MotoGP
28 mars
Événement terminé
04 avr.
Événement terminé
C
GP d'Espagne
02 mai
Course dans
20 jours
C
GP d'Italie
30 mai
Course dans
48 jours
06 juin
Course dans
55 jours
C
GP d'Allemagne
20 juin
Course dans
69 jours
C
GP des Pays-Bas
27 juin
Course dans
76 jours
C
GP de Finlande
11 juil.
Course dans
90 jours
C
GP d'Autriche
15 août
Course dans
125 jours
C
GP de Grande-Bretagne
29 août
Course dans
139 jours
C
GP d'Aragon
12 sept.
Course dans
153 jours
C
GP de Saint-Marin
19 sept.
Course dans
160 jours
C
GP du Japon
03 oct.
Course dans
174 jours
C
GP de Thaïlande
10 oct.
Course dans
181 jours
C
GP d'Australie
24 oct.
Course dans
195 jours
31 oct.
Course dans
202 jours
C
GP de Valence
14 nov.
Course dans
216 jours

Les pilotes Ducati démunis après des qualifications difficiles

Andrea Dovizioso craint de voir ses espoirs de titre d'envoler au Grand Prix de Teruel, Ducati étant encore plus en difficulté que la semaine dernière. Jack Miller estime que seul un miracle pourrait lui permettre de décrocher un bon résultat .

Les pilotes Ducati démunis après des qualifications difficiles

Le Grand Prix de Teruel s'annonce difficile pour Ducati, à la peine depuis la première course en Aragón. Cinq des sept pilotes de la marque prendront le départ parmi les sept dernières positions et seul l'un d'entre eux, Johann Zarco, a atteint la Q2. Andrea Dovizioso, 17e sur la grille, voit peut-être ses chances s'envoler au championnat avec ce nouveau week-end difficile.

"Pour se refaire en course, il faut de la vitesse et il faut bien piloter sans user le pneu", a expliqué l'Italien. "Mais la vitesse, en ce moment, on n'en a pas. Beaucoup de nos adversaires ont progressé et sont un peu plus rapides, ils ont donc plus de marge pour gérer le pneu. Franchement, ça me parait compliqué. Moi, ça me fait juste chier de ne pas pouvoir jouer le titre, le reste n'est pas important." 

Lire aussi :

Dovizioso déplore l'absence de progrès sur la Ducati et un écart de plus en plus important avec les autres marques, une semaine après un premier week-end déjà décevant. "Le problème est que dans les sports mécaniques, on ne se sent bien que quand on se compare avec la concurrence" a-t-il précisé au site officiel du MotoGP. "Et la concurrence est plus forte que la semaine dernière, pas nous. Donc on se sent moins bon, pas parce qu’on est plus lent, mais parce que l’écart est plus gros."

Son équipier, Danilo Petrucci est du même avis après avoir signé le 19e temps : "Avec le soft, on a roulé sur les temps que l'on a faits en course la semaine dernière, mais on n'a ni régressé ni véritablement progressé. Les autres ont beaucoup progressé et nous on est restés au même niveau. La semaine dernière, on pensait que le vendredi nous avait beaucoup pénalisés à cause du vent, mais cette fois ce n'est pas le cas."

Miller en vient à espérer "quelque chose de magique"

Dans le team Pramac, Jack Miller a jeté ses gants de rage à l'issue de la Q1, frustré d'avoir chuté dans le classement dans les derniers instants de la séance après avoir longtemps occupé la première position. En partant hors du top 10, l'Australien a peu d'espoirs pour la course.

"Ce ne sera pas facile depuis la 14e place sur la grille", a reconnu Miller. "Mais en tout cas, nous allons faire de notre mieux. [Joan] Mir et [Álex] Márquez seront sur la ligne devant moi et ils ont fini sur le podium la semaine dernière, donc on verra. On doit prendre une décision sur les pneus, et pour le reste, espérer quelque chose de magique, mais pour le moment, je n’y crois pas vraiment. Mais nous allons essayer. Le dimanche, je fais toujours mon maximum et [cette journée] ne fera pas exception."

Il sera important de faire les premiers tours les yeux fermés

Pecco Bagnaia

Pecco Bagnaia, également mal placé avec la 19e position sur la grille, mise sur une course très agressive pour faire mieux. "En termes de rythme on est mieux que sur le time attack et il sera important de faire les premiers tours les yeux fermés pour essayer de compenser, parce que c'est le plus important", a souligné le pilote Pramac. "Je suis certain que la course se passera un peu mieux, parce que notre rythme est meilleur que celui de beaucoup de pilotes qui nous devancent, mais ça ne suffit pas", a-t-il ajouté. "On verra en course. Je suis déjà tombé deux fois en essayant d'être rapide, alors [en course] il sera important aussi de réussir à ne pas tomber." 

