Progrès de dernière minute pour Loris Baz après des essais compliqués

partages
commentaires
Progrès de dernière minute pour Loris Baz après des essais compliqués
Par : Léna Buffa
21 févr. 2017 à 17:45

Le Français a connu un deuxième test éprouvant en ce début d'année, peinant à trouver la clé d'une bonne adhérence au guidon de sa Ducati GP15.

Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing

Loris Baz a conclu les essais australiens, la semaine dernière, à la 18e place du classement combiné. Intercalé entre les deux KTM officielles, le Français a concédé 1"428 au leader, Maverick Viñales, et sept dixièmes à la première Ducati de la hiérarchie, la GP17 d'Andrea Dovizioso.

Au guidon de sa GP15, Baz a perdu du temps avec un petit problème technique le premier jour, puis avec un problème moteur au matin de la deuxième journée. Mais ce sont surtout ses mauvaises sensations qui ont concentré les efforts du pilote haut-savoyard et de son team, avant qu'une solution ne soit trouvée en toute fin de séance.

En manque d'adhérence durant ces trois jours de tests, que ce soit en pneus usés ou en pneus neufs, Loris Baz a enfin obtenu un meilleur retour de sa GP15 durant le dernier après-midi. À l'instar de son coéquipier Héctor Barberá, pourtant doté d'une machine plus récente, le Français manquait de sensations dans l'avant de la moto, de quoi compromettre son entrée dans les virages, ce qui s'est ressenti particulièrement sur une piste aussi fluide que celle de Phillip Island.

"Ces trois jours ont été relativement compliqués. Bien que nous n’ayons pas la même moto, Héctor et moi n’arrivions pas à trouver le feeling. Phillip Island est un circuit qui me convient habituellement, mais durant ces trois jours, je n’avais pas suffisamment d’adhérence et je ne parvenais pas à faire tourner la moto", explique le pilote du team Avintia Racing, désormais rebaptisé Reale Esponsorama Racing.

"Nous avons analysé la moto dans tous les sens durant trois jours, jusqu’à trouver finalement la direction à prendre vendredi. Nous avons nettement progressé durant l’après-midi", souligne-t-il. "Notre temps ne reflète pas le travail que nous avons accompli, car je pense qu’avec un pneu neuf, un meilleur chrono était envisageable. C’est encourageant et cela montre que nous avons bien travaillé. Mon chef mécanicien a fait les bons choix, malgré cette situation qui s’avérait compliquée. Aussi, cela nous a permis de connaitre la moto dans ses moindres détails et d’évaluer de nombreux réglages."

Loris Baz assure avoir quitté l'Australie "en ayant repris confiance", prêt à s'attaquer dans deux semaines à un circuit au caractère encore différent, celui de Losail, qui sera dans la foulée le théâtre du premier Grand Prix de la saison.

"Phillip Island est évidemment une piste particulière en comparaison de Sepang. Le circuit de Losail s’apparente davantage à celui de la Malaisie qu’au tracé australien. Si nous parvenons à trouver une base de réglages sur ces trois tracés, je pense que notre saison suivra la bonne direction", espère-t-il.

Article suivant
Ce qu'il faut retenir des essais de Phillip Island

Article précédent

Ce qu'il faut retenir des essais de Phillip Island

Article suivant

"Encore 20% à gagner" avec la KTM RC16, d'après Bradley Smith

"Encore 20% à gagner" avec la KTM RC16, d'après Bradley Smith
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement Essais de février à Phillip Island
Catégorie Vendredi
Lieu Phillip Island Grand Prix Circuit
Pilotes Loris Baz
Équipes Avintia Racing
Auteur Léna Buffa
Type d'article Réactions