Les pilotes Ducati démunis après des qualifications difficiles

Andrea Dovizioso craint de voir ses espoirs de titre d'envoler au Grand Prix de Teruel, Ducati étant encore plus en difficulté que la semaine dernière. Jack Miller estime que seul un miracle pourrait lui permettre de décrocher un bon résultat .

Les pilotes Ducati démunis après des qualifications difficiles

Le Grand Prix de Teruel s'annonce difficile pour Ducati, à la peine depuis la première course en Aragón. Cinq des sept pilotes de la marque prendront le départ parmi les sept dernières positions et seul l'un d'entre eux, Johann Zarco, a atteint la Q2. Andrea Dovizioso, 17e sur la grille, voit peut-être ses chances s'envoler au championnat avec ce nouveau week-end difficile.

"Pour se refaire en course, il faut de la vitesse et il faut bien piloter sans user le pneu", a expliqué l'Italien. "Mais la vitesse, en ce moment, on n'en a pas. Beaucoup de nos adversaires ont progressé et sont un peu plus rapides, ils ont donc plus de marge pour gérer le pneu. Franchement, ça me parait compliqué. Moi, ça me fait juste chier de ne pas pouvoir jouer le titre, le reste n'est pas important." 

Lire aussi :

Dovizioso déplore l'absence de progrès sur la Ducati et un écart de plus en plus important avec les autres marques, une semaine après un premier week-end déjà décevant. "Le problème est que dans les sports mécaniques, on ne se sent bien que quand on se compare avec la concurrence" a-t-il précisé au site officiel du MotoGP. "Et la concurrence est plus forte que la semaine dernière, pas nous. Donc on se sent moins bon, pas parce qu’on est plus lent, mais parce que l’écart est plus gros."

Son équipier, Danilo Petrucci est du même avis après avoir signé le 19e temps : "Avec le soft, on a roulé sur les temps que l'on a faits en course la semaine dernière, mais on n'a ni régressé ni véritablement progressé. Les autres ont beaucoup progressé et nous on est restés au même niveau. La semaine dernière, on pensait que le vendredi nous avait beaucoup pénalisés à cause du vent, mais cette fois ce n'est pas le cas."

Miller en vient à espérer "quelque chose de magique"

Dans le team Pramac, Jack Miller a jeté ses gants de rage à l'issue de la Q1, frustré d'avoir chuté dans le classement dans les derniers instants de la séance après avoir longtemps occupé la première position. En partant hors du top 10, l'Australien a peu d'espoirs pour la course.

"Ce ne sera pas facile depuis la 14e place sur la grille", a reconnu Miller. "Mais en tout cas, nous allons faire de notre mieux. [Joan] Mir et [Álex] Márquez seront sur la ligne devant moi et ils ont fini sur le podium la semaine dernière, donc on verra. On doit prendre une décision sur les pneus, et pour le reste, espérer quelque chose de magique, mais pour le moment, je n’y crois pas vraiment. Mais nous allons essayer. Le dimanche, je fais toujours mon maximum et [cette journée] ne fera pas exception."

Il sera important de faire les premiers tours les yeux fermés

Pecco Bagnaia

Pecco Bagnaia, également mal placé avec la 19e position sur la grille, mise sur une course très agressive pour faire mieux. "En termes de rythme on est mieux que sur le time attack et il sera important de faire les premiers tours les yeux fermés pour essayer de compenser, parce que c'est le plus important", a souligné le pilote Pramac. "Je suis certain que la course se passera un peu mieux, parce que notre rythme est meilleur que celui de beaucoup de pilotes qui nous devancent, mais ça ne suffit pas", a-t-il ajouté. "On verra en course. Je suis déjà tombé deux fois en essayant d'être rapide, alors [en course] il sera important aussi de réussir à ne pas tomber." 

Durant le premier week-end en Aragón, Ducati a mis en avant la faible température de la piste et le vent. Les conditions se sont améliorées cette semaine mais les pilotes sont toujours en retrait, en raison de difficultés à exploiter les pneus. Durant la Q1, Jack Miller a subi une "perte de performance énorme"  du pneu. "Il semble qu'on n'arrive pas à faire fonctionner ces pneus, surtout ici", a-t-il précisé. "D’autres constructeurs, comme Honda, qui n'ont pas réussi à faire marcher le pneu toute l’année, sont au taquet ici. Je ne sais pas. Si je trouve la réponse, je règlerai le problème. Mais nous cherchons encore."

Francesco Bagnaia, Pramac Racing

Les problèmes ne sont pas de la même nature selon les pilotes. Miller a des soucis en entrée de courbe, avec l'avant de sa machine. "En Q2, en voyant l’entrée de certains dans le dernier virage... Je n’ai pas pu faire comme eux en deux semaines, et ils le font à chaque tour. Dans ce long virage, ils ont beaucoup plus d’adhérence. Ils peuvent rester à l'intérieur jusqu’à la sortie. Nous avons changé beaucoup de choses sur la moto pour trouver du grip à l’arrière et nous n’avons rien trouvé."  Petrucci a de son côté des soucis avec l'arrière. "Malheureusement, ce sont exactement les mêmes problèmes que la semaine dernière", a déploré le pilote du team officiel. "Quand on n'arrive pas à avoir de grip à l'arrière, surtout en entrée de virage, tout devient très difficile."

Peut-il attendre un rebond de Ducati sur le circuit de Valence, où le MotoGP se produira deux fois dans les prochaines semaines ? Bagnaia garde l'espoir mais il veut surtout comprendre le manque de constance de la Ducati, notamment quand les pistes offrent peu d'adhérence.

"J'espère, franchement, j'espère que tout ira mieux à Valence. C'est une piste différente, mais ça n'est pas une excuse. On a été compétitifs sur des pistes sur lesquelles habituellement la Ducati ne l'est pas tellement, alors que celle-ci est une piste pro-Ducati et on a du mal. Cette année, avec le nouveau pneu, on a peut-être un peu plus de mal dans certaines situations et surtout quand il y a peu de grip. À Barcelone, il y avait peut-être encore moins de grip qu'ici, mais il pouvait plus se contrôler. Ici, on a plus de mal à être réguliers. D'ailleurs, en EL4 mon temps idéal est plus rapide de quatre dixièmes [que celui que j'ai fait] et ça veut dire que l'on n'arrive pas à avoir la constance pour se montrer plus rapides sur tous les tours." 

Avec Léna Buffa

partages
commentaires
Warm-up - Takaaki Nakagami confirme son avantage

Article précédent

Warm-up - Takaaki Nakagami confirme son avantage

Article suivant

Un nouveau podium ? Álex Márquez pense avoir besoin de chance

Un nouveau podium ? Álex Márquez pense avoir besoin de chance
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021