Durant le premier week-end en Aragón, Ducati a mis en avant la faible température de la piste et le vent. Les conditions se sont améliorées cette semaine mais les pilotes sont toujours en retrait, en raison de difficultés à exploiter les pneus. Durant la Q1, Jack Miller a subi une "perte de performance énorme"  du pneu. "Il semble qu'on n'arrive pas à faire fonctionner ces pneus, surtout ici", a-t-il précisé. "D’autres constructeurs, comme Honda, qui n'ont pas réussi à faire marcher le pneu toute l’année, sont au taquet ici. Je ne sais pas. Si je trouve la réponse, je règlerai le problème. Mais nous cherchons encore."

Francesco Bagnaia, Pramac Racing

Les problèmes ne sont pas de la même nature selon les pilotes. Miller a des soucis en entrée de courbe, avec l'avant de sa machine. "En Q2, en voyant l’entrée de certains dans le dernier virage... Je n’ai pas pu faire comme eux en deux semaines, et ils le font à chaque tour. Dans ce long virage, ils ont beaucoup plus d’adhérence. Ils peuvent rester à l'intérieur jusqu’à la sortie. Nous avons changé beaucoup de choses sur la moto pour trouver du grip à l’arrière et nous n’avons rien trouvé."  Petrucci a de son côté des soucis avec l'arrière. "Malheureusement, ce sont exactement les mêmes problèmes que la semaine dernière", a déploré le pilote du team officiel. "Quand on n'arrive pas à avoir de grip à l'arrière, surtout en entrée de virage, tout devient très difficile."

Peut-il attendre un rebond de Ducati sur le circuit de Valence, où le MotoGP se produira deux fois dans les prochaines semaines ? Bagnaia garde l'espoir mais il veut surtout comprendre le manque de constance de la Ducati, notamment quand les pistes offrent peu d'adhérence.

"J'espère, franchement, j'espère que tout ira mieux à Valence. C'est une piste différente, mais ça n'est pas une excuse. On a été compétitifs sur des pistes sur lesquelles habituellement la Ducati ne l'est pas tellement, alors que celle-ci est une piste pro-Ducati et on a du mal. Cette année, avec le nouveau pneu, on a peut-être un peu plus de mal dans certaines situations et surtout quand il y a peu de grip. À Barcelone, il y avait peut-être encore moins de grip qu'ici, mais il pouvait plus se contrôler. Ici, on a plus de mal à être réguliers. D'ailleurs, en EL4 mon temps idéal est plus rapide de quatre dixièmes [que celui que j'ai fait] et ça veut dire que l'on n'arrive pas à avoir la constance pour se montrer plus rapides sur tous les tours." 

Avec Léna Buffa

partages
commentaires
Warm-up - Takaaki Nakagami confirme son avantage

Article précédent

Warm-up - Takaaki Nakagami confirme son avantage

Article suivant

Un nouveau podium ? Álex Márquez pense avoir besoin de chance

Un nouveau podium ? Álex Márquez pense avoir besoin de chance
Charger les commentaires
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021
Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales Prime

Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales

Sa victoire autoritaire lors de la manche d'ouverture du championnat intervient alors que Maverick Viñales vit une période de changement personnel et professionnel. Est-ce le tremplin vers une lutte pour le titre plus concrète qu'elle ne l'a été par le passé ?

MotoGP
30 mars 2021
Pramac et cette victoire si souvent touchée du doigt avec Ducati Prime

Pramac et cette victoire si souvent touchée du doigt avec Ducati

Pramac Racing entre cette année dans sa 20e saison en MotoGP, la 17e en partenariat avec Ducati. Frôlée à plusieurs reprises, sa première victoire avec le constructeur italien constitue toujours l'objectif de l'équipe, qui accueille en 2021 deux nouveaux pilotes. Le moment est-il venu ?

MotoGP
24 mars 2021
Entre Morbidelli et Rossi, une amitié plus forte que la rivalité ? Prime

Entre Morbidelli et Rossi, une amitié plus forte que la rivalité ?

Le vice-Champion du monde 2020 a clairement annoncé qu'il ne trahira pas ses valeurs pour atteindre ses objectifs sportifs, aussi élevés soient-ils, cette saison. Sorte de petit frère adoptif de Valentino Rossi, qui l'a pris sous son aile lorsque la vie l'a malmené, Franco Morbidelli veut placer l'amitié au-dessus de toute forme de concurrence entre eux.

MotoGP
21 mars 2021
Maverick Viñales, leader en quête de stabilité et de clarté Prime

Maverick Viñales, leader en quête de stabilité et de clarté

Nouveau leader moral de l'équipe officielle Yamaha de par son expérience et les succès obtenus jusqu'à présent, Maverick Viñales aborde une saison 2021 qui s'annonce peut-être comme la plus importante de sa carrière, avec une réelle chance de s'affirmer enfin.

MotoGP
6 mars 2021
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021