de cette idée. "Ce n'est pas à nous de décider ça, mais s'il y a énormément de pluie et peut-être des rigoles au virage 2, ce serait peut-être mieux d'attendre", a-t-il indiqué. "Peut-être pas jusqu'à lundi, parce que je dois rentrer chez moi, mais peut-être plus tard. Ici, quand il pleut, c'est fort, mais après ça s'arrête. Mais si c'est une averse normale, pour moi ça va de rouler."

"Sincèrement, je préfère une grosse pluie qu'une petite averse. Je n'ai pas le même problème que Jorge, je reste en Autriche, donc si c'est lundi, ce n'est pas un souci", a réagi Fabio Quartararo, dont l'inquiétude se concentre sur le virage 2, le très léger gauche qui casse à peine la ligne droite principale avant d'arriver au très craint virage 3 en épingle. "Ça dépendra du virage 2. Je pense que c'est le danger. Hier ce n'était pas très humide, et je pense qu'on a été nombreux à se faire quelques frayeurs."

partages
commentaires

Voir aussi :

Jorge Martín est le premier surpris par sa pole au Red Bull Ring
Article précédent

Jorge Martín est le premier surpris par sa pole au Red Bull Ring

Article suivant

Bastianini conteste un tour annulé et a fait appel

Bastianini conteste un tour annulé et a fait appel
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021